글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 43권 0호 (2000)
7,000
키워드보기
초록보기
Quelle socie´te´ sera cre´e´e par les nouvelles technologies d`information et de communication? A cette question, on voit, depuis le milieu du vingtie`me sie`cle, se succe´der des re´ponses ou pluto^t des pre´visions varie´es. Il y a, d`abord, celles des optimistes qui ne voient l`impact des technologies sur la socie´te´ que sous un jour ide´aliste. Ils pre´tendent que l`ame´lioration de l`acce`s a` l`information, rendue possible par les dispositifs de communication, va cre´er un monde meilleur, plus performant, plus transparent, plus de´mocratique, plus intelligent, et d`ailleurs plus communicant. En me´langeant ainsi les valeurs diffe´rentes - instrumentale, socio-e´conomique et me^me intellectuelle - se fait jour le de´terminisme par le progre`s technique, sous-jacent a` l`ide´ologie utopiste de la socie´te´ d`information et de communication. Il y a, ensuite, celles des pessimistes qui se donnent pour des critiques acerbes du cybermonde. Ils le de´crivent comme une distopie ou` le concret de la re´alite´ se trouvera alte´re´e par la re´alite´ me´diatise´e du virtuel. Mais, ils n`e´chappent pas plus au de´terminisme technique que les utopistes, car les uns comme les autres, ils ne voient que des effets, positifs ou ne´gatifs, cause´s par les technologies. Il faudrait donc poser la question autrement : qu`est-ce que nous ferons de ces technologies? Pour re´pondre a` cette question, il nous faut - constate-t-on - une position philosophique qui va nous permettre de faire le recul ne´cessaire pour cre´er l`espace discursif. C`est la` que nous pourrons trouver la proble´matique pertinente pour mieux saisir les potentiels de la nouvelle culture a` inventer.
5,900
키워드보기
초록보기
Cette recherche a` pour but de de´gager et d`approfondir les the`mes moraux de l`aristocratie en perte de vitesse ainsi que les aspects romantiques qui dominent l`ensemble du roman Le Collier de la Reine (1848). Ce roman fait partie du cycle de Me´moires d`un me´decin comprenant au total les cinq romans historiques dont le premier est Joseph Balsamo. Comme nous l`avons constate´ dans notre pre´ce´dente recherche consacre´e a` l`e´tude morale sur Joseph Balsamo, le roman de Dumas pe`re se fait l`e´cho d`une e´thique de l`aristocratie franc¿aise mais en de´clin au XVIIIe sie`cle. L`oeuvre romanesque dumassienne Le Collier de la Reine repre´sente les personnages bien moins nobles que dans les premiers romans de Dumas comme Les Trois Mousquetaires. Cette tendance a` la de´gradation d`une morale aristocratique dans Le Collier de la reine refle`te largement l`ambiance de la haute socie´te´ franc¿aise dans la deuxie`me moitie´ du XVIIIe sie`cle. Aussi faut-il noter que les the`mes moraux aristocratiques s`y me^lent tre`s subtilement avec une sensibilite´ du rormantisme de qualite´ comme celui de Lamartine, Alfred de Vigny et Chateaubriand. Cette sensibilite´ romantique est d`autant plus forte que les he´ros romantiques dumassiens sont les he´ritiers de l`aristocratie fe´odale souffrant de l`ave`nement d`une socie´te´ nouvelle mais bourgeoise: leur manie`re de vivre et d`agir n`y a plus cours. C`est ainsi qu`une atmosphe`re triste et me^me fune`bre se re´pand a` travers les jeunes personnages (Philippe, Charny, Andre´e) mais `ne´ trop tard` dans leur socie´te´ dite moderne. Il n`empe^che que Cagliostro, personnage central a` caracte`re mythique dans Joseph Balsamo, se dote e´galement d`une tonalite´ tre`s fortement romantique, surtout lorsqu`il se souvient de la mort tragique de sa femme Lorenza. Bref, le roman Le collier de la reine emprunte´ a` une histoire re´elle 《affaire du collier》 s`inscrit dans un contexte d`une morale aristocratique et d`une sensibilite´ romantique de qualite´. Ne´anmoins les personnages principaux ne posse`dent plus la noblesse d`a^me et les the`mes he´roi¨ques tels que P. Corneille entendait les mettre en sce`ne dans ses oeuvres the´a^trales. Tre`s conscient de ce patrimoine morale du XVIIe sie`cle et a` la fois d`une nouvelle forme de sensibilite´, notre e´crivain romantique faisait preuve d`inge´niosite´ de cre´er les he´ros romanesques tout-a`-fait originaux qui ne savaient que prendre de l`envergure dans le de´veloppement du re´cit.

아라발 연극의 제의성

김미라(Mi Ra Kim)
6,700
키워드보기
초록보기
Fernando Arrabal a fait un voyage dans la liberte´. Le voyage, cependant, est ouvert a` toutes directions dans son the´a^tre, et enfin il revient a` son point de de´part. Le proble`me d`Arrabal de liberte´ contient toujours les phases doubles de re´alite´, qui s`efforce de libe´rer lui-me^me de tout genre de dogme et d`oppression dans la porte´e de the´a^tres festifs et rituels comme le jeu. Chez Arrabal, nous affrontons avec ses personnes de classes se´spare´es par la socie´te´. Ils sont place´s dans une situation extre^me, qui nous permet voir leurs personnages essentiels. Ils manquent de liens tre`s logiques, cela cre´erait quelques sortes de continuite´ et d`unite´ parmi les parties diffe´rentes. Arrabal lui-me^me appelle cette situation comme "le Panique," et ce qui vit dans le monde du panique est `l`homme panique.` Tel homme sugge`re un protagoniste sans face, un n`a jamais de´fini par son engagement aux objectifs spe´scifiques, n`a jamais gouverne´ par une moralite´ seule ou norme de conduite. Cet homme est, pour dit ainsi, Satyre semblable qui transcende toutes limitations et re´jouit existence naturelle lui-me^me. Arrabal dit que cette vie est la me´moire et l`homme est le hasard. Un travail d`art est gouverne´ par le hasard, la confusion, et l`inattendu, donc il est plus riche, plus stimulant et plus fascinant. Notre monde re´el n`est pas diffe´rent de notre monde du re^ve. Tel une vision est localise´e dans la perspective du jeu comme un monde de fe^tes. Dans ce monde le temps historique disparai^t. Mais abolir le temps historique ou line´aire, il est permettre un temps diffe´rent pris son endroit; celui-ci est le temps de fe^tes. A ce moment nous sommes situe´s en dehors d`illusion et de dichotomie de la re´alite´. Coexistez donc la vie et la mort, le bon et le mal, le sacre´ et le profane, la raison et la passion, l`amour et l`e´rotisme, la violence et le jeu. Arrabal envisage son the´a^tre comme une forme d`existence, et comme un participant, et il essaie de jouer avec le monde cru. Cette attitude est inhe´rente anti-dogmatique et anarchisant, qui poses le proble`me de faire une formulation anti-dogmatique sans existence dogmatique. Son homme panique est une cre´ature jouant n`importe ou` entre trage´die et come´die, la sensation lui-me^me participe dans la proce´dure productif qui l`apporte a` toucher avec sa communaute´ et le monde. A l`endroit ou` le the´a^tre de rites se de´plie, on ouvre la porte pour la future.

Sacha Guitry 의 극작법 연구

문시연(Si Yeun Moon)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 93-110 ( 총 18 pages)
5,300
키워드보기
초록보기
Guitry est le roi du boulevard non seulement par la quantite´ de ses oeuvres (l07 pie`ces, 30 films) mais par la qualite´ de tous les ressorts du Boulevard - la le´ge`rete´, la vitalite´ et le rire. Ce professionnel de l`esprit parisien est sans doute, le Molie`re du vingtie`me sie`cle, ou du moins voulait-il suivre Molie`re comme exemple. Et "distraire le public", est sa fac¿on de se´duire en tant qu`auteur et acteur. Il ne faut pas oublier que ce grand mai^tre des divertissements e´tait un Don Juan misogyne qui s`est pourtant marie´ cinq fois. Et comme sa vie prive´e se conforme a` ses pie`ces, il faisait sa cour sur sce`ne en utilisant la se´duction de sa vie ou vice versa. Il avait le don de plaire et l`art de susciter le rire par ses bons mots. Il dominait le public et ses conque^tes par ses mots d`esprits. Mais si, sur sce`ne comme dans sa vie, il conque´rait sans cesse des femmes pour ensuite les quitter. Il a su par contre rester fide`le a` son public : le distraire. Le the´a^tre de Guitry, comme d`autres the´a^tres de boulevard d`ailleurs, se re´sume en monotonie des situations typiques chez l`auteur et en une variation de la cocasserie du de´tail burlesque. En somme, ses come´dies le´ge`res, rapides et dro^les sont coule´es dans deux ou trois moules. Par exemple, des conque^tes sans conse´quence, la trahison issue du vieillissement ou de la lassitude. Ce qui nous inte´resse avant tout dans tout cela, c`est la mise en sce`ne de la conque^te. Quand et comment faut-il placer la re´plique pleine d`esprit pour qu`elle fasse le plus effet? C`est le souci principal des he´ros chez Guitry. Car, les femmes de ses pie`ces ne sont en ge´ne´ral pas difficile a` se´duire. Souvent, ce sont des noceuses ou des femmes marie´es, frivoles, qui d`avance sont se´duies ou pre^tes a` se livrer a` leur se´ducteur de`s qu`il leur jette de la poudre aux yeux (fabrique´e avec des re´pliques rapides et des tirades pleins d`esprit). C`est pourquoi Guitry s`est contente´ de varier les re´pliques de ses personnages, de changer de peronnage. Si ce n`est pas un homme vieux mais riche, c`est un jeune homme beau, etc. Mais ce qui est commun a` ses personnages masculins, c`est le sens de l`humour. Ce n`est pas, de toute manie`re, difficile a` comprendre, quand on sait que tous les ro^les du se´ducteur e´taient joue´s la plupart du temps par Guitry au long de sa carrie`re. Les se´ducteurs de Guitry sont jeunes, beaux et de bonne humeur. Surtout ce dernier e´le´ment est un moyen indispensable avec lequel Guitry jongle pour e´pater l`autre. C`est ainsi qu`il a inscrit son the´a^tre dans l`art de bien parler. Mais alors, pour quel motif ses personnages parlent si bien? C`est afin de cre´er le monde de fantaisie ou` tout le monde s`amuse rien que pour le plaisir de transgresser tous les tabous sociaux en oubliant la re´alite´ lourde de morale. Pour cela, il renverse le monde, bafoue les valeurs traditionnelles, et chatouille la libido du public par le langage. Le monde ainsi re´invente´ est, encore aujourd`hui sans s`alte´rer, une source de gaiete´ et de divertissement pour le public.

장 - 자크 루소의 『 누벨 엘로이즈 La Nouvelle Heloise 』 에 나타난 시간의 문제

문정자(Jung Ja Moon)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 111-132 ( 총 22 pages)
5,700
키워드보기
초록보기
Le temps est l`ennemi de l`amour qui doit un jour disparai^tre. Mais il arrive parfois que l`amour triomphe du temps. Cela se produit dans l`extase qui l`abolit, pour un tre`s court instant : "Cette e´ternite´ de bonheur ne fut qu`un instant de ma vie."(p. 317) Les sensations se modifient diffe´remment selon la valorisation du temps. La valorisation des sensations par le temps est rendue sensible aux he´ros. Surtout le passe´ revient sans cesse a` la me´moire des he´ros pour modifier la qualite´ e´motionnelle du pre´sent. Se me^lant avec le pre´sent, le passe´ de´double la vision dans l`atmosphe`re poe´tique. Le passe´ et le pre´sent se fondent dans l`unite´ entre l`a^me et les objets che´ris. Saint-Preux, entrant dans la chambre de Julie malade de la petite ve´role(p. 333), e´voque le rendez-vous d`amour dont le me^me lieu fut le te´moin. Ainsi est rendu sensible l`e´coulement du temps. La` est la ve´ritable substance du sentiment du temps. Les he´ros reviennent profonde´ment dans le souvenir des anciens sentiments. C`est la pre´sence du passe´ dans le pre´sent qui leur donne le sentiment de la permanence de son moi.

발자크와 과학

송기정(Ki Jeong Song)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 133-153 ( 총 21 pages)
5,600
키워드보기
초록보기
Dans l`Avant propos de La Come´die Humaine, Balzac e´nume´rant les noms des hommes de sciences, montre sa connaissance des sciences, d`une part, et sa confiance infinie pour les sciences, d`autre part. Nous avons commence´ cette e´tude par nous poser les questions suivantes : Quel est le ro^le des sciences dans ses romans? Quelle image donne-t-il des hommes de sciences? Enfin quelle est la relation entre les sciences et ses ide´es philosophiques? Dans La Come´die Humaine, nombreux sont les hommes de sciences. le mathe´maticien Planchette, le chimiste Japhet, le naturaliste Lavrille tentent de redonner sa forme initiale a` la "peau de chagrin". Dans Ce´sar Birotteau, les chimistes Vauquelin et Blainville ve´rifient l`effet chimique des produits cosme´tiques. Docteur Be´nassis du Me´decin de campagne est aussi un chimiste, quand il se sert d`engrais pour enrichir la terre et assainir les e´curies. N`oublions pas un autre chimiste, David Se´chard dans Illusions perdues qui entreprend une se´rie de tests pour inventer une nouvelle fabrication du papier. Enfin au-dessus de tous ces hommes, nous avons Balthazar Clae¨s de La Recherche de l`Absolu qui meurt pour la Science. Or toute la connaissance scientifique ainsi que toutes les expe´riences qu`il a mene´es ne sont pas diffe´rentes des de´couvertes scientifiques de l`e´poque. Balthazar, qui se pre´tend l`e´le`ve de Lavoisier re´pe`te ce que disent les chimistes de l`e´poque et reprend leurs expe´riences. Par exemple, la the´orie de la chimie que l`e´crivain pre´sente vient tout droit du Traite´ de Chimie du Sue´dois Berzelius. Mais Balzac, en recopiant quelques pages de Belzelius, a modifie´ sa the´orie en une "the´orie unitaire de la chimie" pour illustrer le principe philosophique balzacien de l`Unite´. Ainsi Balzac trouve dans les sciences plus que les sciences. Les cris de joie de Balthazar sont ceux d`un homme qui finit par croire a` une capacite´ de cre´er a` l`image de Dieu lui-me^me. Les sciences sont pour Balzac la cle´ d`une connaissance supe´rieure, cette philosophie de l`unite´, qui lui permet de de´passer les proble`mes scientifiques pour acce´der aux proble`mes philosophiques et aux questions ultimes. Or, Balthazar n`arrivera pas a` surmonter les limites de la condition humaine comme tous les autres personnages prome´the´ens de l`auteur. Au moment ou` il croit avoir de´couvert l`absolu, il se meurt. Il se meurt parce qu`il s`agit la` d`une tentative impossible. Balzac en avait conscience. Devant cet obstacle, Balzac finit par se convertir au mysticisme apre`s e^tre passe´ par la phase du magne´tisme. Pour Balzac qui n`avait confiance qu`en ce qu`il voit, qu`en ce qu`il touche et qu`en ce qu`il analyse, l`hypnose par l`effet magne´tique restait la meilleure fac¿on de voir les choses et de comprendre le myste`re de la vie. Car le magne´tisme nous met directement en contact avec les a^mes. Ainsi magne´tisme et mysticisme se rencontrent dans la croyance aux expe´riences imme´diates, a` la communication directe sans l`interme´diaire ni de la the´orie ni de la logique. Balzac, cet homme du sie`cle des sciences, cet homme qui croyait au proge`s des hommes par le progre`s des sciences avait fini par croire que le but de recherche scientifique est au dela` des sciences elles-me^mes.

Saint - Exupery 의 편지 Lettres a sa mere 연구

신곽균(Kwak Kyun Shin)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 155-180 ( 총 26 pages)
6,100
키워드보기
초록보기
La lettre n`est pas destine´e a` un public. C`est un moyen de communication intime personnelle entre des personnes qui se connaissent, tandis qu`une oeuvre est destine´e a` tous les hommes, est ouverte a` un public non particulier. Ainsi, la lettre ne demande aucune perfection formelle et artistique, elle permet une e´criture libre re´ve´lant la vie prive´e since`re de l`auteur. C`est pourquoi nous pouvons saisir, a` travers les Lettres a` sa me`re de Saint-Exupe´ry, sa vie personnelle en me^me temps que celle de famille, aussi ce qu`il pense, sa philosophie, et sa jeunesse. Ainsi par l`analyse de ses lettres, nous pouvons acce´der au caracte`re naturel de Saint-Exupe´ry en rapport avec sa me`re. D`abord, nous pouvons remarquer son amour exceptionnel pour sa me`re qui est le plus fort par rapport a` son fre`re et a` ses soeurs. Cet amour provoque le de´sir maternel en demandant argent et lettres, ce qui ge^nent beaucoup sa me`re depuis la jeunesse de Saint-Exupe´ry. Cette demande excessive de Saint-Exupe´ry de sa me`re tient a` la situation familiale. Saint-Exupe´ry qui reste le seul homme de sa famille(car son pe`re est mort quand il avait quatre ans et son fre`re cadet Franc¿ois aussi est mort pre´mature´ment) re`gne sur les femmes, sa me`re et ses soeurs, comme `le petit roi` du pays. Deuxie`mement, son re^ve se manifeste toujours pour les pays e´trangers inconnus. C`est pourquoi il part ailleurs surtout en avion qui est l`outil lui permettant de voyager partout. Nous reconnaissons aussi par ses lettres a` sa me`re qu`il pre´fe`re l`Afrique du nord a` la France, Casablanca a` Paris, et voler dans le ciel a` se promener sur la terre ; dans ces conditions solitaires et dangereuses, il peut se retouver face a` face avec lui-me^me, dans la since´rite´. Nous voulons enfin re´unir tous ces e´le´ments en analysant ses lettres qui expriment l`esprit et la conscience personnels de Saint-Exupe´ry. Tous ces e´le´ments fondamentaux nous donnent l`occasion d`entrevoir ses oeuvres. Tel est le but de notre e´tude.

자기에 대한 글쓰기 연구 ( 1 ) - 고백의 전략

유호식(Ho Shik Yu)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 181-210 ( 총 30 pages)
6,500
키워드보기
초록보기
La confession est pour Leiris un moyen de situer sa vie insignifiante sur le plan du sacre´. Il choisit l`acte de raconter afin de construire son identite´, ce qui est figure´ dans la "sce`ne de la confession". A travers celle-ci, nous avons analyse´ le pourquoi et l`objet de sa confession. Nous avons pre´cise´ que Leiris raconte sa vie prive´e - surtout sa me´diocrite´ - en que^te de l`amour des autres. Il raconte son passe´ de´nue´ de sens pour devenir he´ros, comme s`il avait affronte´ a` travers la narration un danger de mort et y avait e´chappe´ de pre`s. Raconter e´quivaut pour lui a` affronter la mort. D`ou` le besoin de concevoir une strate´gie de la confession. Sa confession est inte´ressante dans la mesure ou` elle touche a` l`indicible, source de son inspiration. Cela veut dire que sa strate´gie est en rapport avec "l`absence" autour de laquelle tout est structure´, comme le montre le mythe d`Orphe´e. Cette strate´gie de l`absence nous re´ve`le des pactes qu`il noue avec l`autobiographie en me^me temps que sa vision altruiste. De surcroi^t, gra^ce a` elle, Leiris s`appre´hende comme e´crivain. Il saisit l`occasion d`englober vie et e´criture afin de rappeler au lecteur qu`une vie raconte´e a` travers une autobiographie est le produit d`une transmutation qui doit le rendre digne de se repre´senter a` ses propres yeux ainsi qu`aux yeux des autres.

『 아르망스 』 와 『 적과 흑 』 에서의 우연의 문제

이경래(Kyung Lae Lee)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 211-232 ( 총 22 pages)
5,700
키워드보기
초록보기
Il est de toute e´vidence que le he´sard joue un ro^le de´cisif dans la vie et dans la cre´ation romanesque de Stendhal. Nous avons e´tudie´ diverses images de l`auteur et de ses personnages qui ont ve´cu sous la loi de la temporalite´, surtout en nous concentrant sur leurs re´actions variables vis-a`-vis cette condition humaine. Dans l`ensemble, la phobie de la temporalite´ est pour lui progressivement surmonte´e, et cet auteur grenoblois, qui a subi fatalement le coup du hasard a` l`a^ge de sept ans, a su sublimer cette obsession en en profitant avec e´nergie dans sa vie re´elle et imaginaire a` la fois. L`impression que le premier roman nous donne, c`est que l`auteur a une obsession contre le fortuit, et qu`il figure une phobie des phe´nome`nes impre´visibles. Et afin de surmonter cet e´tat psychologique, ce roman montre ge´ne´ralement un attachement `diabolique` au devoir, celui de ne pas se marier. Ce `diabolicisme` s`exprime extre^mement par la mort `voulue` d`Octave au de´nouement du roman. Nous de´couvrons qu`Armance est un roman du `devoir` dans lequel la raison l`emporte sur la de´raison, et la ne´cessite´ inte´rieure veut surmonter le hasard. En revanche, Le Rouge et le Noir est plus flexible a` l`existence des hasards, plein de faits contingents en se de´plac¿ant d`une petite ville de province a` un se´minaire, aux salons de Paris et a` la prison. De plus le caracte`re e´nergique du he´ros favorise une autre attitude vis-a`-vis des phe´nome`nes temporels. Nous de´couvrons que, dans l`ensemble, le he´ros du Rouge parcourt trois e´tapes. Cela se re´ve`le d`abord dans le de´veloppement du `diabolicisme` a` la fac¿on d`Octave, autrement dit le refus du hasard, puis dans l`e´crasement de´terminant de la continuite´ temporelle, c`est-a`-dire la reconnaissance de la re`gle historique ou de la puissance de la temporalite´, et finalement dans l`acceptation active du hasard et la jouissance du pre´sent profond et e´tendu. A cet e´gard, Armance est proche de la conception du temps dans la jeunesse de Stendhal comme contrecoup de l`enfance passive, et le Rouge, notamment la dernie`re e´tape, est pluto^t proche de celle de la vieillesse de l`auteur. Nous pouvons dire finalement que le hasard a pour lui une valeur pluto^t positive que ne´gative dans la mesure ou` il est une expression de la liberte´ et une condition temporelle du bonheur, et ou` il lui permet a` la fois de trouver son vrai moi et de comprendre ve´ridiquement la psychologie des personnages.

18 세기 프랑스의 반 계몽주의자들에 대한 연구

정해수(Hai Soo Chung)
한국불어불문학회|불어불문학연구  43권 0호, 2000 pp. 233-284 ( 총 52 pages)
9,200
키워드보기
초록보기
Presque tous les dix-huitie`mistes sont attire´s par les Lumie`res. L`esprit scientifique de ces derniers, leur opposition au pouvoir, leur imagination, leur que^te pour la liberte´, l`e´galite´ et l`humanite´, surtout leur contribution a` la Re´volution franc¿aise sont les principales raisons pour lesquelles les chercheurs ne renoncent jamais a` leur point de vue pro-Lumie`res. Les diverses e´tudes effectue´es sur le XVIIIe sie`cle ont cependant eu tendance a` ne´gliger le courant ide´ologique et culturel situe´ a` l`e´cart du domaine des Lumie`res mais reve^tant un aspect tre`s important pour mieux connai^tre la France du XVIIIe sie`cle. N`e´tant que des travaux tronque´s, ces e´tudes sont donc d`un inte´re^t partiel et ne renvoient gue`re a` une Histoire de l`esprit comple`te. Pour bien cerner celle-ci, ne faut-il pas e´tudier les penseurs dont les orientations s`opposent a` l`ide´ologie dominante de cette e´poque, a` savoir les Lumie`res... C`est sur cette remise en cause que repose notre travail sur les anti-Lumie`res. Or, un grand obstacle se dresse devant nous : la notion des anti-Lumie`res. Car elle est aussi trompeuse que l`est celle des Lumie`res lorsqu`elle postule l`existence d`un groupe monolithique partageant les me^mes valeurs et adoptant une strate´gie commune pour faire triompher une cause univoque. On sait fort bien que les crite`res purement ide´ologiques ne suffisent pas a` de´limiter les clans, les groupes de pression et les familles d`esprit. Une tre`s longue pe´riode et une varie´te´ extre^me au niveau du contenu repre´sentent e´galement deux autres grandes difficulte´s majeurs ayant retarde´ dans notre e´tude. Il fallait donc limiter le champ de travail a` trois groupes de penseurs aux ide´es assez homoge`nes et qui se sont oppose´s le plus activement au mouvement des Lumie`res. Ce sont les apologistes, les critiques de l` 『Anne´e litte´raire』 et les e´crivains sentimentaux. Nous avons d`ailleurs principalement aborde´ le de´bat philosophique entre les Lumie`res et les anti-Lumie`res, surtout autour, d`une part, de l`existence de Dieu et, d`autre part, de la morale ine´branlable. De la`, on constate que les anti-Lumie`res se sont efforce´s avec tenacite´ de garder des valeurs traditionnelles et de fonder une morale ine´branlable. Malgre´ le triomphe de´finitif des Lumie`res dans la deuxie`me moite´ du XVIIIe sie`cle, le combat ide´ologique n`a cesse´ de continuer jusqu`a` la Re´volution. On peut alors e´chapper a` l`hypothe`se que les anti-Lumie`res auraient e´te´ les ve´ritables gagnants de ce combat d`un sie`cle, car la Convention nationale avait unanimement adopte´ le 7 mai 1795 le de´cret qui reconnaissait l`Etre supre^me et l`immortalite´ de l`a^me, the`ses rousseauistes. Cela signifie que les ide´es mate´rialistes athe´es des Lumie`res avaient e´te´ rejette´es. D`ailleurs, comment pourrait-on s`expliquer la publication, quelques anne´es plus tard, du 『Ge´nie du christianisme』 par Chateaubriand, ou encore un autre fait historique : le christianisme devenant une religion d`Etat apre
1 2 >