글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 44권 1호 (2000)

나탈리 사로트의 『 미지인의 초상 』 에 나타난 향성에 관한 연구

강충권(Choung Kwon Kang)
5,800
키워드보기
초록보기
Portrait d`un inconnu, une des premie`res oeuvres du Nouveau Roman qui se caracte´rise par la destruction de la structure classique du re´cit et la description objective, nous re´ve`le ne´anmoins la subjectivite´ du narrateur ainsi que celles des autres personnages. Or. ces subjectivite´s se traduisent par des mouvements psychiques que Sarraute appelle tropismes, empruntant ce terme a` la biologie. De notre point de vue, les tropismes de´crits dans le re´cit ne sont ni des re´actions sensorielles ni des mouvements subconscients, mais des re´actions conscientes. C`est pour cette raison que nous voulons examiner les caracte´ristiques complexes du tropisme pluto^t que de les analyser dans un sche´ma botanique: tropisme positif et tropisme ne´gatif. Les tropismes, soit de´crits soit sugge´re´s par le narrateur peuvent e^tre examine´s sous les quatre aspects suivants: extraversion, introversion, de´viation, tendance a` la purete´. L`extraversion, qui tient en apparence du tropisme positif, se re´ve`le constitue´e a` la ve´rite´ en come´die, hostilite´ et symbiose artificielle. Cela repre´sente la re´alite´ de´grade´e a` la manie`re de Sartre, en insistant sur l`e´chec de la relation humaine dans laquelle on ne cherche qu`a` objectiver autrui. L`introversion qui tient du tropisme ne´gatif montre, en tant que phases passives, e´loignement, protection de soi et re´volte ne´gative. Si les deux premiers se limitent a` des actions passives d`e´cart, la dernie`re recherche une autre re´alite´, bien qu`elle est la forme de re^ve. La de´viation qu`on peut observer principalement chez le narrateur, comporte deux tendances bien nettes: non-conformisme et libe´ration. Si celui-la` se concre´tise par le point de vue esthe´tique du narrateur, celui-ci se manifeste par sa volonte´ de refuser de s`inte´grer au re´el, ce microcosme d`extraversion et d`introversion, et enfin d`y e´chapper. La tendance a` la purete´ ne se montre pas explicitement mais se de´couvre, bien que rarement, dans les ide´es et les comportements des personnages, surtout chez le narrateur. De par ses propres expe´riences, le narrateur associe a` la purete´ la consistance des objets tels que pierre, mur, crystal, etc. Et il cherche en me^me temps la purete´ inte´rieure, profonde, rayonnante et enfin authentique. Ainsi, Portrait d`un inconnu pourra avoir pour sous-titre `journal du tropisme`, parce que les personnages ne sont en effet que les supports du tropisme humain, s`incarnant comme ses aspects multiples et complexes qui se de´ferlent simultane´ment. En fin de compte, le trajet du tropisme de´crit dans le re´cit n`est pas le `va-et-vient incessant du particulier au ge´ne´ral` d`apre`s le sche´ma sartrien mais le voyage vers un autre monde de purete´ pour e´chapper au microcosme clos de la re´alite´ inauthentique.

『 폴리외크트 Polyeucte 』 와 『 테오도르 Theodore 』 에 나타난 기독교 정신

곽광자(Kwang ja Kwak)
6,200
키워드보기
초록보기
Dans les deux trage´dies chre´tiennes de Pierre Corneille, Polyeucte et The´odore, le Dieu chre´tien s`exprime en comparaison des dieux pai¨ens. Leur comparaison est si simple que l`on peut dire qu`elle demeure au niveau du cathe´chisme. Alors que le Dieu chre´tien est unique, tout puissant, omniscient, bon et bienveillant, les dieux pai¨ens sont douteux et ils ne sont que de marbre, d`or, ou de bois, etc. parce que les hommes font un dieu a` leur gre´ d`un homme. Mais l`esprit chre´tien est assez complexe. D`abord, en vertu de l`influence de ses professeurs je´suites au colle`ge de Rouen, Corneille se place dans la perspective de la the´ologie moliniste, par laquelle la gra^ce divine est toujours offerte a` l`homme, mais celui-ci, par son adhe´sion ou son refus, reste libre de la rendre efficace. Mais en me^me temps il a aussi conside´re´ les the´ologies augustiniennes pour ne pas de´plaire les de´vots de Port-Royal. En plus, e´tant le meilleur dramaturge de son temps, il n`a pas ne´glige´ la rhe´torique de Se´ne`que. L`esprit chre´tien de Polyeucte demeure dans l`atmosphe`re tre`s myste´rieux. Par la gra^ce divine, le protagoniste Polyeucte se baptise et brise l`ido^latrie au temple pai¨en pour re´pondre a l`appel de Dieu et pour le glorifier. Avant sa mort, il prie pour la re´demption de sa femme Pauline. Son martyre devient l`origine des conversions de Pauline et de Felix. Un jour Se´ve`re aussi partagera leur foi et il promesse la fin de la perse´cution des chre´tiens. Ainsi Polyeucte dessine la courbe d`ascension pour la re´demption. Mais dans The´odore, contrairement au mouvement ascendant de Polyeucte, il n`y a que de mouvement descendant et destructeur. Les deux chre´tiens The´odore et Didyme, pris au pie`ge d`un monde de fureur et de mensonge, n`e´chappe que dans la mort. Leur martyre ne me`ne aux autres personnages aucune conversion, me^me a` Placide qui a aime´ The´odore si since`rement. On peut dire que c`est l`application de la doctrine augustine, c`est a` dire de la pre´destination.
5,900
키워드보기
초록보기
Notre e´tude s`inte´resse a` l`e´criture de Nathalie Sarraute sous l`angle de l`iconoclasme. Nous prenons ce terme en tant que me´taphore de la fonction litte´raire. Sarraute proce`de a` la dissolution du personnage romanesque, au refus de l`identite´ de l`individu. Le caracte`re et l`identite´ du personnage apparaissent comme des simulacres qui de´figurent et de´naturent la re´alite´ infigurable de l`homme. La position de Sarraute rejoint de pre`s l`argument iconoclaste. A la diffe´rence de ceux qui rejettent la forme pour attaquer par la suite la substance. l`e´criture de Sarraute est constamment marque´e par l`effort cre´ateur qui s`attache a` un objectif heuristique : c`est la mise au jour d`une matie`re psychologique nouvelle qui motive sa recherche et qui est au centre de son travail. Dans le rejet de la forme, re´duisant le moi incommensurable a` l`une de ses facettes, nous trouvons un effort de re´affirmation de soi libre de tout pre´juge´ et d`assuijettissement. Adoptant une position radicale qui consiste a` rejeter l`existence me^me de l`e^tre qui se distingue des autres, et avanc¿ant la ressemblance de tous les e^tres, Sarraute fait voir ce qui survit de ce pracessus de destruction, ce qui est indestructible, parce qu`il est informe : dans le vide re´ve´le´ derrie`re une apparence ou un simulacre, Sarraute fait sentir un courant imperceptible qui le traverse ; la conscience subsiste sous forme d`un souffle de vie qui habite ce vide. Le soupc¿on fait exploser la forme fixe et les pre´juge´s, en me^me temps que le contour des mots, des expressions toutes faites, et la configuration du re´cit ; il ouvre un horizon nouveau a` la conscience du moi. Le moi sort de ses confins limite´s pour se placer dans une e´tendue sans fin ; il se retrouve au c ur d`une vision poe´tique et cosmique. En somme, la destruction de l`identite´ stable et unilate´ral n`est que l`autre face de la que^te d`une nouvelle conscience unitaire qui pourrait embrasser tous ses e´clats.

불문학 / 네르발 작품에 나타난 연극적 공간

김동규(Dong Kyu Kim)
5,000
키워드보기
초록보기
Notre e´tude essaie d`e´claircir le caracte`re et le sens de l`espace the´a^tral dans les oeuvres de Nerval. Dans sa course a` travers le monde re´el, Nerval cherche une re´alite´ perceptible qui soit en me^me temps fide`le a` la ve´rite´ onirique : une `douce re´alite´` que le re^ve puisse traverser et transformer. Par l`e´clairage et l`espace the´a^tral, il peut transformer le re´el profane en le re^ve ide´al. Donc Nerval a une tendance typique dans sa description: il va d`instinct a` une nature qui n`a pas l`air d`e^tre vrai, qui est de the´a^tre ou de de´cor. Entre les spectacles de la nature, il se croit fre´quemment sur les plateaux d`un the´a^tre, c`est-a`-dire sur espace the´a^tral. Le the´a^tre, c`est un monde ide´al ou` le re^ve se confond avec la vie, ou` toute figure est a` la fois ide´al et re´elle. Et s`il porte sur le plan de the´a^tre ce qui est plan de la nature, c`est aussi un `e´panchement du re^ve dans la vie re´elle`. Nerval montre une sensible pre´dilection pour certain e´clairages qui, sans e^tre irre´els, sugge`rent un e´tat de re^ve. Par exemple, c`est cela qui lui fait aimer la lumie`re de la lune. C`est elle qui donne le caracte`re the´a^tral a` un paysage qu`elle e´claire. Par cette fusion ide´ale du paysage et du the´a^tre, il cre´e une `ge´ographie magique` qui remplit une double fonction qui nous fait vivre a` la fois dans la vie et dans les chime`res.
5,500
키워드보기
초록보기
Depuis le XIXe sie`cle, l`e´tude sur Le Mariage de Figaro convergeait vers "la satire sans retenue" de Figaro. Avant tout, on s`inte´ressait a` mettre en rapport entre la critique sociale de Figaro et la Re´volution franc¿aise. Pourtant, les pe´riodiques de l`e´poque nous re´ve`lent que les traits de satire de Figaro n`ont pas e´te´ pris tre`s au se´rieux par les contemporains. L`autorite´ censoriale redoutait e´videmment ses effets ne´fastes sur l`opinion publique. Mais pour le public ordinaire, ces traits n`e´taient que des matie`res d`agre´ment. Les spectateurs nobiliaires dont les moeurs furent les objets de l`attaque acerbe de Figaro, se contentaient de trouver Figaro insolent. Quant aux spectateurs populaires, ils s`amusaient a` voir que la personne de la haute socie´te´ e´tait ridiculise´e. Les connaisseurs conservateurs du the´a^tre e´taient contre les traits de Figaro dans la mesure ou` ceux-ci peignaient la vie re´elle de l`e´poque et violaient ainsi les biense´ances. Ce qui entrai^nait un scandale publlc dans Le Mariage de Figaro, c`e´tait l`immoralite´ qui y re´gnait. D`apre`s les critiques conservateurs, Beaumarchais rassemblait "les personnages ou corrompus ou pre^ts a` l`e^tre, en ne les entourant que d`une troupe d`imbe´ciles ou de fripons." Ils pre´tendait que l`auteur avait ainsi conc¿u "un ouvrage the´a^tral e´loigne´ du bon gou^t et inspirant une licence re´pre´hensible." Ils de´nonc¿aient que cette "licence re´pre´hensible" de´gradait l`art en blessant l`honne^tete´ publique. Elle avilissait ainsi la gloire de la Come´die-Franc¿aise qui e´tait l`e´cole des bonnes moeurs et comme du bon gou^t. Les critiques conservateurs trouvaient dans le vif succe`s du Mariage de Figaro une adaptation servile au mauvais gou^t du public. Pour notre part, nous trouvons dans cette condamnation des spectateurs conservateurs leur re´action contre le nouveau gou^t conc¿u par le public d`origine populaire. Dans cette perspective, Le Mariage de Figaro nous montre l`arrive´e du nouveau public et la formation du nouveau gou^t par ce me^m public au cours de la fin du XVIIIe sie`cle. La suite du Barbier de Se´ville fait ainsi e´poque dans l`histoire du the´a^tre de la France.
6,100
키워드보기
초록보기
De`s le de´but de ses activite´s critiques, Julia Kristeva n`a cesse´ de s`inte´resser a` e´tudier la nature du langage poe´tique. Cepedant ses me´thodes d`approches montrent une varie´te´ conside´rable. Partie d`une approche se´miotique, avec la Re´volution du Langage Poe´tique elle assimile les acquis des recherches dans des disciplines aussi varie´es que la linguistique, l`anthropologie, la psychanalyse, la phe´nome´nologie, l`hermeneutique, les sciences sociales etc... Mais avec le temps, Kristeva s`oriente davantage vers la psychanalyse comme on peut le constater pour le Soleil Noir. Et nous voudrions examiner l`analyse psychanalytique qu`elle a faite au sujet d`El Desdichado, un poe`me de Nerval, laquelle est une des e´tudes qui s`y sont re´unies. Nous remarquons que Kristeva, pour aborder le poe`me nervalien, s`appuie surtout sur les concepts de `me´lancolie`, `Chose` etc... En disant "s`il n`est d`e´criture qui ne soit amoureuse, il n`est d`imagination qui ne soit ouvertement ou secre`tement, me´lancolique"(Soleil Noir, p. l5), elle met en relief le concept de me´lancolie de me^me que celui de la de´pression. La me´lancolie et la de´pression ne se distinguent pas de manie`re claire sinon le fait que la dernie`re n`est qu`un sympto^me affaibli de la premie`re. Kristeva caracte´rise le de´pressif du fait qu"`il a l`impression d`e^tre de´she´rite´ d`un supre^me bien innommable", en un mot de "la Chose", d`ou` vient le titre du poe`me en question. Pour le premier quatrain, elle fait remarquer que `le te´ne´breux` e´voque "la complicite´du me´lancolique avec le monde de l`ombre et du de´sespoir"(Soleil Noir, p. l60), et que `le veuf` indique le deuil. Et le terme `inconsole´`, moins de´sespe´rant que `inconsolable`, vire le pre´sent au passe´ ou` le trauma a eu lieu. Elle rele`ve aussi la nature polyvalente du symbole d``Aquitaine`, mais pre´tend que `la tour abolie est une me´tamorphose de l`e´toile`, ce que nous pouvons pas accepter. Le duxie`me quatrain nous conduit a` `la nuit du tombeau` et le `je` s`adresse a` `toi`. Kristeva en donne plusieurs possibilite´s pour l`identifier, mais en vient a` dire qu`il s`agit de la Chose, c`est a` dire `pre´-objet insaisissable d`un deuil`: Et puisque le `je` ne peut retrouver le `toi` que dans le tombeau, le seul moyen de s`unir avec toi est de commetre le suicide. L`e´pisode du poe`te qui a essaye´ de se suicider sur le Pausilippe par amour de Jenny Colon est assez re´ve´lateur a` ce sujet. Le premier tercet commence par poser le proble`me de l`identite´ du `je`, et Kristeva proce`de a` examiner avec pertinence les noms d`Amour, Phoebus, Lusignan, Biron etc... Elle indique qu`ils ont en commun l`infortune dans leur tentative amoureuse. Le vers l0 re´le`ve le baiser avec la reine qui lui a marque´ de couleur rouge au front. A ce propos, Kristeva interpre`te le `rougeur` comme signe du `sang d`un meurtre`, `la violence destructrice de l`amour archai¨que`, `la vengeance`, `la perse´cution` etc..., ce qui est loin d`e^tre convainquant. Car il n`y a aucune preuve apparente de violence qui peut justifier son argument. Au contraire, au vers 11, le poe`te donne le souvenir d`un re^ve paisible dans `la grotte ou` nage la sire`ne`, et la `sire`ne` est la me´tamorphose de `la reine`. Dans le deuxie`me tercet, le moi devient narrateur qui rapporte probablement l`expe´rience de l`asile qu`il a re´ussi a` quitter, et de´voile une note pluto^t optimiste. `La sainte` et `la fe´e` qui apparaissent au dernier vers semblent e^tre la personnification des deux cate´gories de femmes : les unes ide´ales comme Adrienne, Rosalie etc... repre´sentent l`aspect spirituel de la femme, et les autres comme Me´lusine, la reine, Jenny Colon etc... sont symboles de l`attrait charnel. En fin de compte le poe`te re´ussit ainsi a` s`e´lever de la perte de l`objet d`amour et a` rendre en vers ses expe´riences douloureuses. L`analyse de Kr

불문학 / 조르주 페렉의 다시 쓰기

김호영(Ho Young Kim)
한국불어불문학회|불어불문학연구  44권 1호, 2000 pp. 139-162 ( 총 24 pages)
5,900
키워드보기
초록보기
Pour toute l`oeuvre de Perec la pratique de la "re´-e´criture" ou de la citation re^vet l`importance particulie`re. Ainsi, Perec de´clare lui-me^me que la nouvelle litte´rature, qui va de´sormais se revendiquer elle-me^me en tant qu`e´criture, sera une "une litte´rature citationnelle". Selon lui, l`e´criture citationnelle permet un certain progre´s puisqu`on prend comme un point de de´part ce qui e´tait un aboutissement chez les pre´de´cesseurs. On commence d`abord par parcourir les positions litte´riares ou esthe´tiques au sujet de la re´e´criture ou de l`e´ciriture citaitonnelle, en examinant des concepts comme "intertextualite´", "palimpseste" et "citation" me^me. Or le caracte`re double de la citation correspond pre´cise´ment a` celui de l`e´criture de Perec, qui se plai^t a` de´livrer en me^me temps des messages contradictoires, et utilise pour parvenir a` ce but les me´thodes les plus diverses. Parmi tous les aspects paradoxes et ambivalents de la pratique de citation de Perec, on se propose ici d`en repe´rer quelques uns d`essentiels en se bornant a` les re´pertorier dans certaines cate´gories : du neuf et du viex, contrainte et subversion, cohe´sion et de´re`glement. Ensuite, cette e´tude travaille sur l`ensemble des emprunts a` Borges dans La Vie mode d`emploi. Elle consiste a` re´ve´ler une reserve commune entre les e´critures des deux e´crivains, notamment certains the`mes spe´ciaux comme "se´rie circulaire", "mort" et "livre". Enfin, on note sur un autre aspect paradoxal de l`ecriture citationnelle : "e´criture" et "lecture". Lieu de lecture, la citation inte`gre le texte dans un ensemble ou dans un re´seau de textes, dans une typologie des compe´tences requises pour la lecture ; lieu d`e´criture ou de re´e´criture, elle arrange et associe des e´le´ments se´pare´s et discontinus dans un ensemble continu et cohe´rent. Mais, cette re´versibilite´ entre lecture et e´cirture ne pre´suppose pas pour Perec la disparition de l`auteur, ni l`annihilation de l`e´criture. Car, pour l`e´criture de Perec, l`essentiel n`est pas de constater sa disparition, mais de repe´rer, comme lieu vide, les emplacements ou` s`exerce sa fonction.

불문학 / 씩수의 「 출구 」 에 나타난 여성신화 다시 읽기 / 뒤집어 읽기

박혜영(Hai Young Park)
한국불어불문학회|불어불문학연구  44권 1호, 2000 pp. 163-182 ( 총 20 pages)
5,500
키워드보기
초록보기
Dans "la Sortie" d`He´le`ne Cixous, fort influence´e par Derrida, on peut lire la de´marche parodique de la me´thode´ de´constructive : la relecture/la lecture a` l`envers - la re´e´criture. Dans cet article, elle poursuit "la trace" de l`e´tablissement du phallogocentrisme, de l`opposition hie´rarchise´e homme/femme, Logos/pathos, Intelligible/sensible, a` travers les textes qui fondent cette hie´rarchisation : mythes, litte´rature, philosophie, psychanalyse etc. En analysant les mythes fe´minins relus par Cixous, nous avons voulu mettre en e´vidence en quoi elle y voit cette trace, comment elle la reconstruit et comment elle de´construit l`opposition hierarchise´e. Le mythe d`He´le`ne et les mythes de Me´duse et de sire`nes, sont re´ve´le´s par Cixous comme e´tant deux visages du mythe qui indique "le dehors" ou` les hommes ont rele´gue´ les femmes : beaute´ enlevante ou montre-de´mon. He´le`ne symbolise la de´lice de l`attirance de ce "dehors", Me´duse et sire`nes son danger mortel. Me´de´e, Ariane, Didon, Electre. Au long de ces quatre figures fe´minines, Cixous retrace le processus du de´clins du matirarcat et du lever du patriarcat. Me´de´e "rejete´e" par Jason pour qui elle a tout donne´, "exile´e" par Ege´e apre`s la reconnaissance filiale entre Ege´e et The´se´e. Ariane "abandonne´e" par Jason apre`s la sortie du labyrinthe. Didon, "perdue" par Ene´e qui s`occupe d`abord son pe`re et son fils. Electre, la grande hurleuse, de´lirante, "mate´e" apre`s l`acte de matricide commis par Oreste et devenue calme et raisonnable sous son ordre. Depuis Me´de´e en passant par Ariane juisqu`a` Electre, les femmes deviennent les objets que les hommes peuvent prendre, consommer ou utiliser, et rejeter, abandonner ou perdre. Et en plus l`obget-femme doit se sacrifier et disparai^tre pour assurer la filiation et he´ritage entre pe`re et fils.

불문학 / 정신분석과 정신분석 문학

백연화(Yon Hwa Baik)
한국불어불문학회|불어불문학연구  44권 1호, 2000 pp. 183-209 ( 총 27 pages)
6,200
키워드보기
초록보기
Que peut apporter la psychanalyse en tant que the´orie a` la compre´hension de la litte´rature? La premie`re chose a` faire est d`expliquer les termes de la psychanalyse, de comprendre ses principes, et enfin de l`appliquer a` l`e´tude de lettres. Donc, on a d`abord fait des efforts pour s`entendre sur ce qu`est pre´cise´ment la psychanalyse, en essayant de syste´matiser ce qu`est sa the´orie. Cela fait l`objet de notre premier chapitre. Ensuite, dans le deuxie`me chapitre, on clarifie les fantasmes inconscients le plus souvent de´veloppe´s par la litte´rature, fantasmes qu`e´clairent la the´orie psychanalytique : le complexe d`(Edipe, l`enfant battu. La litte´rature psychanalytique y trouve les concepts fondamentaux, 《la castration》, 《la sce`ne primitive》, 《la se´duction》, 《le roman familial》, 《la me`re phallique》, 《l`enfant battu》... etc. Finalement, au dernier chapitre, on a de´cele´ le processus de la cre´ation de la litte´rature et de la lecture, sous l`angle de la psychanalyse. Cre´er l`oeuvre, ou comment l`auteur reconstruit son fantasme inconscient dans son l`oevre, et lire l`oeuvre, ou comment le lecteur reconstruit le fantasme inconscient de l`auteur par son propre fantasme inconscient. On s`est donc appuye´ sur la psychanalyse pour mieux lire des oeuvres en prenant en compte les effets de l`inconscient.

불문학 / 「 마지막 기회 」 를 통해 본 마티외의 변신

변광배(Kwang Bai Byun)
한국불어불문학회|불어불문학연구  44권 1호, 2000 pp. 211-230 ( 총 20 pages)
5,500
키워드보기
초록보기
Cette e´tude a pour objet d`e´clairer le sens de la me´tamorphose de Mathieu, personnage le plus important des Chemins de la liberte´, a` la lumie`re de La Dernie`re chance, dernier tome de ce roman. Bien qu`il occupe la place centrale dans L`Age de raison et Le Sursis, les deux premiers tomes de ce roman, Mathieu a re´ellement disparu a` la suite de la fameuse sce`ne de la lutte de´crite a` la fin de la I^(e`re) Partie de La Mort dans l`a^me qui en est le troisie`me. Apre`s sa disparition, il est toujours absent non seulement dans la II^(e`me) Partie de La Mort dans l`a^me, mais aussi Dro^le d`amite´, quatrie^me tome des Chemins de la liberte´. Il faut attendre, pourtant, la publication de La Dernie`re chance en 1981 afin d`assister a` sa re´apparution sur la sce`ne des Chemins de la liberte´. D`ailleurs, La Dernie`re chance nous fait savoir qu`il est blesse´ dans ladite lutte et qu`apre`s la gue´rison, il dirige, au camps de prisonniers, une organisation clandestine qui les aide a` s`e´evader. Il conduit me^me les membres de cette organisation a` assassiner Mou^lu qui tente, a` l`occasion de l`e´vasion de Brunet, de la de´noncer aux Allemands pour ses inte´re^ts purement personnels, c`est-a`-dire des cigarettes a` bout dore´. Or, ce qu`il faut remarquer, c`est que, par rapport a` Mathieu d`avant-guerre qui ressemble a` Roquentin de La Nause´e Mathieu d`apre`s-guerre est tellement diffe´rent qu`on ne reconnai^t plus l`un en l`autre. D`ou` la ne´cessite´ de regarder de pre`s sa me´tamorphose. Il nous semble que, vu du point de vue des activite´s de l`organisation clandestine et, surtout, de la violence faite a` Mou^lu, la me´tamorphose de Mathieu se caracte´rise notamment par le fait qu`elle porte en germe plusieurs notions, par exemple le serment, le groupe assermente´, la fraternite´, la Terreur-violence, etc., que Sartre va de´velopper plus tard dans la Critique de la raison dialectique. Compte tenu du fait que Mathieu est l`alter ego de Sartre lui-me^me, nous pouvons constater que ce qui s`applique a` la me´tamorphose du celui-a` s`applique aussi a` celui-ci. Bref, comme a` Sartre, la Deuxie`me Guerre mondiale et l`expe´rience de la vie au camps de pisonniers sont les deux e´le´ments qui permettent a` Mathieu de se me´tamorphoser en homme d`action et en celui de violence.
1 2 3 >