글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 37권 0호 (1998)

불문학 : 『 뤼이 블라스 Ruy Blas 』 에서 오브제의 사용

김도훈 ( Do Hoon Kim )
4,800
키워드보기
초록보기
La dramaturgie hugolienne doit beaucoup au drame bourgeois du dix-huitie`me sie`cle, tant dans la lutte contre la dramaturgie classique de´sue`te que dans la promotion du gou^t du public pour le spectacle. Mais, la dramaturgie de Hugo de´passe celle du drame bourgeois dans l`usage des objets qui permet tous les occupants de l`espace sce´nique d`entrer dans un syste`me pruducteur de sens pour devenir autant d`objets signifiants. Chez Hugo, les objets sce´niques cessent d`e^tre les ingre´dients de la couleur locale pour devenir les figures de la rhe´torique dans la poe´tique de l`espace hugolienne. Dans Ruy Blas, les objets constituent le symbole du monde, autour duquel gravitent tous les personnages de la pie`ce. La dramaturgie de l`objet de Ruy Blas nous montre que l`objet -clef de la pie`ce est Ruy Blas, he´ros de la pie`ce, lui-me^me. C`est un objet the´a^tral personnifie´ du moi romantique souffrant de son impuissance a` prouver son identite´; tant au monde qu`a` soi-me^me.

불문학 : 『 젊은 빠르끄 』 의 신화적 구조 - 모순적 자아의 ' 대립과 화해 ' -

김시원 ( Si Won Kim )
5,600
키워드보기
초록보기
Notre e´tude a pour but d`e´clairer la structure mythique dans La Jeune Parque de Paul Vale´ry. Nous devons beaucoup a` la the´orie mythocritique de Gilbert Durand, et selons lui la structure du mythe, constitue´e des couples bipolaires de sche`mes contraires, serait un "syste`me de forces antagonistes". Mais les antagonismes et les contradictions du mythe sont re´concilie´s d`une fac¿on oxymoronique, et nous pouvons de´finir sa structure ainsi : coi¨ncidentia oppositorum. Nous avons trouve´ dans La Jeune Parque la re´miniscence du mythe d`Eden, avec le the`me de `la naissance de l`esprit humain, suivie par la chute´. Mais nous nous inte´ressons plus a la ressemblance structurale entre le mythe et l`oeuvre de Vale´ry qu`a` la ressemblance the´matique entre deux. Et nous avons essaye´ d`e´clairer que comme le mythe d`Eden, cette oeuvre a la structure "conflictorielle", c`est-a`-dire qu`elle aussi se compose des alliances paradoxales de l`esprit et du corps, du ciel et de la terre, du divin et du humain, qui sont inte´gre´s dans le syste`me contradictoire de l`ascension et la descente. Ces couples bipolaires sont contradictoires, mais ils sont en me^me temps coexistants harmonieusement. Cette analyse par la mythocritique qui se fonde sur la vieille imagination de l`humanite´ - aussi tendue entre des forces antagonistes - nous permet de de´passer les limites de la psychocritique qui s`inte´resse a` l`ego inconscient et capricieux. Et nous pourrions dire que le the`me de `l`opposition et la re´conciliation du moi contradictoire´ dans La Jeune Parque a son origine plus dans un fond antropologique figure´ par le mythe que dans l`aventure personnelle enregistre´ dans les strates de l`inconscient biographique de Vale´ry.

불문학 : 이미지에 대한 비판적 성찰 - 쟈코테의 경우 -

김용민 ( Yong Min Kim )
5,100
키워드보기
초록보기
On sait l`importance que les surre´alistes ont accorde´e a` l`image : occupant le centre de l`activite´ surre´aliste, elle se confond parfois me^me avec la poe´sie. On sait e´galement que leur conception, bien su^r, solidement fonde´e, de l`image leur a permis de produire des poe`mes inoui¨s, mais souvent bizarres et incompre´hensibles. Apre`s eux, Jaccottet en parle de nouveau, mais avec du recul et avec un esprit beaucoup plus critique. Tout en reconnaissant le ro^le capital que l`image joue dans l`e´criture poe´tique, il voit en me^me temps ses limites : elle voile au lieu de de´voiler, dans la mesure ou` elle trahit ine´vitablement le regard et l`e´motion purs. Autrement dit, l`expe´rience poe´tique lui apprend qu`elle empe^che de saisir le secret de l`e^tre. Elle apparai^t de`s lors comme un obstacle a` de´passer. C`est apre`s un tel cheminement poe´tique que Jaccottet conc¿oit une poe´sie transparente, c`est-a`-dire une poe´sie sans images ou` "il faut seulement dire les choses, seulement les situer, seulement les laisser parai^tre". Il approche ici, du moins the´oriquement, le monde du hai¨ku qu`il de´couvre avec e´merveillement. Mais sa pratique ne semble pas correspondre a` cette re´flexion : ses poe`mes, comportant un nombre d`images non ne´gligeable, ne re´alisent pas la transparence dont il re^ve. Il est d`ailleurs tout a` fait conscient de ce de´calage puisqu`il avoue qu`il a "de la peine a` renoncer a` l`image". Il semblerait que pe`se lourdement sur lui la tradition de la poe´sie franc¿aise qui est fortement lie´e a` l`usage de l`image. Mais son e´chec est relatif : s`inte´rrogeant sur la nature et les fondements de l`image, il arrive a` s`en faire une conception plus profonde et plus solide et justifie par la` son regard critique sur le surre´alisme.

불문학 : 줄리아 크리스테바의 정신분석과 문학 - 프로이트에서 크리스테바로 -

김인환 ( In Whan Kim )
5,800
키워드보기
초록보기
J. Kristeva s`est fait remarquer par une orientation psychanalytique dans ses travaux de critique litte´raire. Elle se rapproche de Freud quand il s`agit de s`approcher des textes litte´raires en but d`y appliquer les the´ories psychanalytiques. D`ou` une synthe`se des ide´es du Mai^tre de Vienne qui met en relief le fantasme comme une clef majeure pour pe´ne´trer dans les actes de cre´ation litte´raire. Kristeva accorde de l`importance au fantasme en tart qu`il articule les impulsions du sujet. Cependant elle est persuade´e du fait que, face aux artistes ne´vrotiques, la de´pression et la me´lancolie offrent des acce`s plus efficaces. Ainsi c`est avec ces conceptes qu`elle s`approche des artistes aussi diffe´rents que le peintre Holbei¨n, Dostoi¨evsky, M. Duras et Nerval, lequel nous attire en particulier. La de´pression et la me´lancolie ne se distinguent pas clairement. La premie`re est rattache´e a` un narcissisme au sens large du terms, et ells provient non de la perte de l`Objet mais de la Chose. Tandis que la deuxie`me est un phe´nome`ne en alternance avec un moment d`exaitation. Et ces deux maladies de l`a^me ont en commun le deuil d`objet maternel. En ce qui concerns le langage, les depressifs ont un rythme re´pe´titif, une me´lodie monotone et une coupure de la chai^ns parle´e; les me´lancoliques tombent dans une asymbolie et leur esprit se trouve souvent dans une confusion. Nous discutons du bien-fonde´ de l`explicitation donne´e par J. Kristeva.

불문학 : Julien Green 의 Christine 에 나타난 ' 현실세계 ' 와 ' 신비세계 ' 의 갈등 양상

김점석 ( Jeom Seok Kim )
5,000
키워드보기
초록보기
Notre propos a pour but de chercher une clef pour la compre´hension de l`oeuvre romanesque de Julien Green par l`examen des conflits entre la re´alite´ apparente et la ve´rite´ inte´rieure, de´crits dans Christine. Cette e´tude, qui se vent une lecture du mythe de l`oeuvre greenienne, de´bouche sur le proble`me du regard : le regard du he´ros vers le monde de la ve´rite´ inte´rieure. Nous appuierons notre analyse sur le drame du regard de Psyche´ : celui du tabou de la vision et celui de l`infraction au tabou. D`abord, nous allons repe´rer les aspects de l`opposition entre la re´alite´ apparente et la ve´rite´ cache´e. Le conflit dans Christine se montre fondamentalement a` travers l`angoisse du narrateur de´chire´ par le conflit inte´rieur entre la re´alite´ apparente et le myste`re cache´. L`angoisse inte´rieure de Jean, he´ros de Christine, se traduit a` son tour surtout par le de´sir et l`impossibilite´ de voir. Ensuite, nous examinerons l`itine´raire du de´sir de Jean qui veut avancer vers le monde myste´rieux en le comparant au mythe de Psyche´. Le tabou de la vision et l`infraction au tabou sont les deux axes du drame du regard de Psyche´. Nous allons de´velopper une double analyse. Premie`rement, Jean, bien qu`il veuille "revoir Christine", est tourmente´ par l`interdiction de sa me`re qui lui a ordonne´ de "ne plus voir Christine." Deuxie`mement, le he´ros, qui a "perdu tout espoir de la voir jamais", la "regard(e) par le trou de la serrure." Ces deux axes, qui sont aussi ceux du drame de Psyche´, constituent le drame de Christine. Finalement, nous allons essayer de de´crire le contour du monde que notre auteur a voulu pre´senter dans Christine et toute son oeuvre, et ou` s`enracine le bonheur greenien. Au de´but de la nouvelle, le narrateur se demande s`"il ne vaut pas mieux, quelquefois, laisser la ve´rite´ tranquille." Cette question nous donne une clef pour la compre´hension de Christine et ainsi de toute l`oeuvre de Julien Green.

불문학 : Nerval 의 신비적 경향에 따른 동일화시도와 자아동일성에 관한 연구

김정아 ( Jung Ah Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  37권 0호, 1998 pp. 93-113 ( 총 21 pages)
5,600
키워드보기
초록보기
Notre propos a pour but de chercher une clef pour la compre´hension de l`oeuvre romanesque de Julien Green par l`examen des conflits entre la re´alite´ apparente et la ve´rite´ inte´rieure, de´crits dans Christine. Cette e´tude, qui se vent une lecture du mythe de l`oeuvre greenienne, de´bouche sur le proble`me du regard : le regard du he´ros vers le monde de la ve´rite´ inte´rieure. Nous appuierons notre analyse sur le drame du regard de Psyche´ : celui du tabou de la vision et celui de l`infraction au tabou. D`abord, nous allons repe´rer les aspects de l`opposition entre la re´alite´ apparente et la ve´rite´ cache´e. Le conflit dans Christine se montre fondamentalement a` travers l`angoisse du narrateur de´chire´ par le conflit inte´rieur entre la re´alite´ apparente et le myste`re cache´. L`angoisse inte´rieure de Jean, he´ros de Christine, se traduit a` son tour surtout par le de´sir et l`impossibilite´ de voir. Ensuite, nous examinerons l`itine´raire du de´sir de Jean qui veut avancer vers le monde myste´rieux en le comparant au mythe de Psyche´. Le tabou de la vision et l`infraction au tabou sont les deux axes du drame du regard de Psyche´. Nous allons de´velopper une double analyse. Premie`rement, Jean, bien qu`il veuille "revoir Christine", est tourmente´ par l`interdiction de sa me`re qui lui a ordonne´ de "ne plus voir Christine." Deuxie`mement, le he´ros, qui a "perdu tout espoir de la voir jamais", la "regard(e) par le trou de la serrure." Ces deux axes, qui sont aussi ceux du drame de Psyche´, constituent le drame de Christine. Finalement, nous allons essayer de de´crire le contour du monde que notre auteur a voulu pre´senter dans Christine et toute son oeuvre, et ou` s`enracine le bonheur greenien. Au de´but de la nouvelle, le narrateur se demande s`"il ne vaut pas mieux, quelquefois, laisser la ve´rite´ tranquille." Cette question nous donne une clef pour la compre´hension de Christine et ainsi de toute l`oeuvre de Julien Green.
5,700
키워드보기
초록보기
Par rapport a` la poe´sie "moderne" des Fleurs du Mal, sa versification se manifeste effectivement "tre`s classique" : syllabisme strict, vers re´guliers et isome´trique, absence quasi totale du "e" muet, qui, devenu un e´le´ment essentiel du vets dit moderne, provoque donc des proble`mes sur le compte de syllabe, le me`tre, la prosodie, le rythme..., et en particulier, abondence de la forme poe´tique fixe du sonnet. Face a` la contradiction ainsi pose´e, il est certainement possible de se demander: comment une versification "classique" peut s`articuler avec une poe´sie "moderne"? Puisque, la poe´sie e´tant l`art langagier, langage soit ordinaire, soit poe´tique, tout comme signes linguistiques, son plan de l`expression et son plan du contenu sont, selon la the´orie hjelmsle´vienne, en relation isomorphe sous forme de "homoge´ne´ite´ structurale". Dans cette perspective, en nous re´fe´rant essentiellement au syste`me expressif global (versificatoire et formelle) du texte poe´tique, notre parcours est poursuivi selon deux po^les principaux : application des the´ories de la versification et analyse stylistique, susceptibles de decrire l`e´criture poe´tique de Baudelaire. Et la fonction se´mantique de la versification et de l`e´criture poe´tique est e´value´e sous deux angles corre´lationnels: au plan microstructural, effets de sens des e´le´ments versificatoires, rime et me`tre nottament (Ch. Ⅱ), et structure se´mantique au plan macrostructural, envisage´e avec la totalite´ formelle de la forms poe´tique du sonnet dont la forte population dans Les Fleurs du Mal se pre´sente pour nous tre`s significative (Ch. Ⅲ. Versification et structure se´mantique). L`e´criture poe´tique de Baudelaire, en fonction de "signe palpable" du langage poe´tique au sens jakobsonnien du terme, amalgame savamment dans sa poe´sie la versification apparemment classique: elle bouleverse en profondeur les formes ordinaires des vers, et a` l`inte´rieur du poe`me, structure certaines e´quivalences entre formes des unite´s - sonorite´s, vers, strophes, groupes de strophes, poe`mes - et leur se´mantisme. Ainsi, nous avons tente´ de comprendre la poe´sie baudelairienne selon un principe d`explication et non seulement de description, en espe´rant `mesurer` des Belles aux pages dormantes baudelairiennes.

불문학 : 발레리의 나르시스 시학

김종호 ( Jong Ho Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  37권 0호, 1998 pp. 137-154 ( 총 18 pages)
5,300
키워드보기
초록보기
Un certain "narcissisme" semble caracte´riser l`oeuvre de Vale´ry, dans laquelle re`gnent une "ivresse de (la) volonte´", "d`e´tranges exce`s de conscience de soi", et des sens subtilement re´flexifs. Le "the`me de Narcisse, dit-il en effet, est une sorte d`autobiographie poe´tique", ce qui fait penser que la poe´sie sur ce the`me "troublant et difficultueux" peut re´ve´ler son existence litte´raire et ses principes poe´tiques. Conscience divise´e entre soi et soi, "entre soi-me^me et sa source", e^tre captif de sa propre image, pure et belle, de´sireux de la saisir jusqu`a` la mort, tel est l`enseignement du mythe et telle est e´galement la recherche poe´tique de Vale´ry, profonde´ment conscient de la dualite´ du moi et du monde, du moi particulier et du "Moi universel", et du monde re´el et de l`imaginaire. L`e´criture de Narcisse consiste a` abolir la dualite´ et a` restituer l`unite´ d`un "Moi pur", restitution que te´moignent d`ailleurs bien des autres poe`mes, tels qu`entre autres La Jeune Parque. L`ide´al narcissique prend corps dans le langage poe´tique, qui note harmoniquement la "parole inte´rieure sans personne et sans origine" et qui s`incarne comme une "Voix pure, ide´ale´. La poe´sie devient elle-me^me "pure", qui re´fle´chit son propre acte verbal, sa formation et sa "source", le silence.

불문학 : 「 소돔과 고모라 」 의 의미

남수인 ( Sou In Nam )
한국불어불문학회|불어불문학연구  37권 0호, 1998 pp. 155-169 ( 총 15 pages)
5,000
키워드보기
초록보기
Sodome et Gomorrhe est constitue´ de deux parties. I qui pre´sente des hommes-femmes fonctionne comme une ouverture. Paralle`lement de´crite au bourdon venant visiter l`orchide´e, la sce`ne de la rencontre de Charlus et Jupien est "etrange mais naturelle". Cela signifie que Sodome est un e^tre naturel; une essence ambigue : Charlus est une femme. E^tre naturel, mais maudit. Proust surimpressionne sodomie et judai¨te´-judai¨sme - Affaire Dreyfus. Ainsi il met en relief l`exclusion des deux races, race Sodome et race juive. Leur assimilation est telle quelquefois que les homosexuels sont pris comme des juifs. Pourtant dans la socie´te´ proustienne ni les juifs ni les homosexuels ne sont publiquement blame´s ou rejete´s. Madame Verdurin rec¿oit Charlus et le compte parmi des plus chers fide`les. Le narrateur continue a` fre´quenter Bloch malgre´ tout. L`antijudai¨sme, donc me´taphoriquement la condamnation de l`homosexualite´ est represente´ par le biais de l`antidreyfusisme : les juifs et beaucoup d`homosexuels sont dreyfusards; les franc¿ais sont en principe asntidreyfusards. Sodome et Gomorrhe Ⅱ met en sce`ne le monde inverti. Les yeux de´sille´s par la vue de la conjonction Charlus-Jupien, le narrateur peut maintenant dicerner des Sodomes me^me en entendant seulement de loin leur voix. Ainsi dans la soire´e de la princesse de Guermantes, il aperc¿oit que beaucoup de la co^terie de Guermantes sont Sodomes, dont le prince de Guermantes. Ainsi, Guermantes se re´ve`le Sodome. Et Balbec sera Gomorrhe, ce pays des jeunes filles en fleurs. Car Albertine semble appartenir a` Gomorrhe ainsi que bien d`autres jeunes filles de Balbec. Balbec est aussi Sodome puisque des Sodomes comme Charlus, Morel, le prince de Guermantes, Nissim Bernard y viennent chercher des aventures. Le deuxie`me se´jour de Balbec commence par les intermittences du coeur : la` le narrateur constate re´ellement que la grand-me`re n`est plus, et il semble que c`est lui qui l`a fait mourir. Ce sentiment de culpabilite´ est fort significatif. car la premie`re Balec a cause´ aussi la souffrance mais c`e´tait du^ de la solitude et non de la culpabilite´ : la prmie`re Balbec e´tait loin de Sodome et de Gomorrhe. On peut donc de´duire que sa culpabilite´ est lie´e a` l`hormsexualite´. En effet, les femmes qu`il de´sire rencontrer ou qu`il aime(la femme de chambre de Madame de Putbus, Albertine) sont gomorrhennes. Et vrai, qui aime les gomorrhennes? Des femmes-hommes comme actrice Le´a ou des hommes-femmes comme Morel. L`identite´ du narrateur est ambigue¨. Attribut de Sodome, l`ambiguite´ est aussi une caracte´ristique de la Recherche. Cela transparai^t au travers du titre me^me, "temps perdu" qui a un double sens : temps que l`on a gaspille´ et temps que l`on a laisse´ dans l`oubli. Et une autre de´signation de l`homosexualite´, l`inversion est pratique´e syste´matiquement sur le plan de la forme romanesque : Guermantes devient Sodome, Madame Verdurin la princesse de Guermantes, etc. L`inversion, la re´volution de la Recherche se germe dans Sodome et Gomorrhe. Agents du cycle Albertine, Mlle Vinteuil et son amie de´chiffrant les notes inde´chiffrables de Vinteuil mort et mettant ainsi son oeuvre au monde sont des exemples du rachat de la faute et de la sublimation du de´sir, voie que le narrateur va suivre. Sodome et Gomorrhe est bien au centre de la Recherche.

불문학 : 수사학의 역사를 바라보는 두가지 눈 - 수사학과 신수사학의 관계정립을 위하여 -

박성창 ( Sung Chang Park )
한국불어불문학회|불어불문학연구  37권 0호, 1998 pp. 171-186 ( 총 16 pages)
5,100
키워드보기
초록보기
Aucune nouvelle rhe´torique ne pourrait s`imposer sans nourrir de lien avec une rhe´torique ≪de´ja` la`≫. La rhe´torique nouvelle s`inscrit en effet explicitement dans la tradition rhe´torique quand elle s`efforce de faire une histoire de la rhe´torique, qui prend d`ailleurs le plus souvent la forme d`une histoire de la ≪rhe´torique restreinte≫, pour reprendre un the`me et une expression che`rs a` Ge´rard Genette. Cette the`se, encore tre`s re´pandue aujourd`hui, malgre´ les se´rieuses re´serves e´mises par F. D. Soublin notamment, me´rite d`e^tre re´examinne´e du point de vue suivant : chaque e´tape de la rhe´torique, loin d`e^tre reconstruite, avec le plus d`objectivite´ possible, est en re´alite´ arbitrairement annexe´e, au XXe sie`cle, a` la pre´histoire invente´e de la rhe´torique litte´raire, au profit de la science du style et de la litte´rature. Une histoire de la rhe´torique restreinte ne risque-t-elle pas en effet de re´duire a` ne´ant l`apport spe´cifique et global de la rhe´torique classique, dans la mesure ou` toute lecture de cette rhe´torique est entreprise a` partir d`un point de vue exclusivement stylistique ou poe´tique? Ayant confronte´, pour re´futer la the`se selon laquelle la rhe´torique franc¿aise, au XVIIIe sie`cle, serait restreinte, la conception genettienne d`une ≪rhe´torique restreinte≫ a` la conception concurrente d`une ≪rhe´torique irre´ductible, multiple≫, nous sommes conduits a` expliciter la nature des motivations profondes qui sont a` la source de la the`se sur la rhe´torique restreinte. Cette the`se provient ainsi selon nous en grande partie d`une illusion re´trospective, les ne´o-rhe´toriciens projetant sur le passe´ de la rhe´torique leur propre modernite´. La volonte´, peut-e^tre aveugle, de tirer profit de concepts utiles comme ceux d`e´cart ou de figure, les conduit a` ne voir que ces derniers dans la rhe´torique classique. Quant a` la recherche rhe´torique a` poursuivre, deux possibilite´s se pre´sentent alors pour nous : il faut, en premier lieu, suivre attentivement les de´placements de ces concepts ope´ratoires au sein des disciplines modernes comme la stylistique et la poe´tique et mettre a` l`e´preuve, en second lieu, ces illusions re´trospectives et se demander si une lecture stylistique de la rhe´torique classique ne gauchit pas la vise´e particulie`re de l`oeuvre de Dumarsais par exemple.
1 2 3 4 5 6 >