글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 34권 1호 (1997)

불문학 : Ronsard 『찬가』에 대한 연구

권희창 ( Hee Chang Kwon )
5,300
키워드보기
초록보기
Il est certain que les hymnes ronsardiens contribuent dans une grande partie a` la grandeur de Ronsard comme le disent ses contemporains et ses poste´rite´s. En particulier, ils nous font voir quelle est la coception du poe`te sur sciences et philosophies. Sur ce point de vue, ils se re´ve`lent aussi importants que quel est l`amour de Ronsard dans ses oeuvres d`inspiration amoureuse. Pourtant, les hymnes sont ne´glise´s depuis lontemps par sa complexite´ de the`me ainsi que de forme. Il est fort heureux que depuis pas mal anne´e se multiplient les e´tudes sur les hymnes. Ce qui est pourtant dommage, c`est que telles e´tudes se reposent dans la plupart des cas sur le but d`e´lucider les proble`mes the´matiques. Sur ce proce´de´ classique on distingue grosso modo les hymnes encomiastiques de ceux scientifiques. Toutefois cette de´termination n`applique qu`a` Hymnes de 1555-1556 dans lesquels, apre`s tant de tatonnements, notre poe`te concre´tise a` peu pre`s la forme du genre. C`est pouquoi parai^t bien difficile la de´finition des hymnes e´crits avant ou apre`s ces dates. De plus la de´finition en deux groupes elle-me^me nous montre bien des proble`mes, comme le remarque notamment M. Dassonville. Dans ce contexte, notre recherche d`de´finir les Hymnes de Ronsard commence a` partir de l`aquis liguistique, pre´cise´ment "lexico-se´mantique". Cette nouvelle approche pour les hymnes du poe`te vise d`une part a` mettre une lumie`re sur la de´finition des Hymnes de 1555-1556 et, d`autre part, a` donner une allusion de la recherche sur les autres hymnes ronsardiens.

불문학 : 문학에 있어서 신화의 의미와 역할 - 롱사르 시 개념의 신화적 형상화 -

이진성 ( Jin Sung Lee )
5,000
키워드보기
초록보기
Le but que se propose d`entreprendre cette e´tude consiste a` expliquer la signification et la fonction du mythe a` travers quelques triades de l`ode ce´le`bre de Ronsard 「A Michel de l`Hospital」 qui illustre bien sa notion de poe´sie au bon moment du premier mouvement litte´raire en France pre´side´ par Ronsard lui-me^me autour de la Ple´iade. Ce qui pourrait contribuer, nous semble-t-il, a` comprendre l`aspect de la naissance de la poe´sie franc¿aise qui se re´fe`re beaucoup a` la mythologie grecque, et aussi a` mettre en relief l`influence de la Gre`ce antique en expliquant la fonction litte´raire du mythe qui envoie le lecteur en dehors de sa condition spatio-temporelle.

불문학 : 쟝 폴렝의 시적 시간성

조병준 ( Byung Joon Cho )
5,200
키워드보기
초록보기
La poe´sie de Jean Follain est faite avec des choses et aussi avec de la me´moire : le poe`te recueille les choses en voie de disparition dont elles retracent l`histoire. L`objet est alors saisi comme porteur de me´moire ou d`histoire, le poe`me inverse le temps pour le ramener dans ses filets a` la surface du quotidien. L`importance ici est donc de voir "l`usage du temps", si nous reprenons l`expression du poe`te. Tout est irre´versiblement travaille´ par le temps. Tous les objets, tous les e^tres humains sont les lieux de transformations chimiques, allant de la transformation simple a` la destruction, agis par le temps. Rien ne peut e´chapper a` son labeur. Le temps traverse ce monde sans cesse et tous les existants lui sont soumis. Nous trouvons pourtant une sorte d`intrigue pre´pare´e pour lutter avec ce temps, lorsque nous lisons les poe`mes de Follain. Il s`agit de la perception de l`instant : cette perception de l`instant, ne nous permet-elle pas de comprendre ou de saisir la re´alite´ du temps poe´tique? L`instant quel qu`il soit fait toujour incident ; me^me s`il ne parai^t rien s`y passer, il fissure le mur des apparences. Follain nous enseigne justement a` percevoir ce rien qui dit tout. Autrement dit, il nous montre comment faire le tour des choses sans bouger. Il suffit de savoir "fre´mir". Savoir fre´mir, ce n`est rien d`autre que de s`attacher a` la pre´sence vibrante du pre´sent. Et par cette intuition poe´tique, devient possible la renaissance du passe´ au pre´sent. Chez Follain, l`insertion du passe´ au pre´sent est tre`s instantane´e et imme´diate. Gra^ce a` cette simultane´ite´ de l`inscription du passe´ au pre´sent, des e^tres pour qui le temps ne se compte pas a` la me^me mesure peuvent coexister. Pour ainsi dire, des lignes de temporalite´ tre`s diffe´rentes se croisent en chaque instant. Au me^me point tant de lignes convergent, tant d`expe´riences du temps, tant de dure´es que s`y re´sume le monde. Comment rendre alors manifeste la coexistence de la dure´e et de l`instant, l`inclusion du tout dans le presque rien, de la ligne dans le point? L`imagination de Follain trouve significativement matie`re a` re^verie dans les objets qui font liaison ambivalente telles que vie-mort, lumie`re-ombre. Dans ce cas, la liaison n`est pas association, mais qualification. De la me^me manie`re, l`agencement de ces unite´s poe´tiques se traduit comme corre´lation en un syste`me croise´ qui rend la pre´sence de la mort indispensable a` la manifestation de la vie. Telle est la caracte´ristique de la poe´sie de Jean Follain, qui de la mort fait de la vie. S`il y a donc une intemporalite´ souhaite´e chez lui, c`est justement pour un gou^t tre`s fin d`e´ternel : tout est situe´ dans l`impersonalite´ et dans un pre´sent intemporel, hors de toute chai^ne de causalite´. En conclusion, la de´tection de l`absolu dans un fre´missement de la nature est une de´marche constante dans l`oeuvre de Follain. C`est un premier jugement de relativite´ sur le temps. Conjointement, en absence de me´taphore, ses poe`mes feront vibrer les unite´s les plus discre`tes de la langue - syllabes, articles, conjonctions, ponctuation fine - matie`re a` e´motion. C`est la` ce qui nous touche. C`est de la` que nous entendons des manifestations de l`homme e´ternel.

불문학 : 프루스트 연구 베니스

고혜영 ( Hae Young Koh )
5,000
키워드보기
초록보기
Une histoire seconde est englobe´e dans la premie`re; ce proce´de´ s`appelle encha^ssement. L`encha^ssement est une mise en sce`ne d`une proprie´te´ essentielle de tout re´cit. Le prode´de´ d`encha^ssement arrive a` son apoge´e avec l`auto-encha^ssement ou` le re´cit encha^ssant se re´fle´chit dans le re´cit encha^sse´. Les Mille et une Nuits re´ve`lent et symbolisent cette proce´de´ du re´cit avec une nettete´e particulie`re. A la recherche du temps perdu qui, selon le narrateur, est les Mille et une Nuits d`une autre e´poque a pre´cise´ment cette structure de l`encha^ssement. L`e´pisode de Venise, histoire encha^sse´e, est l`image de ce grand re´cit qui est la que^te de Marcel, he´ros. Venise, place´e a` la fin de la longue chai^ne de la que^te de Marcel, fait re´pe´ter le me^me processus qui s`est produit jusque la` et e´claire le the`me principal de l`oeuvre, la projection de soi ou la fragilite´ du sens du moi. Venise re´crit le texte de Combray, mais "selon un mode entie`rement diffe´rent et plus riche". Elle est le symbole de l`ide´alisation. D`abord, toute entoure´e de l`eau de saphir, des palais magnifiques et des oeuvres d`art de la Renaissance, Venise est Combray ide´alise´e. Et apre`s, Marcel croit obtenir son moi ide´al projete´ sur cette ville. Avec sa mer de surface miroitante, elle re´fle´chit Marcel et le de´finit par cet image dont le symbole est l`ange d`or du campanile de Saint-Marc identifie´ au soleil. La me`re, qui e´tait re´fractaire au de´sir de Marcel a` Combray, lui est de´voue´e ici a` Venise. Enfin, Venise se confond avec Albertine qui a e´te´ l`objet du grand amour de Marcel. Celui-ci croit retrouver un peu partout Albertine dont le symbole est la marchande de verrerie plus fide`le qu`elle. Alors, cette ville-miroir nous me`ne au stade du miroir de Lacan et constitue l`autre spe´culaire qui est le moi ide´alise´. Mais, a` la fin de l`e´pisode, ce re^ve de la sublimation se prouve impossible a` re´aliser. Parce que par la se´paration d`avec la me`re, la ville de Venise devient des fictions mensonge`res. Et avec la destruction de Venise qui e´st l`image de son moi, Marcel lui-me^me est de´truit et devient un simple coeur qui bat. Ainsi, l`e´pisode de Venise nous re´ve`le l`interde´pendance du sujet et de l`objet dans le drame du de´veloppement du moi. Et en me^me temps, elle joue une ro^le importante dans le processus qui donnera naissance a` une oeuvre d`art qui est la Recherche me^me. Ce sera le livre, enfin, qui est l`image de Marcel. Et ce livre deviendra les me^mes et autres Mille et une Nuits, florile`ge des histoires de l`e´ternel retour.

불문학 : 앙드레 말로의 『희망 L' Espoir』에 나타난 시간관

김웅권 ( Woong Kwon Kim )
5,400
키워드보기
초록보기
Diffe´remment des e´tudes qui sont faites jusqu`a` pre´sent, soit sous l`angle existentiel, soit sous l`angle marxiste, notre approche se trouve dans la perspective de la critique de la conscience, c`est-a`-dire dans celle de la vision interrogative qua Malraux a construite de la conque^te et de la me´tamorphose de l`he´ritage culturel. Dans L`Espoir, la culture qu`il tente de conque´rir et de me´tamorphoser, tout en s`y interrogeant, c`est la culture chre´tienne. En conse´quence, nous allons examiner notre sujet dans le cadre des ide´es temporelles et historiques du christianisme. Nous de´couvrons quelques indications importantes qui nous permettent d`interpre´ter de notre point de vue la vision du temps dans le roman : le peuple qui est le ve´ritable he´ros de l`oeuvre est catholique; l`espace de l`Espagne jouant le ro^le du de´cor qui, dans les romans de Malraux, est un e´le´ment conside´rable participant a` la production de leur sens est un espace particulier qui incarne la culture chre´tienne; le mai^tre a` la fois militaire et spirituel du personnage central de Manual repre´sentant le peuple et dont le nom signifie d`allieurs sugge`stivement "Dieu parmi nous" est Xime´ne`s qui est un de´vot catholique; est chre´tienne l`interpre´tation intuitive et perspicace qua Alvear pre´sente de la re´volution en comparant celle-ci a` la vie e´temelle du moyen a^ge; les communistes ide´als et les catholiques se rapprochent dans leurs discours; le titre de la deuxie`me section du roman, intitule´ "exercice de l`apocalypse" rappelle par le mot "apocalypse" directement La Bible. Vues sur ce fondement, les images varie´es de l`eternite´ mate´rialise´e par le cosmos s`ordonnent autour d`une des philosophies temporelles du christianisme, qui met l`accent sur la non-intervention ge´ne´rale de la Divinite´ supre^me dans le de´roulement de l`histoire de l`humanite´, sauf dans des cas exceptionels ou` la volonte´ de Dieu s`ope`re. Mais le moment de l`intervention divine transcendant la connaissance de l`homme, ce qui re`gne dans le monde, c`est l`indiffe´rence de Dieu et du cosmos e´ternel aux affires humaines. Telle est la vision repre´sente´e par Xime´ne`s. Le temps cosmique cyclique impose ainsi a` quelques personnages le sentiment de vanite´ de la vie et des efforts humains, qui provient de la chute. Cet aspect est particulie`rement remarquable surtout dans la deuxie`me section de la premie`re partie, ou` la re´volution reve^tue d`une dimension mythique n`avance pas du tout vers l`avenir. Les e´ve´nements historiques et les images plastiques du passe´, largement pre´sents dans le roman, sont exploite´s pour pousser le combat collectif vers un avenir de salut. Ils s`inscrivent dans la vision chre´tienne selon laquelle l`homme doit frayer tout seul son chemin de salut luttant contre son destin. Leur point de convergence est "le fondamental" que l`a^me gothique incarne dans sa re´actualisation de la vie e´temelle. La plus imposante image du passe´, c`est la Passion du Christ qui se rapproche de la sce`ne de la mort d`Hemandez. Le pre´sent historique jalonne´ par un certain nombre de repe`res temporels suivant le rythme temaire que fait voir le composition structurale du roman est e´troitement lie´ a` l`avancement fluctuant de la re´volution. Comme vecteur createur de progre`s, entrai^nant celle-ci a` la cre´ation de l`arme´e re´publicaine, il reproduit le processus tridimensionnel de l`organisation de l`Eglise catholique autour de l`ave`nement du Christ. Il ressuscite en me^me temps la purete´ de l`esprit du christianisme primitif, ouvrant un horizon d`avenir ou` le destin s`efface avec une fin de l`histoire. En plus, il re´actualise indirectement le temps biblique "rythme´ par le triple mouvement": la Cre´ation(la chute), la Passion du Christ(le rachat) et le Jugement dernier(la vie e´ternelle). L`avenir, imagine´ par le personnage cent

불문학 : 네르발 『오렐리아』, 미궁의 시학

김종호 ( Jong Ho Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  34권 1호, 1997 pp. 89-110 ( 총 22 pages)
5,700
키워드보기
초록보기
Relation d`une myste´rieuse que^te d`une "dame perdue", Aure´lia se place entie`rement sous le signe du labyrinthe, sche`me de l`espace onirique, symbole de l`inconscient qui porte la trace de la rupture premie`re avec la maternite´, et the`me mythique ou` se croisent plusieurs mythes qui en manifestent plus ou moins le sens originaire, ceux de De´dale et d`Icare, de The´se´e et d`Ariane. Non seulement l`oeuvre actualise diverses figures labyrinthiques, telles que rues, de´tours, escaliers, corridors, chambres, maisons, villes, grottes et as, maisbi^me aussi elle les imite, figurativement et structuralement, pour fomer elle-me^me un re´seau inextricable, un circui t de re´ite´ration d`images et symboles, et de nombreux tours et retours d`histoires. Elle cre´e une sorte de pyramide fantastique, langagie`re et imaginaire, qui garde les images vivantes de la morte, nomme´e Aure´lia d`abord, mais rendue divine et anonyme, identifie´e par la` me^mo a` la me`re "jamais connue" ou a` la "Me`re e´ternelle". C`est un renouement de la mort et de la vie, du re´ei et de l`imaginaire, du re^ve et du litte´raire, et c`eat le sens ultime de la poe´tique de´dale´enne d`Aure´lia.

불문학 : 루소의 고백소설 연구

김헤동 ( Hye Dong Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  34권 1호, 1997 pp. 111-126 ( 총 16 pages)
5,100
키워드보기
초록보기
Rousseau nous a laisse´ des oeuvres posthumes, Les Confessions, Dialogues, Re^veries du promeneur solitaire. Ce sont des textes autobiographiques. Ces ouvrages nous permettent d`une double lecture: histoire de la biographie de Rousseau et recherche de la spe´cificite´ de son e´criture. Les textes autobiographiques de Rousseau ont la valeur fondatrice d`une spe´cificite´ d`e´criture. Ces oeuvres sont dicte´es par le projet commun de reconque´rir l`unite ontologique, c`est-a`-dire, . Nous savons bien que Rousseau insiste dans Les Confessions sur son malheur de naissance et son destin d`un victime d`un complot. Les Confessions sont l`admirable re´cit d`un soi vivant au sein de la multitude. Mais Les Re^veries disent autre chose. Elles renversent la notion de l`ecriture. L`e´criture de ses Re^veries te`moigne la du soi. D`ou` la composition tre`s particulie`re des Re^veries.. De´sormais, e´crire et vivre se confondent dans le meme plaisir. L`e´criture sert a` re´aliser 1`impossible. Ne´e de la solitude, l`oeuvre de Rousseau retourne a` la solitude. Avec l`e´criture, Rousseau ne cesse de renai^tre dans sa solitude. Et c`est le vrai bonheur de Rousseau.

불문학 : 앙드레 말로의 작품에 나타난 예술적 창조의 의미

류복렬 ( Bok Yeul Lyu )
한국불어불문학회|불어불문학연구  34권 1호, 1997 pp. 127-140 ( 총 14 pages)
4,900
키워드보기
초록보기
La spe´cificite´ de l`oeuvre de Malraux repose sur l`interrogation de l`homme sur lui-me^me. Ses premiers romans : Les Conque´rants, La Voie royale et La Condition humaine, pre´sentent l`opinion de l`ecrivain sur le concept de l`art et la cre´ation artistique. L`art chez Malraux se manifeste comme une que^te pour lutter contre la fatalite´ humaine : le destin. La philosophic de l`art en tant que "l`anti-destin" deviendra plus tard l`axe central de l`univers malrucien. Ne´anmoins, si la the´orisation de l`art a constitue´ l`une des pre´occupations majeures de l`e´crivain, celui-ci n`en fut pas moins, dans la premie`re moitie´ de sa carrie`re, l`un de ses plus grands praticiens, par le truchement de la fiction litte´raire. Dans son oeuvre, Malraux met en relation les actions humaines avec la cre´ation artistique. Ses personnages manifestent, chacun a` leur manie`re, leur existence dans le monde. Ils cherchent de´sespe´re´ment a` lutter contre leur condition humaine. Leur engagement dans l`action politique n`apporte pas de re´ponse a` la question fondamentale; l`homme est donc pris entre la conscience de la pre´carite´ et la que^te de permanence. L`art est le seul moyen pour transcender la condition humaine accablante. Dans les premiers romans de Malraux, le pouvoir de permanence de l`oeuvre d`art se trouve directement lie´ a` ses possibilite´s de me´tamorphose et d`ouverture. Ces ouvertures se pre´sentent sous plusieurs aspects concrets et prennemt finalement une forme de possibilite´ nouvelle qui permettra a` l`homme de trouver son inde´pendance vis-a`-vis des constraintes temporelles et spatiales. Face a` la condition humaine, l`art restera pour Malraux la seule conque^te de l`homme sur son destin.

불문학 : 쥘리앙 그락크의 Le Rivage des Syrtes에 나타난 비유적 담화

박인철 ( In Cheol Park )
한국불어불문학회|불어불문학연구  34권 1호, 1997 pp. 141-154 ( 총 14 pages)
4,900
키워드보기
초록보기
우리는 본 논문에서 쥘리앙 그락크의 소설 Le Rivage des Syrtes에 나오는 비유적 담화(discours parabolique)를 소설의 여주인공 바네사 알도브란드의 "우화"를 통해 살펴 보았다. 이론적으로 비유적 담화는 하나의 추상적인 개념을 여러 가지 구상적인 형태로 제시하는 담화이다. 구상적인 것(le figuratif)은 추상적인 개념과 반드시 관련을 맺어야 하는데 기호학에서는 이를 주제화(the′matisation)라고 부른다. 따라서 비유적 담화에서는 이 주제화가 당연히 일어난다. 아울러 비유적 담화는 이것을 포함하는 "일차적 이야기"의 의미와 연관이 있다. 흔히 비유(parabole)을 유추에 토대를 둔 증명이라고 하는 데 우리는 이 유추가 비유적 담화와 이를 포함하는 일차적 이야기 사이에서 이루어진다고 보았다. 이때 유추는 비교되는 담화들 사이의 주제적인 것의 유사성을 통해서 이루어 진다. 본 작품에서 바네사는 소설의 무대인 시르트의 마을 마렘마에서 진행 중인 변화, 그리고 앞으로 닥쳐올 그녀의 조국 오르세나와 파르게스탄 사이에 일어날 전쟁을 주인공 알도에게 우화를 통해 설명한다. 그녀가 우화의 도움을 빌리는 것은 이 사건들이 어떤 외적인 원인에 의해서 생긴 것이 아닌, 말로 설명할 수 없는 매우 독특한 성격을 띠고 있기 때문이다. 우리는 분석을 통해 그녀가 말한 우화들이 모두 `자연발생"(auto-ge′ne′ration)이라는 주제로 환원될 수 있음을 밝혔다. 이 주제는 우리가 일차적 이야기로 간주한 이 작품에서 일어나는 사건들의 성격에 대한 해석이라고 할 수 있다. 아울러 이 자연발생이라는 사행의 동작주를 규명하기 위해 우리는 다니엘로 翁과 마렘마의 이른바 전도자들의 담화를 분석하여 그 동작주가 기호학에서 말하는 발령자(Destinateur)임을 밝혔다. 작품에서 발령자는 파르게스탄과 운명이라는 구상체로 나타난다. 이렇게 해서 우리는 자연발생이라는 주제가 몇몇 구상적인 담화 등을 통해 어떻게 실현되고 발전하는지를 추적해 봄으로써 작품의 일부분에 대해서나마 일관성 있는 독서를 시도해 보았다.

불문학 : 지오노의 소설에 나타난 위반의 미학 - 『지붕 위의 기병』을 중심으로 -

박지구 ( Ji Gou Pak )
한국불어불문학회|불어불문학연구  34권 1호, 1997 pp. 155-170 ( 총 16 pages)
5,100
키워드보기
초록보기
Dans les romans de Jean Giono, le personnage nomme´ Angelo est en que^te de la liberte´, du bonheur et de l`accomplissement total. Nous l`avons vu, il s`agit tout d`abord du proble`me d`une expre´ssion me´taphorique de la sexualite´ et des structures sociales oppressives. Dans cette e´tude, nous avons limite´ notre the`me sur l`aventure d`Angelo du Hussard sur le toit. Cette aventure e´volue a` travers de lutte contre cette maladie ambigue¨ le chole´ra qui a un double sens, politique et sexuel. Notre he´ros lutte tant sur le plan personnel qu`au niveau de la socie´te´. La lutte d`Angelo dans ce roman signifie une transgression contre tout interdit oppresseur. C`est une abolition des contro^les re´pre´ssifs. Au cours de cette lutte, Angelo voit une issue de secours dans l`explosion re´ve´latrice de la liberte´ anarchique et d`une certain beaute´ poe´tique. Pour Giono, cette esthe´tique de la transgression peut concilier l`homme avec la nature. Car, la conformite´ a` la loi de l`Esthe´tique lie Nature et liberte´, plaisir et Morale. Ainsi, il faudrait chercher la liberte´ dans une liberation de la sensibilite´ pluto^t que dans celle de la raison. Enfin, a` travers notre he´ros orphique, nous percevons une possibilite´ de transformation de l`existence humaine par Eros. Dans ce sens, Le Hussard sur le toit est un roman ouvert sur l`espe´rence.
1 2 3 >