글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 23권 0호 (1988)

" 갇힌 여인 " 에 나타난 화자와 등장인물간의 담화 연구

( Hae Ok KiL )
4,900
키워드보기
초록보기

네르발 작품에 나타난 《 여행 》연구

김동규
5,100
키워드보기
초록보기
Nerval dit qu`il n`e´crit que de et d`, et il faut pour cela le grand air et liberte´. On sait que le voyage lui a rendu ce grand air et et liberte´. Donc pour Nerval, voyager, c`est poursuivre ailleurs un re^ve qui a` l`asile ne pouvait e^tre re´prouve´; c`est e^tre fou, mais d`une fac¿on le´gitime. Dans l`univers nervalien, ce re^ve ou cette folie-cette fonction de transformation de la re´alite´ se trouve assez souvent confie´e au mouvement et plus particulie`rement au mouvement rapide, a` la vitesse, qui est une sorte d`intensification du mouvement ordinaire. Dans le chapitre I, nous avons pour e´tude ce charme de la vitesse. Le chapitre II, voyage en orient, ce sera une initiation a` la re´alite´ profonde´ment transforme´e, exotique et vive. Dans le chaqitre III, nous avons de´crit le promenade dans son pays natal, valois-la voyage du souvenir et du passe´. Dans le chapitre IV, nous avons de´couvert une se´rie d`efforts du he´ros, qui veut retrouver la premie`re extase d`amour a` travers le rituel d`amour-voyage a` travers la femme. Et enfin dans le chapitre V, nous avons observe´ la mort-le voyage ultime-qui ne lui donne pas le plaisir, mais le calme e´ternel. Nous voudrions que ce travail e´claircisse des efforts du he´ros, qui poursuit <> a` travers ces divers voyages.

Le theme du double-mortifere chez Gerard de Nerval et chez Edgar Allan Poe

( Soo Kyung Kim )
4,000
키워드보기
초록보기

갈증과 긴장 - Y . Bonnefoy 의 시적 탐색

김정란
6,100
키워드보기
초록보기
Comme nous le dit M. Raymond, la caracte´ristique de la poe´sie moderne franc¿aise se trouve dans sa que^te me´taphysique et spirituelle. Y. Bonnefoy est l`un des poe`tes qui sont les plus fide`les a` ce courant. En apparence, la tentative me´taphysique semble e^tre l`e´le´ment le moins compatible avec ce poe`te puisqu`il a commence´ sa carrie`re par le refus philosophique plus ou moins bruyant de la philosophie me´taphysique surtout celle de Platon comme l`indique le titre de son premier recueil "Anti-Platon". Mais en fait, et un peu malgre´ lui, il demeure un poe`te rarement philosophique au sens le plus profond. Cependant, il faut ajouter que ce refus n`en est pas moins valide, car son refus consiste a` ce qu`il se me´fie de l`usage du langage philosophique. Selon lui, le concept philosophique cache la ve´rite´ en ravissant l`e´paisseur concre`te au re´el. Il aborde les proble`mes de la vie non a` travers le concept philosophique mais la langue poe´tique, qui, d`apre`s lui, est le seul langage qui ne soustrait pas la premie`re e´motion de la vie. Ainsi, sa que^te poe´tique ne peut jamais venir doubler celle de l`ontologie. Nous lisons partout la soif jamais alte´re´e de l`Etre chez ce poe`te. Et en ce qui concerne le symbolisme et les the`mes ainsi que la structure imaginaire de ce poe`te, nous trouvons une analogie parfaite avec le symbolisme du rite initiatique dont l`enjeu est fort proche de celui de la que^te de Bonnefoy: la conque^te de l`e^tre pur passant par la mort. En "re´inventant" le de´sir archai¨que de la socie´te´ traditionnelle, le poe`te contemporain te´moigne visce´ralement une fois de plus de l`aspiration au sacre´ de l`humanite´ qui est de´ja` accompagne´e du pre´ssentiment tragique de l`e´chec. Mais l`e´chec est notre lot; le poe`te est la` pour retrouver la clef perdue. L`e´criture continuera de´sormais ad vitam oeternam entre l`ici morne, qu`est l`e^tre limite´ et l`au-dela` brillant qu`est l`Etre illimite´ ou le plus qu`e^tre bachelardien. Mais comme le poe`te nous montre dans son avant-dernier recueil, la porte reste "scelle´e" et nous nous trouvons devant le "seuil" tout au plus. Ce qui nous restera finalement, cela ne serait qu`une soif et qu`une tension de notre esprit "de´sirant", mais nous devenons, c`est-a`-dire, nous allons quelque part ou nulle part. Qu`importe. Car le poe`te nous re´pond: "Je sais que nous avons grandi". Et ce grandissement, "le fruit de larme", est notre "orgueil" et notre "couronne".

Incertitude de L'Homme chez Angot de L'Eperonniere

( Chung Sook Kim )
5,200
키워드보기
초록보기
5,500
키워드보기
초록보기
Pourquoi le roman? En posant cette question, Marthe Robert installe son lecteur au coeur d`un des proble`mes les plus myste´rieux de toute la litte´rature. Aucune des de´finitions donne´es jusqu`a` pre´sent pour expliquer un genre a` la fois si universel et si disparate n`e´tant satisfaisante, Marthe Robert prend pour point de de´part le texte ce´le`bre de Freud sur le roman familial des ne´vrose´s pour de´montrer que tout roman a pour opigine le me^me besoin de bousculer l`ordre des choses, de changer la vie, qui entrai^ne le petit enfant a` se re^ver des parents imaginaires meilleurs, plus forts et plus beaux que sa famille re´elle. Du conte de fe´es et du feuilleton populaire aux plus hautes cre´ations litte´raires, le he´ros romanesque est toujours soit l`Enfant trouve´, qui refait le monde a` sa guise, soit le Ba^tard, qui cherche a` imposer sa volonte´ au monde. Ce re´sume´ tre`s grossier ne saurait rendre l`admirable complexite´ des analyse de Marthe Robert. C`est tout le paysage romanesque qui change insensiblement sous nos yeux, une nouvelle histoire du roman qui s`e´crit, une nouvelle me´ditation sur l`e´ternel re^ve humain qui se poursuit sans faiblir dans ces pages. Il voudrait e´tudier sur place les comices de madame Bovary, demander des renseignements pour e´crire l`histoire du pied-bot, et des conseils a` des le´gistes rouennais pour traiter exactment les affaires louches de L`heureux, qui vont causer la perte d`Emma.

롤랑 바르트의 텍스트론과 그 실천

김희영 ( Hi Young Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  23권 0호, 1988 pp. 109-123 ( 총 15 pages)
5,000
키워드보기
초록보기
Les dernie`res recherches critiques de Roland Barthes se re´sument en Texte ou/et Textualite´. Si le Texte signifie pour la plupart des se´miologues structuralistes un objet fini et clos derrie`re lequel se dissimule un sens unique et stable de l`oeuvre, Barthes le conside`re avant tout comme une production ou` se rejoignent le lecteur et le scripteur pour jouir d`une infinite´ de signifiants. Le but de notre e´tude est donc d`examiner sa the´orie, afin de mieux comprendre sa pratique des textes dans S/Z et Fragments d`un discours amoureux qui, pour nous, semblent illustrer mieux qu`aucune autre recherche, le nouveau concept du texte tel qu`il a e´te´ e´labore´ par Kristeva ou le groupe telque´lien. Car si sa the´orie du texte souffre encore du "syste`me de tutelle", ses pratiques textuelles de´passent largement cet e´tat de "la communication intellectuelle" pour aboutir a` une critique cre´atrice et dynamique. La lecture plurielle dans S/Z s`effectue gra^ce a` des concepts de connotation et de codes, ce qui fait perdre au texte balzacien son caracte`re re´aliste et monose´mique, tandis que dans Fragments......la re´e´criture de Barthes a` partir d`un texte de Goethe e´chappe a` toute tentative de structuration ou de signification objective et globale. Les strate´gies de la "contre-rhe´torique" ou du "fragment" employe´es par Barthes dans ce livre ont pour but de briser la supre´matie de la Doxa ou du Syste`me, qu`il n`a pas cesse´ de de´noncer tout au long de sa vie. Nous concluons que si le Texte devient un concept-cle´ pour ses derni`eres activite´s critiques, ce n`est pas tant qu`il se pre^te a` une de´monstration des me´talangages, mais c`est pluto^t que le Texte e´tant pour lui un synonyme de la lecture ou de l`e´criture, il rec¿oit son sens plein et laisse au lecteur la liberte´ de choisir son propre discours par rapport au discours donne´. C`est donc gra^ce a` ce concept du Texte que Barthes a hisse´ la critique litte´raire a` un exercice cre´ateur et par la` me^me a renouvele´ notre conception de la litte´rature.

서설 , 프랑스 작가들에 미친 니체의 영향

배기열 ( Ki Yul Bae )
한국불어불문학회|불어불문학연구  23권 0호, 1988 pp. 125-140 ( 총 16 pages)
5,100
키워드보기
초록보기
Quatre-vingts huit ans apre`s la mort de Nietzsche, on s`e´tonne de le trouver encore si pre´sent a` la pense´e franc¿aise. Parmi les e´crivains contemporaines, a` l`exception peut-e^tre des plus jeunes, il en est peu qui n`aient eu, a` un moment ou a` un autre, a` se mesurer a` cette pense´e, pour y adhe´rer ou pour prendre a` son e´gard leurs distances. Il sera tre`s utile de chercher les influences de Nietzsche sur les e´crivains franc¿ais en ce qui concerne le premier semestre du vingtie`me sie`cle. Dures anne´es de guerres et de de´sastres, d`inquie´tude et de de´sarroi, qu`ont pense´ de Nietzsche, dans cette pe´riode, les e´crivains franc¿ais? Quelle action a-t-il pu avoir sur leur e´volution intellectuelle et morale comment a-t-il pu modifier leur sensibilite´, orienter leur volonte´? Comment se sont-ils affirme´s, face a` lui? Comment l`ont-ils compris, continue´, combattu, de´nature´? Litte´rateurs, the´ologiens, philosophes, a` tous Nietzsche a pose´ des proble`mes du surhomme, d`un antichristianisme, de l`Eternel retour, d`un gou^t dangereux pour les solutions de violence. Beaucoup d`e´crivains se cherchent eux-me^mes en cherchant Nietzsche, s`identifient a` lui partiellement, lui demandent ce qu`ils doivent eux-me^mes approuver ou rejeter, a` moins qu`ils n`espe`rent de lui un "climat" de vague he´roi¨sme ou un "e´lan" mal de´fini dans ses buts. Encore est-il que quelques-uns l`ont pris au se´rieux jusqu`a` en mourir. La plupart cherchent en lui des points de contact. A un tel point que l`on peut dire que c`est comme moraliste que Nietzsche a le plus fortement agi en France.

Ionesco 희곡 Le Roi se meurt 의 극적 형상화

오세곤 ( Sei Kon Oh )
한국불어불문학회|불어불문학연구  23권 0호, 1988 pp. 141-155 ( 총 15 pages)
5,000
키워드보기
초록보기
Pour un metteur en sce`ne, une pie`ce de the´a^tre est avant tout une matie`re a` analyser subtilement en vue de sa dramatisation sans aucune distorsion. Pour cela, nous nous proposons une me´thode gne´ne´rale d`analyse en prenant comme exemple Le Roi se meurt d`Ionesco. On peut essayer l`analyse de cette pie`ce par les deux perspectives suivantes: l`espace et le temps. D`abord, on constate que la structure spatiale de cette oeuvre a deux possibilite´s: re´ductibilite´ et extensibilite´. Tous les sympto^mes qui indiquent la mort du Roi et aussi tous les personnages sauf le Roi peuvent e^tre re´duits a` la personne du Roi. Cela veut dire que cette oeuvre peut e^tre repre´sente´e comme un monodrame. De plus, son domaine est susceptible d`e^tre e´tendu jusqu`a` chacun de nous, a` notre monde entier, a` l`Histoire de l`humanite´ et me^me a` tout l`univers. De la sorte, tous les e´le´ments dans cette oeuvre annoncent la mort du Roi et, d`ailleurs, sa mort est de nature a` devenir la mienne, la no^tre et aussi celle de ce monde et de cet univers. Ensuite, le rythme temporel de cette oeuvre est caracte´rise´ par une re´pe´tition continuelle de "tour et retour", car le recul provisoire entrai^ne par la suite la progression ultime. Cela e´tant constate´, nous croyons que Le Roi se meurt peut e^tre dramatise´ par une structure a` la fois re´ductible et extensible et aussi par un rythme temporel qui est une re´pe´tition continuelle de "tour et retour".

〈 제5권 〉의 진위문제 연구

유석호 ( Seuk Ho Youh )
한국불어불문학회|불어불문학연구  23권 0호, 1988 pp. 157-170 ( 총 14 pages)
4,900
키워드보기
초록보기
L`authenticite´ du Cirtquie`me Livre ne cesse d`e^tre remise en cause de`s son apparition a` tel point qu`elle devient un po^le d`attraction des e´tudes rabelaisiennes. La plupart des rabelaisiens, sans pouvoir re´soudre de´finitivement le proble`me, ont une tendance a` vouloir le´gitimer cette oeuvre afin de se procurer une conclusion logique de l`oeuvre de Rabelais. Dans cette e´tude, nous nous proposons d`analyser les proce´de´s narratifs du Cinquie`me Livre en comparaison avec les autres livres du cycle pantagrue´lique pour aborder ce proble`me. Les interventions du narrateur, qui s`adresse directement au lecteur virtuel en dehors de l`univers romanesque et commente librement les ´eve´nements, deviennent rares dans le Cinquie`me Livre et n`arrivent pas a` montrer le dynamisme de la narration tel que dans les livres pre´ce´dents. D`ailleurs, le fait que le narrateur s`engage fre´quemment dans les dialogues entrai^ne une forte diminution des paroles des personnages, ce qui rend monotone la narration du Cinquie`me Livre, par exemple, par rapport au Quart Livre. On sait bien que dans le Quart Livre, l`engagement des personnages par la parole a` l`e´gard de l`e´trangete´ des pays qu`ils visitent fait de ce re´cit de voyage une ve´ritable odysse´e verbale. Parallele`ment a` ce phe´nome`ne, les re´cits secondaires, dont la prolife´ration caracte´rise la narration du Tiers livre et du Quart Livre, n`apparaissent gue`re dans le Cinquie`me Livre. Ces diffe´rences des proce´de´s narratifs nous ame`nent donc a` croire que malgre´ l`imitation consciencieuse de son auteur et sa qualite´ litte´raire bien supe´rieure a` celle d`autres oeuvres romanesques de l`e´poque, le Cinquie`me Livre est d`une autre conception que l`oeuvre de Rabelais.
1 2 3 >