글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 31권 1호 (1995)

불문학 : 말라르메와 불교 예비적 고찰

김경란 ( Kyung Ran Kim )
5,100
키워드보기
초록보기
Le concept mallarme´en du rien est supe´rieur au concept de´ja` e´tabli du rien. Mais son interpre´tation se faisait au sens litte´ral, et ne sortait pas des limites des cate´gories du christianisme. Il faudra saisir son sens du rien dans la dimension des efforts pour harmoniser le rien ne´gatif avec le rien productif. Si l`on bent compte du motif bouddhiste, son asce´tisme et sa volonte´ du de´passement seront mieux prouve´s. Pour ve´rifier le proble`me de l`influence bouddhiste, l`analyse de la Correspondance, des Documents et des proses mallarme´ens est ine´vitable. Nous y trouvons quelques traces de cette influence, bien qu`elles ne soient pas les preuves directes qui peuvent e^tre reconnues unanimement. L`objectivation de ces preuves est, parfois, hors de notre porte´e. Toutefois, nous trouvons dans ses correspondances des qualificatifs globalement ne´gatifs qui approchent du rien positif. En re´sume´, le poe`te a sans cesse re´fle´chi sur le rien et il a voulu supposer un autre rien, une re´volution dans la vision du rien. Son exercice de vue coi¨ncide avec celui du bouddhisme. Mallarme´ comprenait since`rement le bouddhisme et sa conside´ration e´tait de´ja` au-dela` des "lieux communs".

불문학 : 싯귀vers에 대한 세가지 관점 : 일반싯귀 , 자유싯귀 , 작가싯귀

김옥련 ( Ok Ryon Kim )
4,900
키워드보기
초록보기
Qu`est-ce que le vets? Cette simple question implique a` la fois le proble`me du rapport du vers et de la poe´sie: celui du me`tre et du rythme, et celui de la langue et du discours. Nous proposons trois points de vue sur le vers: le vers ordinaire, le vers-libre, le vers du discours. Les deux premiers points de vue sont fonde´s sur la the´orie tnaditionnelle du rythme, par exemple, la me´trique. Ces deux points de vue situent la signification des adjectifs "ordinaire" et "libre", et nous permettent de comprendre la querelle du vers-libre. Pour pre´senter un nouveau regard sur le vers, nous proposons l`expression "le vers du discours". Ce que nous entendons par cette expression, c`est l`extension de la me´trique jusqu`a` une poe´sie sans me´trique. Il ne s`agit pas du vers-libre compris comme la ne´gation des formes fixes. Le vers est libre dans la mesure ou` le vers est du discours. Le vers, soit l`alexandrin traditionnel qui maintient la me´trique, soit l`alexandrin qui viole la me´trique, sera libre quand le discours rec¿oit la me´trique et non pas le contraire. Pour que le discours puisse recevoir la me´trique, le troisie`me point de vue rede´finit le ro^le des nombres, de la ce´sure et de la rime du vers: Premie`rement, le vers renonce a` la notion de pied comme une unite´ me´trique car la notion de pied conserve le nombre qui conserve l`ordre, et qui conserve la me´trique quantitative. Si le vers renonce a` la notion de pied comme une unite´ me´trique, c`est qu`il renonce a` compter: ici tombe l`opposition entre compte´ et non-compte´, celle entre le vers ordinaire et le vers-libre. Deuxieme`ment, le vers renonce a` la notion de ce´sure comme une coupure. Elle doit e^tre comprise comme un accent. Par la`, elle peut participer a` la re´alite´ du discours. L`accent me´trique a` la 6e position n`est pas seulement me´trique, mais passe pour l`accent rythmique. Troisie`mement, on rede´finit la rime. La rime est l`e´le´ment de composition, non l`indice de la fin du vers. Elle organise tous les autres mots du vers. Le poe`te se de´livre de la contrainte du vers en recevant la rime, non seulement a` la fin du vers, mais dans tous les coins du poe`me. Apre`s avoir rede´fini des e´le´ments inte´rieurs du vers, le troisie`me point de vue rede´finit des e´le´ments exte´rieurs du vers, disons la notion de la strope a` celle d`un poe`me. Enfin, le vers ne peut pas rester l`unite´ me´trique. Il devient l`unite´ du discours.

불문학 : 기억의 어둠과 시의 빛 : 랭보의 근원적 환상과 환상적 표상

김종호 ( Jong Ho Kim )
5,300
키워드보기
초록보기
"Fils du soleil", Rimbaud est aussi fils de "la bouche d`ombre". Sa poe´sie, en effet. de´ce`le deux forces dominantes qui se contredisent: l`une, solaire, paternelle. qui fait converger vers elle les de´sirs de "s`e´vader a` la re´alite´" : et l`autre, re´elle, maternelle, terrestre et te´ne´breuse, qui contrebalance sourdement le he´liotropisme imaginaire. Ainsi s`apparai^t dans les Poe´sies la structure oedipienne sous-jacente a` l`e´criture rimbaldienne. Elle de´termine plusieurs sce`nes fantastiques, a` la fois re`ve´es et ve´cues, tant originaires qu`oniriques, et cosmiques. L`equilibre triangulaire s`en maintient a` peu pre`s jusqu`aux Derniers vers. Mais il se de´truit dans les dernie`res oeuvres de Rimbaud. Une Saison en enfer et Les Illuminations, qui traduisent chacune un "combat spirituel" pour survivre a` l`Ombre maternelle et un combat pour conque´rir la "clarte´ divine" aux de´pens du "soleil, dieu de feu". La "splendeur" des Illuminations, cette "lumie`re qu`on a cre´e´e" en est la preuve, celle d`un accomplissement ultime d`un Rimbaud oedipien.

불문학 : 『파타 모르가나 Fata Morgana』: 자동기술의 지속과 변모

노시훈 ( Shi Hun Noh )
5,000
키워드보기
초록보기
Fata Morgana (1940) montre que l`e´criture automatique, en de´pit de son "infortune continue", subsists dans les oeuvres poe´tiques de Breton. L`e´tat de demi-sommeil du narrateur de Fata Morgana est celui qui est le plus favorable a` la "dicte´e de la pense´e." On peut trouver e´galement dans ce poe`ms, le style propre du texte automatique: la re´pe´tition phone´tique, l`usage des structures syntaxiques qui facilitent le `rapprochement` de deux termes incompatibles (SN₁+V+SN₂, SN₁+de +SN₂) et enfin les `anomalies se´mantiques.` Ces aspects phone´tique, syntaxique et se´mantique permettent d`affirmer que Fata Morgana est le produit de l`e´criture automatique. Dans Fata Morgana, l`e´criture automatique subit une me´tamorphose sur deux plans. D`abord, ells s`adapte a` l"arrangement en poe`me.` Gra^ce a` cet ame´nagement, on peut saisir plus clairement la structure des textes automatiques. Ensuite, ells coexists avec une autre e´criture dans un texte. Cette coexistence nai^t de l`intention de Breton de re´soudre toutes les antinomies. Fata Morgana (1940) montre que l`e´criture automatique, en de´pit de sa "infortune continu", subsiste dans les oeuvres de Breton. La condition de demi-sommeil du narrateur de cette oeuvre est celle qui est le plus favorable a` la "dicte´e de la pense´e." On peut trouver e´galement dans ce poe`me le style propre du texte automatique: la re´pe´tition phone´tique: l`usage des structures syntaxiques qui facilitent le `rapprochement` des deux termes incompatibles (SN₁+V+SN₂, SN₁+de +SN₂) : les `anomalies se´mantiques.` Ces aspects phone´tique / syntaxique / se´mantique nous permettent d`affirmer que Fata Morgana est le produit de l`e´criture automatique. Dans Fata Morgana, l`e´criture automatique subit la me´tamorphose sur deux plans. D`abord, elle se conforme a` l``arrangement en poe`me.` Gra^ce a` cet arrangement, on peut saisir plus clairement la structure des textes automatiques. Deuxie`mement, elle coexiste avec une autre e´criture dans un texte. Cette coexistence se rattache a l`intention de Breton de re´soudre toutes les antinomies.

불문학 : 르네 샤르 시의 의미 공간 - - 「네 개의 매혹」을 중심으로

심재중 ( Jae Jung Sim )
4,600
키워드보기
초록보기
Dans le recueil de R. Char La parole en archipel, on trouve une se´rie de poe`mes intitule´ `Quatre fascinants`, dont les quatre volets sont nomme´s chacun taureau, truite, serpent et alouette. Notre e´tude s`applique principalement a` cette se´rie de poe`mes, en vue d`examiner un trait de mouvement que donne a` voir l`espace significative de la poe´sie de R. Char. L`expe´rience de la fascination me´taphorise´e par les quatre aimaux de la se´rie est de la nature ambivalente, comme l`est toujours l`expe´rience chez R. Char du moment poe´tique ou` se re´ve`le le sens cache´ du monde. S`il y a un certain autre qui fascine et un sujet, qui en est fascine´, le rapport entre eux n`est autre qu`un rapport e´rotique qui, en me^me temps, apparai^t comme un rapport de confrontation-violence exaspe´re´e: ils s`attirent l`un a` l`autre autant qu`ils se repoussent incessamment. Pour ainsi dire, les quatre ainmaux, comme des e^tres figure´s le plus souvent chez R. Char par les fe´minite´s myste´rieuses, sont autant de simulacres, dont chacun `n`est ce qu`il est qu`a` la fois me^me et autre. Par le jeu de cet `entre-deux`, l`expe´rience de la fascination poe´tique devient pour le sujet charien une expe´rience quasiment rituelle ou` se me^lent inextricablement l`extase et la peur de se perdre.

불문학 : 아폴리네르 시의 시간에 관한 고찰

이규현 ( Kyu Hyon Lee )
5,200
키워드보기
초록보기
Il est vrai que la poe´sie d`Apollinaire a divers aspects. Elle est en quelque sorte baroque et cubiste. Mais cela n`empe^che pas qu`elle a de me^me une certaine unite´, pensons-nous, en particulier au point de vue de la cre´ation poe´tique et de la notion du temps. Et en supposant que la conception apollinarienne du temps soit un chemin de traverse qui me`ne aux moments de la cre´ations poe´tique d`Apollinaire, nous avons voulu extraire de la poe´sie d`Apollinaire des aspects remarquables de sa vue du temps. Notre essai a, donc, pour but d`atteindre une nouvelle de´fintion synthe´tique de son univers poe´tique a` partir de la conscience apollinarienne du temps. Dans la poe´sie d`Apollinaire, la fuite du temps s`oppose formellement a` l`aspiration vers la dure´e ou vers l`immortalite´. D`ou` une sin-gulie`re conscience apollinarienne du temps, qui, fonde´e sur la dialectique de l`e´phe´me`re et l`e´ternel, tend vers l`embrassement simultane´ du passe´, du pre´sent et de l`avenir, c`est-a`-dire "l`unite´ essentielle qui seule provoque l`extase." Ce moment constitue, croyons-nous, le temps a` la fois sacre´ et humain, ou le temps de la cre´ation poe´tique, lesquels repre´sentent l`essence de l`existence. Et le vision apollinarienne du temps intervient pour provoquerle plaisir parfait de la cre´ation poe´tique, qui est, chez Apollinaire, un proce´de´ par ou` les structures symboliques du langage poe´tique se substitue a` son expe´rience la plus ne´gative, par exemple, a` ses sentiments de solitude, de de´pouillement, finitude e´phe´me`re de l`homme, etc. A partir du temps ainsi de´gage´s, son univers poe´tique se de´finit e´galement comme la structure symbolique de me´diation entre l`homme et le monde, entre le fini et l`infini. En tnansformant le ve´cu qui n`e´chappe pas du danger de la perte et de la incertitude de l`avenir en , il la le`gue a` l`avenir. Pour conclure, nous croyons qu`il est par le chemin de la re´flexion sur le temps que nous pourrions rapprocher le moment de la cre´ation poe´tique d`Apollinaire pour en revivre la parfaite joie et l`extase.

불문학 : 〈 빅또르 위고의 문학세계를 통해 본 인간의 조건에 관한 고찰 〉

전금주 ( Geum Ju Jeon )
한국불어불문학회|불어불문학연구  31권 1호, 1995 pp. 95-117 ( 총 23 pages)
5,800
키워드보기
초록보기

불문학 : 말라르메의 시 속에 나타난 에로스의 두 양상

최석 ( Sok Choi )
한국불어불문학회|불어불문학연구  31권 1호, 1995 pp. 119-140 ( 총 22 pages)
5,700
키워드보기
초록보기
Pour un poe`te aussi ide´aliste, absolutiste et quasi puritain qu`est Mallarme´, Eros semblait, a` premie`re vue, e^tre un domaine pluto^t e´trange et he´te´roge`ne. Mais un regard de pre`s re´ve´lera biento^t qu`il n`en est rien. Plus souvent que chez d`autres poe`tes, lyriques ou sensualistes, des images e´rotiques occupent l`imagination de Mallarme´. Le poe`te lui-me^me re´clame une sorte de "donjuanisme". Quel est alors le sens de l`e´rotisme mallarme´en? Un point de vue esthe´tique ou sensuel ne sera su^rement pas la cle´ de celui-ci. Le poe`te, qui e´tait pendant toute sa vie en proie a` la pe´nible impuissance poe´tique, e´prouve naturellement un besoin qui peut le restituer a` la vie. C`est dans ce contexte que s`explique le fait qu`il a laisse´ le "cruel He´rodiade" pour "rime(r)" l`Apre`s-Midi d`un Faune. Cette force e´rotique qui est en quelque sorte un e´le´ment he´te´roge`ne a` la poe´sie pure, nous la nommerons "Eros anti-poe´tique". Cependant, au cours de notre e´tude, au lieu de re´pe´ter ou contredire d`autres ouvrages sur l`e´rotisme mallarme´en, nous nous contenterons de remarquer l`attitude fe´minine et ne´gative du poe`te envers l`Eros. Nous verrons que c`est toujours cette attitude fe´minine qui fait que la force se transforme en des images fe´minise´es comme "chevelure" ou "eau". Mais toute force vitale, si elle s`e´loigne de la poe´sie pure et se consomme hors de celle-ci, elle perd, a` la fin, toute sa raison d`e^tre. Pour Mallarme´ la "cre´ation" e´tait non seulement le the`me principal de ses poe`mes mais aussi celui de sa vie me^me. C`est alors que, me^me envire´ de la passion aprodisiaque. Faune est oblige´ de faire de celle-ci un art, une musique. Depuis, tous ses re^ves e´rotiques servent exclusivement a` cette "cre´ation poe´tique". Et nous appellerons cette force cre´atrice "Eros poe´tique". Comme dans le re^ve d`Eros "anti-poe´tique", "Eros poe´tique" ne se re´alise qu`a` travers des images transforme´es-coupe, verre, instrument musical etc. Mais que ce soit "Eros anti-poe´tique" ou "Eros poe´tique". Eros suppose chez Mallarme´ une autre force comple´tante:Thanatos. Dans "Les Fleurs", la "Me`re", cre´atrice des "grands calices", s`assimile a` la "balsamique Mort". Thanatos, au lieu de barrer ou terminer le re^ve d`Eros, le prolonge et le synthe´tise. Comme nous le verrons dans le dernier poe`me de Mallarme´-Un coup de De´s-, ou` le sire`ne synthe´tise "en sa torsion (...) d`impatientes squames ultimes bifurque´es", "Thanatos accomplit Eros".

불문학 : 프루스트의 작중인물의 언어와 그 진실성에 대한 연구

길해옥 ( Hae Ok Kil )
한국불어불문학회|불어불문학연구  31권 1호, 1995 pp. 141-162 ( 총 22 pages)
5,700
키워드보기
초록보기

불문학 : 플로베르와 인물의 이름

김연권 ( Yeon Kwon Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  31권 1호, 1995 pp. 163-179 ( 총 17 pages)
5,200
키워드보기
초록보기
1 2 3 4 >