글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 30권 1호 (1995)

불문학 : 에로스 , 로고스 , 포에시스 : 말라르메의 오르페 시학

김종호 ( Jong Ho Kim )
5,700
키워드보기
초록보기
Le mythe d`Orphe´e retentit dans l`oeuvre de Mallarme´, de ses premiers vers aux Poe´sies, traverse´e par de nombreuses "ombres" fe´minines, insaisissables et invisibles me^me comme Eurydice. L`analyse d`Entre quatre murs nous montre en effet que le poe`te adolescent, traumatise´ par la mort de sa me`re et celle de sa soeur surtout, enracine son re^ve dans ce mythe de la perte. Son lyrisme particulier s`eclo^t dans ce greffage du re^ve inconscient et du mythe. Il y a donc une correspondance profonde entre la poe´sie mallarme´enne et le mythe orphique, fonde´s, tous deux, sur la conception essentielle de la dualite´ : la lumie`re et l`ombre, la mort et la vie, l`absence et la pre´sence, le temps et la me´moire, la conscience et l`inconscient, le de´sir et son objet etc.... La dualite´ qui se manifeste, chez Mallarme´, dans l`opposition obsessionnelle de l`ide´e du Ne´ant et du Beau, se figure, en sa poe´sie, comme une lutte entre la vierge et la passion, le lys et la rose rouge, entre une nixe et une licorne en feu. Ainsi dans L`Apre`s midi d`un Faune et dans Plusieurs sonnets. Tout consiste a` re´concilier ces antagonistes pour en incarner une Figure, a` la fois vierge et vivace, pure et voluptueuse en me^me temps, que "Nul n`est" mais dont la pre´sence subsiste myste´rieusement, "sous le mirage interne des mots me^mes". La poe´sie de Mallarme´ semble se polariser dans ces efforts de re´conciliation, et s`e´rotiser me^me dans cette incarnation. La re^verie dialectique amoureuse se concentre dans He´rodiade, oeuvre qui cristallise en miroir d`encre la Femme du re^ve, la Beaute´ myste´rieuse. Ainsi s`ache`ve l`aventure inte´rieure, langagie`re de Mallarme´, pe´lerinage d`un nouvel Orphe´e.

불문학 : Valery - Serpant의 존재론 분석

김현곤 ( Hyun Gon Kim )
7,200
키워드보기
초록보기
La patiente recherche vale´ryenne de l`intelligence inde´finiment prolonge´e et reprise se fraie le chemin de l`(E^tre). Mais, comme vale´ry-Serpent lui-me^me exprime bien, il est vainqueur le son . Nous avons envisage´, dans cette e´tude sur l`E´bauche d`un serpent, l`ontologie chez Vale´ry- Serpent. Cette e´tude suit l`Analyse de l`ontologie chez Vale´ry-Faust(1984). Les e´le´ments ontologiques dans la poe´sie de P. Vale´ry (e´tude sur le Fragment du Narcisse et Amphion) (1991) et Le Non E^tre en tant que
  • et l`E^tre en tant que implique´s dans de Paul Vale´ry(1994) . Il marque cinq moments psychologiques ou dialectiques en restant fide`le a` la pense´e du comparable a` celle du . A la premie`re partie de trois moments ou au premier acte de trois sce`ne, le serpent de´bute d`abord comme le qui, faisant penser a` Me´phistophe`les, montre a` l`instant l`air de protestaire en admirant de contre qui a fait C`est pourquoi que le serpent, qui est souvent un symbole phallique et celui du libido, re´alise sa se´duction non pas e´tant attire´ par le sens de lui-me^me, mais en e´veillant l`inconscient d`E`ve elle-me^me de . C`est pour ainsi dire la re´volte explicite contre et le triomphe de l` et de ou de l`intellectualisme vale´ryen. On comprend a` la deuxie`me partie de deux moments que le serpent torde continuellement le , lesquels s`identifient l`un a` l`autre selon la psychanalyse. On devrait cependant pre^ter attention au mot en songeant Faust poste´rieur-, parce que ce mot n`est pas cite´ seulement au sens ordinaire de <≪la connaissance ≫ du bien et du mal> dans le Bible. La s`emploie ici au sens de la connaissance radicale au sens faustien du mot et, ce mot d`ailleurs implique le sens de l`aspiration- qui . Nous avons essaye´ d`interpre´ter la premie`re partie en citant la psychanalyse de C. G. Jung et deuxdie`me partie en citant la phe´nome´nologie de Hegel en tandant a` l`union de deux the´ories, parce qu`ils se rencontrent, Jung en e´clairant fonde´ sur la symbolique de Serpent-Christ- Logos de . Hegel approche de a` travers la the´orie fonde´e sur le mouvement de , qui atteint son et comprend par intuition de et de chez Christ en me^me temps que tous deux de´veloppent les the´ories l`un a` partir du . l`autre a` partir de l` de la me^me conscience de l`e^tre humain
  • 불문학 : 앙드레 브르통 작품의 제목 연구

    노시훈 ( Shi Hun Noh )
    5,200
    키워드보기
    초록보기
    Parmi les divers paratextes, le titre surtout est susceptible de contribuer a` e´clairer des textes surre´alistes herme´tiques. Les titres surre´alistes, spe´cialement ceux des recueils de poe`mes, le plus souvent diffe`rent des titres traditionnels en ceci que ceux-la` de´truisent le rapport classique entre le titre et le texte. L`analyse des titres surre´alistes, cette e´tude ayant pour objet ceux d`Andre´ Breton jusqu`en 1941, nous aidera donc a` interpre´ter les textes correspondant. Pour ce travail, on doit de´finir les fonctions du titre. En faisant la synthe`se des de´finitions dans la titrologie faites par des titrologues comme Hoek, Grivel, Duchet. Mitterand et Genette en se re´fe´rant au mode`le de Jakobson sur les fonctions du language, on peut discerner les cinq fonctions du titre: e´motive, re´fe´rentielle, poe´tique, me´talinguistique, conative. Le titre re´ve`le les attitudes de l`auteur (fonction e´motive), identifie le texte et de´signe son contenu et les divers contextes extralinguistiques (fonction re´fe´rentielle), vise a` son message en tant que tel et met l`accent sur son message pour son propre compte (fonction poe´tique), comme me´talangage, de´crit le texte et signale son genre (fonction me´talinguistique), "de´clenche et stimule la curiosite´, l`inte^ret, le feuillettement, l`achat ou l`emprunt" (fonction conative). Les titres de Breton jusqu`en 1941 montrent les traits ge´ne´raux du titre tels que l`absence de verbe, l`usage fre´quent du substantif accompagne´ ou non de l`article, celui de l`adjectif ou de la locution adjective. L`usage fre´quent de la locution fige´e a` l`e´cart du contenu du texte les distingue nettement des titres traditionnels. Breton utilise cette locution pour donner une force renouve´le´e a` des sens qui sont e´puise´s par un emploi trop fre´quent. Quant aux fonctions des titres de Breton, la fonction re´fe´rentielle, dominante dans les titres traditionnels, y est devenue faible excepte´ dans ses titres me´talinguistiques et la fonction poe´tique y a l`initiative, surtout dans les titres de ses recueils de poe`mes. Ses titres poe´tiques ont la valeur artistique d`un vers. Malgre´ son "refus des pratiques commerciales et publicitaires", sa me´thode de l`intitulation des oeuvres est imite´e par la publicite´ parce que ses titres ont une fonction conative. C`est pour re´aliser sa poe´tique de rupture que Breton donne un nouvel aspect du titre comme paratexte. Il refuse la mimesis et la composition logique de l`e´criture traditionnelle parce qu`il pense que l`e´criture essentiellement doit e^tre la transcription du language surgissant par l`imagination. Il veut donc re´aliser une nouvelle e´criture comme poe`me-collage, e´criture automatique etc. Le titre surre´aliste fait partie de ce programme de rupture. Il est ne´cessaire d`examiner si les autres paratextes de Breton, par exemple ses intertitres, jouent un me^me ro^le.

    불문학 : 『운명시집』: Alfred de Vigny의 자아 복원의 장

    박순정 ( Soon Jung Park )
    5,000
    키워드보기
    초록보기
    A.de Vigny consacre la plupart de ses poe`mes a` la peinture des victimes et de leurs douleurs. Mais nous pouvons trouver un tournant dramatique sur l`optimisme dans quelques poe`mes des Destine´es, plus apparant surtout dans les oeuvres des dernie`res anne´es. Par rapport a` cela, nous essayons d`expliquer ce tournant comme la volonte´ de re´duire sa souffrance cause´e par la re´pe´tition des de´faites. Nous pouvons discerner cette volonte´ the´rapeutique dans La Mort du loup, La Flu^te, la premie`re strophe de La Bouteille a` la mer. De plus, il a l`intention de repre´senter sa supe´riorite´ et sa gloire. D`abord il essaie de se de´livrer de l`infe´riorite´ en de´gradant ceux qui l`ont fait sentir l`humiliation, puis il se montre avec ostentation comme un vainqueur en admirant la poe´sie et le poe`te. Ce nouveau moi se place de fac¿on insolente dans les Oracles, Wanda, La Maison du berger, La Bouteille a` la mer et l`Esprit pur. Le dernier poe`me du poe`te, L`Esprit pur couronne avec bonheur l`e´volution du moi. Dans le cas de Vigny, l`oeuvre n`est pas seulement un moyen de s`exprimer, mais aussi de se re´habiliter.

    불문학 : Victor Hugo의 〈새로운 싯귀〉의 이론과 실제

    윤세홍 ( Se Hong Yun )
    한국불어불문학회|불어불문학연구  30권 1호, 1995 pp. 95-107 ( 총 13 pages)
    4,800
    키워드보기
    초록보기
    Etudier le vers de Victor Hugo demande une vue historique de la poe´sie franc¿aise, en particulier du XVIIe sie`cle jusqu`a` son e´poque. Cela tient au fait que l`essentiel des re`gles de la versification avait e´te´ e´tabli au XVIIe sie`cle, et e´tait reste´ valable tout au long du XVIIe, et me^me a` l`e´poque de Hugo. Aussi devons-nous tenir compte du fait que la poe´sie hugolienne se caracte´rise surtout par rapport au mode`le classique. En 1843, Hugo pre´tend avoir innove´ l`alexandrin classique dans sa lettre adresse´e a` Wilhem Te´nint, d`apre`s laquelle son consiste en discordance entre unite´ syntaxique et unite´ me´trique. Mais, en re´alite´, il existait de´ja` a` l`e´poque classique de tels proce´de´s qui se diffe´renciaient sleon les genres litte´raires : on les employait avec une certaine mode´ration dans les grands genres, alors que, dans les genres moins stricts, on les employait avec un peu plus de liberte´. En 1854, Hugo pre´tend cette fois-ci avoir de´moli l`alexandrin classique dans son oeuvre poe´tique 『Les Contemplations』, notamment dans trois pie`ces du livre premier : 「Re´ponse a` un acte d`accusation」, 「Suite」 et 「Quelques mots a` un autre」. Cependant, la pratique de Hugo y manifeste un caracte`re double, a` la fois classique et novateur. En effet, il ne renonce jamais au vers re´gulier aussi radicalement qu`il a pre´tendu l`avoir fait. Aussi 『Les Contemplations』 ne montrent-elles pas de grandes variations du de´but jusqu`a` la fin dans la composition effective du recueil. Par ailleurs, il faut souligner l`e´volution de la technique de la discordance rythmique selon les e´poques-depuis le XVIIe sie`cle jusqu`a` l`e´poque de Hugo-puisque Hugo a e´largi la voie ouverte par La Fontaine au XVIIe sie`cle et ensuite par Che´nier au XVIIe sie`cle. Ce qui fait l`originalite´ de l`alexndrin hugolien, c`est la complexite´ rythmique, issue de nombreux proce´de´s de la discordance rythmique. Bref, son action visait a` e´tendre le domaine he´rite´ du classicisme et a` e´largir dans d`autres directions le champ qu`il s`e´tait donne´ a` lui-me^me.

    불문학 : 「해몽가」해석과 아폴리네르의 이야기

    이규현 ( Kyu Hyon Lee )
    한국불어불문학회|불어불문학연구  30권 1호, 1995 pp. 109-128 ( 총 20 pages)
    5,500
    키워드보기
    초록보기

    불문학 : Henri MICHAUX의 시에 나타난 고통의 연금술

    조병순 ( Byeong Jun Jo )
    한국불어불문학회|불어불문학연구  30권 1호, 1995 pp. 129-147 ( 총 19 pages)
    5,400
    키워드보기
    초록보기
    Chez Michaux, le corps est constamment mis en sce`ne. Les caracte´ristiques premie`res du corps sont la faiblesse et l`insuffisance, le manque de forces et de sante´. La vie n`y est point affirme´e comme une certitude ni comme un e´lan. Le corps est pour Michaux un lieu de souffrance ou` le sujet e´prouve la division de son e^tre. Pour que ce corps maudit ne soit plus le lieu d`une division atroce, il lui faut du mouvement. Mais la maladie du poe`te le condamne a` l`immobilite´ absolue au lit et son corps devient be´ton, sans vie. Contre ce malheur ontologique, le poe`te cherche des exorcismes. Les exorcismes sont donc, pour Michaux, un moyen de de´passement des e´preuves du re´el opprimant. Ces exorcismes refle`tent bien le vouloir-vivre et le vouloir-faire du poe`te, en assurant la promesse de renaissance et d`immortalite´ dans la semence. L`acquisition d`une force efficace pour bouleverser sa position de subordonne´ et modifier la re´alite´, est un vieu re^ve de Michaux. En effet, il ne cesse jamais de viser la re´ussite et d`e´tudier les moyens de l`efficacite´. Pour montrer donc comment s`effectue concre`tement, dans l`e´criture de Michaux, cette ope´ration magique, cette transmutation poe´tique de l`expe´rience douloureuse, et pour mieux comprendre sa signification esthe´tique, nous avons e´tudie´ les exorcismes michaudiens sous deux angles diffe´rents: "Exorcisms I" qui est la magie verbale et "Exorcisms II" qui est la magie de l`imagination. Dans Exorcisms I, nous avons essaye´ de de´voiler l`ope´ration magique du poe`te a` travers la musicalite´ poe´tique, et dans Exorcisms II, nous avons analyse´ sa "Poe´sie pour pouvoir" par le biais de son entrai^nement spirituel. Ainsi notre petite e´tude montre comment la vie en souffrance sert a` la puissance litte´raire qui est au fond une ve´ritable salvatrice.

    불문학 : 프랑시스 뽕쥬의 작품에 나타난 사물과 글쓰기

    허정아 ( Jung A Huh )
    한국불어불문학회|불어불문학연구  30권 1호, 1995 pp. 149-164 ( 총 16 pages)
    5,100
    키워드보기
    초록보기
    Comment la chose est-elle travaille´e par l`e´criture? Au sortir de la lecture des oeuvres de Francis Ponge, telle est la principale question que nous nous posons. Le travail d`e´criture e´claire sur l`origine de l`impossibilite´ de l`expression et sur l`enjeu de la parole poe´tique. La chose repre´sente l`univers dont les principales caracte´ristiques se re´sument par l`immobilite´, le mutisme, l`enfermement, la lourdeur, la totalite´ et l`e´paisseur. Dans la proble´matique de l`expression (pour sortir du mutisme), la ligne directrice des mouvements d`e´criture vise a` transformer la chose immobile et muette en un objet mouvant de la parole. Les mouvements d`e´criture sont des processus de de´-prise de la fascination (paralysante). Ainsi interviennent, au fil du texte, trois temps: la peur et la fixite´, l`approche et la me´tamorphose litte´raire, et la distanciation. Au coeur des mouvements interactifs, l`objet s`incorpore comme le "moyen d`expression". En cela re´side tout le dynamisme de l`e´criture de Ponge. Car c`est cette fonction concre`te et mate´rielle qui permet au sujet d`acque´rir la parole : une parole coupe´e par laquelle le sujet parvient a` se de´tacher de l`univers enferme´ de la chose. Mais dons le de´roulement de la transformation de la chose muette en un objet parlant, se re´ve`le une contradiction ine´vitable de la parole poe´tique. Face a` la chose paralysante. Ponge prend le parti des choses, mais il est oblige´ de casser la chose afin de la transformer en un objet textuel. Le de´nouement du paradoxe de la position intellectuelle de Ponge trouve sa cle´ dans le de´saisissement. Ponge nous fait savoir que l`exce`s de parole est une "tentative" pour saisir l`insaisissable et qu`il est impossible de puiser parfaitement l`e^tre de la chose. Mais il nous apprend en me^me temps que c`est justement cette imperfection qui permet l`existence de l`oeuvre.

    불문학 : 로브그리예 소설에서의 자전적 요소 - Le miroir qui revient을 중심으로 -

    고광단 ( Kwang Dan Ko )
    한국불어불문학회|불어불문학연구  30권 1호, 1995 pp. 165-180 ( 총 16 pages)
    5,100
    키워드보기
    초록보기
    Lorsqu`il e´crivit ceci dans la premie`re partie de son oeuvre Le miroir qui revient(1984), Robbe-Grillet semblait e´branler les assises du Nouveau Roman depuis son origine. Car le Nouveau Roman, difficile, geo´me´trique et desse´che´ se situait jusqu`alors bien loin de la chaleur autobiographiques. En nommant sa nouvelle e´criture `Romanesques` , il commen¿ca a` questionner ces re´alite´s de "moi", d`"interieur", de "parler de" et donc de s`inscrire dans une parspective de sens re´fle´chi...... mode dans lequel il s`e´tait jure´ de ne jamais tomber. Ses `Romanesques` de nature ficitive gravitent autour des notions de manque et d`absence. Leur modalite´ d`expression re´sulte d`un pacte autobiographique selon lequel dans le cadre d`une trilogie, l`auteur, le narrateur et le personnage principal sont les seuls et les me^mes personnages. Ainsi dans cette logique, la figure de Corinthe devient celle de Robbe-Grillet lui-me^me, celle du narrateur, voire celle du double de son pe`re. Le miroir qui revient, a` travers les diffe´rents discours, autobiographique, fictif, me´tatextuel et qui donne d`une seule voix, celle de l`e´crivain, comme un e´cho ou une image de´multiplie´e, renvoit a` cette figure rhe´torique, la me´tonymie, loin d`une e´criture, loin d`un texte ou` le sens se re´ve`le d`une manie`re line´aire et univoque. Ainsi, on peut penser qu`a` la confluence et au creux de l`interpe´ne´tration des discours, au service d`une me^me et seule fiction, se de´ssine "la liberte´" d`un "moi" retrouve´, celle, inventrice et cre´atrice. Bien que Le miroir qui revient ait inaugure´ la se´rie intitule´e `Romanesques` , il nous faudra mener a` bien l`analyse des oeuvres suivantes : Ange´lique, ou l`enchantement et Les derniers jours de Corinthe, pour e´voquer plus en de´tail les e´le´ments autobiographiques et leur de´finition dans le genre litte´raire.
    5,300
    키워드보기
    초록보기
    Epaves appele´s roman de´crit a` la troisie`me personne l`histoire d`un homme durant 5 ou 6 mois. Et La Chute appele´e re´cit prend la forme de soliloque ou` le personnage principal raconte en 5 jours toute sa vie. Malgre´ les diffe´rences exte´rieures qui existent entre ces 2 oeuvres, nous pouvons trouver beaucoup de ressemblances dans la forme ainsi que dans le fond. Le sujet qui traite `la crise` et `l`e´tat d`a^me´ des personnages au prise de conscience de leur la^chete´ et de leur culpabilite´, demande intrinse`quement a` ces 2 oeurvres une certaine forme identique qui se situe entre le roman et le re´cit. C`est-`a-dire, Epaves, perdant la temporalite´ de 5 ou 6 mois, prend la tendance au re´cit et La Chute, prenant quelques modifications dues aux e´le´ments accidentels d`interlocuteur et de circonstance, tourne au roman. En conse´quence, nous pouvons mettre ces 2 oeuvres, au me^me position de forme que nous appelons : roman-re´cit. Et les structures internes de ces 2 histoires montrent la structure presque identique de spirale qui se forment autour du the`me de la prise de conscience. A part de ces ressemblances de forme et de structure interne, nous pouvons y trouver quelques sce`nes et e´pisodes presques identiques : la sce`ne de la Seine qui de´clanche chez ces 2 personnages la prise de conscience de leur la^chete´ et de leur culpabilite´ : les rencontres avec le voyou et avec le motocycliste : le journal qui raconte la de´couverte d`une noye´e et `le point noir" que Clamance croyait e^tre un noye´. Avec ces ressemblances concre`tes, nous pouvons aussi trouver celle de leur e´tat d`a^me apre`s cette prise de conscience. Philippee, homme veule qui vivait une vie fige´e dans les convensions bourgeoises, tente de retourner au monde immobile en oubliant et oblite´rant ce moment critique. Clamance, ex-avocat bien connu a` Paris, apre`s avoir re^ve´ une vie de sommet, prend le chemin de la chute. Les mouvements de leur e^tat d`a^me, d`un co^te´ l`immobilite´, d`un autre l`ascension et la chute, sont presques oppose´s. Mais l`immobilite´ de Philippe est celle qui camoufle l`ane´antissement de son existence, et la chute de Clamance n`est qu`un jeu de conscience qui vise d`arre^ter cette chute. De la` il en re´sulte que cette immobilite´ et cette chute se rejoingnent au me^me point. Philippe et Clamance ne sont pas de simples personnages d`une histoire. Comme le disent ces auteurs. Philippe est le portrait d`un bourgeois, un bourgeois au cre´puscule, et Clamance est le portrait d`un he´ros de notre temps. Dans ce sens, ces 2 oeuvres devraint e^tre lues comme des oeuvres mythiques et symboliques.
    1 2 3 4 >