글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 54권 1호 (2003)

불문학 : 라블레의 「팡타그뤼엘 제4서」 읽기: 작가의식의 변형

권국진 ( Kwon Gug Jin )
6,600
초록보기
Le Quart Livre est sans doute le moins connu des romans rabelaisiens, et les e´rudits en citent rarement des morceaux. Mais il est inte´ressant par les allusions a` l`histoire du temps, comme par la vigueur de la pense´e. Ce livre retient notre attention, non seulement a` cause de sa valeur historique, mais aussi pour sa qualie´ litte´raire philosophique, et pour les re´flexions esthe´tiques qu`il contient. Lire le Quart Livre, dans le contexte historique, politique et religieux du XVI^(e) sie`cle, ce n`est pas oublier: les autres facettes de son oeuvre et de sa re´alite´. Il n`est pas possible de comprendre l`oeuvre de Rabelais, me^me comme oeuvre d`art, sans en sortir, sans la replacer en son temps. Rabelais est si attentif a` son temps qu`il est entrai^ne´ vers le the`me du Quart Livre par les e´ve´nements, le climat contemporain. Attentif aux circonstances historiques, il veille a` de´gager le contenu de la pense´e et l`intention qui pre´sident a` 1`e´laboration de chaque e´poque. Le Quart Livre est un voyage alle´gorique et satirique a` travers un monde terrible et inconnu. La navigation aventureuse de Pantagruel vers l`oracle qui re´ve`le la Ve´rite´ s`ache`ve avant que l`on aborde l`i^le de la Dive Bouteille. En effet, sous couleur d`e´tudier les coutumes des i^les jalonnant ce voyage en mer. Rabelais ne vise qu`a` de´crire les travers sociaux, religieux et les pre´juge´s de son temps. Chacune des escales aux pays imaginaires, chacun des re´cits dans le Quart Livre devient symbolique et comporte une lecon morale. Toutes les i^les, les habitants monstrueux qui y habitent, les cre´atures marines et les autres phe´nome`nes naturels sont autant d`obstacles sur le chemin de la ve´rite´ de Pantagruel. Enfin, la que^te de Pantagruel ou de Panurge n`aboutit pas. D`escale en escale, d`i^le en i^le, la navigation de Pantagruel et de ses compagnons devient de plus en plus une de´rive. Elle demeure dans l`incertain futur noir. Un des principaux the`mes du Quart Livre est la re´volte´, figure de la pense´e de Rabelais. L`auteur s`engage dans les luttes entre les partisans et les adversaires des ide´es de la Renaissance. Il a des comptes a` re´gler, des vengeances a` assouvir, des ennemis a` pourfendre. Rempli de haine a` l`e´gard des the´ologiens de la Sorbonne, il combat les mauvais lecteurs. Le dessein de Rabelais est de mettre sa plume au service des humanistes et e´vange´listes perse´cute´s. D`un bout a` l`autre de son aventure. Rabelais peint la vie des he´ros, des incidents, des situations et des attitudes avec une belle richesses verbale. D`un bout a` l`autre de l`ouvrage, tenant a` ses ide´es, il se propose de les re´pandre. Le Quart Livre de Rabelais est ne´ de la plus riche culture, d`une vivante expe´rience, d`une observation attentive des hommes et des choses, comple´te´ par l`e´nergie cre´atrice. La diversite´ de son expe´rience fait de lui le repre´sentant typique de la Renaissance de son temps. La pense´e et l`oeuvre de Rabelais sont e´troitement lie´es aux milieux divers qu`il a connus, aux expe´riences tire´es d`une vaste culture. Il est un humaniste militant ouvert a` tous les proble`mes que son temps implique, aux curiosite´s intellectuelles, attentif a` tous les aspects de l`activite´ humaine. Rabelais doit plus que jamais sentir la ne´cessite´ de cacher sa pense´e ve´ritable. pour e´viter le bu^cher. Puisqu`il ne fit pas tout ce qu`il veut vraiment dire a` cause de l`intole´rance des the´ologiens de la Sorbonne. Le sens profond de l`oeuvre n`apparai^t qu`a` l`examen: sa vraie pense´e ne s`exprime pas dans son livre. Elle est sugge´re´e. Il y a dans cette que^te romanesque une ve´rite´ cache´e sous les masques comiques. Chez Rabelais la re´alite´ et la creation sont en paralle`le; les oeuvres rabelaisiennes se de´veloppent en spirale. Chaque oeuvre garde sa structure autonome, cohe´rente avec son esthe´tiq

불문학 : 시간의 역사성: 「인간희극」에 대한 사회비평적 접근

김인경 ( Kim In Kyoung )
6,200
초록보기
Faut-il revenir sur la phrase de Balzac lui-me^me : ≪L`auteur a devant lui pour mode`le le dix-neuvie`me sie`cle, mode`le extre^mement remuant et difficile a` faire tenir en places≫ ? Cette affirmation nous a incite´e a` choisir le ≪temps≫, qui nous a semble´ e^tre le signe de la reconnaissance le plus manifeste du sujet de Balzac, et le noyau le plus profond des interrogations se faisant jour a` propos du texte balzacien, dans le dialogue entre l`approche sociocritique et l`oeuvre litte´raire. Le temps n`est pas seulement chez Balzac un moyen d`opposer deux situations, il devient aussi un e´le´ment de sa technique romanesque. Le temps fait partie du syste`me dramatique de Balzac. Ce travail pre´suppose quelques e´vidences a` savoir que le texte est non seulement dans l`histoire mais qu`il est de l`histoire. Il s`agit donc, gra^ce a` l`historicite´ du temps, de lire et de construire l`histoire dans et depuis le texte. Penser la spe´cificite´ du texte dans l`histoire, c`est penser son rapport a` la temporalite´ et, dans le me^me temps, son rapport au re´fe´rent et a` la re´fe´rence. Ces deux questions - temporalite´ et re´fe´rence - sont indissociables et sont au fondement de l`historicite´ qui permet de les penser ensemble. Si l`historicite´ ne re´sulte pas du simple enregistrement par la fiction d`une donne´e historique, re´fe´rentielle, qui lui serait exte´rieure, mais de la construction fictionnelle elle-me^me, il est ne´cessaire de prendre en consideration le moment et les conditions de la publication et de la re´ception du texte, qui font partie intrinse`que de son rapport a` la temporalite´. C`est vers cette lecture de l`historicite´ des textes que voudrait tendre, modestement, ce bref travail, organise´ en deux moments. Avant tout, il s`agit bien d`un temps fictionnel qui obe´it aux strate´gies narratives et aux exigences d`une dynamique interne a` La Come´die humaine. La proble´matique de l`historicite´ du temps n`engage pas seulement une historicisation, mais elle permet e´galement d`e´tayer l`approche des oeuvres et d`en e´valuer l`esthe´tique. Dans le cas de Balzac. l`interaction entre production et re´ception est si e´troite qu`il est impossible de distinguer rigoureusement les deux instances.
5,600
초록보기
Julien Green, dont la vie s`est de´roule´e tout le 20^(e) sie`cle, ne paticipait pas a` divers e´ve´nements violents. C`est pourquoi beaucoup de critiques voient en lui un romancier catholique, qui a trouve´ la providence divine dans la vie humaine. Cette opinion, tre`s partielle pour nous, est le corollaire de l`impression que sa vie et ses oeuvres ne pre´sentent pas des aspects re´alistes. Mais. il nous semble que l`angoisse devant l`existence tragique de l`homme, l`un des the`mes ge´ne´raux des e´crivains du 20^(e) sie`cle, traverse toute l`oeuvre greenienne. Dans cette analyse des Epaves, nous mettrons l`accent non pas sur la volonte´ divine dans la condition humaine, mais sur l`expression de l`angoisse humanie du 20^(e) sie`cle. Epaves, dont nous allons analyser le he´ros et l`intrigue, de´crit sans e´clats l`absurdite´ universelle du dsetin humain. Ce roman constitue le grand changement dans l`itine´raire litte´raire de l`auteur; celui de la violence du sort humain a` la prise en concsience tragique de la vie humaine. L`auteur pre´sente, pre´alablement a` Sartre et Camus, les grandes lignes des tendances existentialistes. C`est a` travers le paralle´isme avec La Nause´e de Sartre que nous allons montrer dans cette e´tude l`aspect existentialiste des Epaves. D`abord, nous nous inte´resserons aux the`mes de la prison dans le re´el et du destin de Sisyphe. Ensuite, nous allons de´signer des ressemblances entre Epaves et La Nause´e avec deux crite`res importants; he´ros(Philiphe et Roquentin) et intrigue(disparition de la relation ordinaire). Nous allons finalement montrer que "e´pave" dans Epaves signifie "De trop" dans La Nause´e et que Epaves de Green est un roman typiquemnet existentialiste.
8,700
초록보기
Les expe´riences autobiographiques de Marguerite Duras sont approche´es diffe´remment dans trois : Un Barrage contre le Pacifique(l950). L`Amant(1984), L`Amant de la Chine du Nord(1991). La premie`re e´tape du cycle, Un Barrage contre le Pacifique, refoule les faits personnels, surtout les faits sexuels. Nous pensons que la raison de ce refoulement, c`est la culpabilite´ e´thique de l`auteur a` l`e´gard de la mise`re de 1`Indochine qu`elle a vue dans son adolescence, bien qu`elle soit aussi une victime du syste`me pourri du colonialisme. Les codes sexuels refoule´s montrent l`aspect de la disse´mination se´miotique, en attribuant au texte plusieurs de´cors de camouflage. Mais la de´nonciation sociale du colonialisme est d`autant plus e´vidente et virulente, que les codes individuels-sexuels sont refoule´s. Au bout d`une trentaine d`anne´es, nous rencontrons l`auteur qui confesse dans l`Amant, que le cache´ principal de la premie`re oeuvre autobiographique e´tait l`origine chinoise de son amant, et qui assume, implicitement, que cet amour avait un caracte`re de prostitution. Cette confession courageuse semble e^tre focalise´e au fait me^me de la confession : la re´alite´ de 1`Indochine n`apparai^t presque pas. En 1991, l`auteur revient a` ces matie`res autobiographiques, avec plus de pre´cisions, dans l`Amant de la Chine du Nord. L`auteur assume entie`rement, cette fois-ci, le fait de la prostitution, mais en me^me temps, elle plaide la since´rite´ de son amour avec l`amant chinois. Dans cette oeuvre, l`auteur met l`accent sur le de´sir du me´tissage, en ide´alisant l`amant chinois, et en corrigeant des fautes commises par sa famille a` ce dernier. Nous constatons qu`un autre de´sir apparai^t clairement dans cette oeuvre : le de´sir incestueux esquisse´ dans deux oeuvres pre´ce´dentes. L`Indochine y perd son aspect concret pour devenir une idylle, et la mise`re coloniaie sont enfouie dans l`expression de l`aventure sexuelle. Mais dans une cetrtaine mesure, cette fin est impose´e : l`auteur dilue la prostitution, en l`assumant, et en le reliant au de´sir du metissage, dans le plan ontologique de la subjectivite´ ouverte, qui conduit le de´part de l`Indochine concret ou divise´ vers l`univers-le tout. Donc, l`identite´ ultime recherche´e dans cettte oeuvre, est celle d`un homme ou d`une femme qui aime . Elle est, sans doute, celle d`un autre moi de l`humanite´ qui est en train de nai^ttre.
6,700
초록보기
Cette e´tude part d`une hypothe`se de Ricoeur: "Le caracte`re commun de l`expe´rience humaine, qui est marque´, articule´, clarifie´ par l`acte de raconter sous toutes ses formes, c`est son caracte`re temporel. Tout ce qu`on raconte arrive dans le temps, prend du temps, se de´roule temporellement: et ce qui se de´roule dans le temps peut e^tre raconte´". Le re´cit configure le temps d`une manie`re historique ou fictif, alors que la configuration temporelle du re´cit donne une re´ponse a` l`apore´tique de la temporalite´. C`est dans cette prespective que nous essayons de lire le temps dans Sous le soleil de Satan de G.Bernanos, un roman qui repre´sente des e^tres humains en proie a` une lutte spirituelle. Ce qui nous permettra de voir, dans ce roman qui veut montrer a` la fin un monde surnaturel de Gra^ce, ce qui caracte´rise la structure temporelle du texte, et cela, pour mettre en lumie`re l`expe´rience fictive du temps qui en de´coule. Nous commencons par e´tablir le rapport entre le temps racontant et le temps raconte´, un rapport qui joue un ro^le essentiel dans la configuration temporelle du re´cit. Pourtnat, cette analyse pluto^t structuraliste selon trois axes que sont l`ordre, la vitesse et la fre´quence du re´cit, ne se referme pas sur elle-me^me. L`analyse sur la structure, c`est-a`-dire sur des formes signifiantes -- s`ouvre vers le monde fictif qu`engendre le texte, un monde qui, sans e^tre un monde re´el, nous permet d`habiter le monde re´el, c`est-a`-dire le monde du temps humain. Il s`agit donc d`une dialectique entre tension et de´tente, entre concordance et discordance du re´cit, tant sur le plan de la strucuturation que sur le plan de la refiguration. La structure dramatique, cadence´e alternativement par la sce`ne et l`ellipse, de Sous le soleil de Satan, apparai^t comme un choix strate´gique pour configurer des aventures surnaturelles survenues soudain aux he´ros. Tous ces techniques narratives concourent donc a` transmettre la voix(ou les voix) et la vision du narrateur qui nous sollicite de faire face a` la tentation du de´sespoir: "Au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore".

불문학 : Victor Hugo의 견자적(見者的) 소설(le roman visionnaire): 「레 미제라블 Les Miserables」

김희경 ( Kim Hui Gyeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 1호, 2003 pp. 163-194 ( 총 32 pages)
6,700
초록보기
Les Mise´rabies, le grand roman de Victor Hugo publie´ en 1862, a souvent e´te´ conside´re´ comme un roman social. Pourtant, comme l`a bien remarque´ un excellent critique hugolien, il faut dire que cette oeuvre est un `roman visionnaire`. En effet, le monde romanesque que l`auteur veut de´ployer est "l`infini que tout homme porte en soi". `Cet infini intrinse`que est incarne´ par le personnage de Jean Valjean. Ce dernier vit dans l`ombre. C`est en ta^tonnant dans cette ombre qu`il pourrait devenir un re^veur. "La nature visible existait a` peine pour lui." C`est ainsi qu`il descend en son fors inte´rieur. Dans cette situation, la vue n`est pas efficace. C`est pourquoi la vision ou la contemplation apparai^t comme une nouvelle forme d`acce`s a` la connaissance. Au fond de Jean Valjean, l`auteur suppose-t-il que germe "une premie`re e´tincelle", c`est-a`-dire, "un e´le´ment divin"? On pourrait l`appeler `lumie`re inte´rieure´ potentielle. Ce serait gra^ce a` cette lumie`re potentielle que l`a^me de Jean Valjean pourrait se re´veiller par l`e´ve^que Myriel. C`est ainsi que Jean Valjean se transformera en Monsieur le Maire Madeleine. Les e´preuves de Jean Valiean ne sont pas finies. De´sormais, Cosette, cette pauvre orpheline qui est sauve´e par Jean Valjean, se trouve au milieu de presque toutes les e´preuves de Jean Valjean. Cette petite fille semble repre´senter l`a^me humaine. C`est la raison pour laquelle elle peut e^tre le point d`appui qui aide Jean Valjean a` continuer dans la vertu malgre´ les e´preuves cruelles. Pour Jean Valjean. Cosette devient "une lumie`re qui est la respiration de son a^me". Hugo lui-me^me pre´cise le carate`re de ce roman : "ce livre que l`on pourrait prendre pour un document social a e´te´ e´crit ". Les Mise´rables montrent ainsi le parcours par lequel Jean deviendrait le `vrai Jean(Valjean)`, c`est-a`-dire que Jean chercherait son a^me.

불문학 : Eugene Labiche의 Un chapeau de paille d`Italie의 극작분석

문시연 ( Mun Si Yeon )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 1호, 2003 pp. 195-222 ( 총 28 pages)
6,300
초록보기
Un chapeau de paille d`Italie est un vaudeville qui se de´veloppe autour de deux axes principaux. Etant donne´ que le cheval de Fadinard a de´vore´ en partie le chapeau de paille d`Andi¨s en compagnie de son amant, s`il ne trouve pas de chapeau identique pour Andi¨s. il n`y aurait pas de noces pour Fadinard. Autrement dit, sans cette pie`ce a` conviction de la fide´lite´ d`Anai¨s mise en doute, le bonheur ne peut e^tre assure´. Bien entendu, les situations sont re´gle´es pour le mieux a` l`acte final par l`apparition d`un chapeau ex machina. Mais en attendant, cette pie`ce est fonde´e pour l`essentiel sur la me´prise et les rencontres intempestives : les personnages sont toujours pris pour des autres ou les lieux pour ailleurs soit en raison de l`aveuglement ou de la be^tise d`un des personnages. Pris dans l`embarras, les he´ros de ce "vaudeville de mouvement" tentent n`importe quels stratage`mes pour re´tablir la situation, a` commencer par des propos d`urgence d`un comique irre´sistible. Effectivement, la rapidite´ du mouvement est la devise de Labiche. Tout est pre´vu pour multiplier les incidents de peur que le mouvement ne commence a` se ralentir. Ce mouvement est de´clenche´ par la que^te et la course-poursuite dans lesquelles sont engage´s les personnages, va s`acce´le´rant, provoquant un rire ininterrompu jusqu`au de´nouement ou` tout finit par s`arranger. Et face a` ces pe´ripe´ties impre´vues, les personnages sont oblige´s de modifier leurs plans et d`agir imme´diatement dans une direction nouvelle. Etant donne´ que les Me´prises et les rencontres intempestives sont les principaux ressorts de cette pie`ce, les personnages sont re´duits a` des marionnettes malgre´ leurs manies et tics qui les font vivre. Ils sont surtout vivants dans e t par la vitesse de rotation qui les anime. Pourtant, ce co^te´ me´canique n`enle`ve pas les caracte´ristiques des bourgeois de cette e´poque: ils sont mesquins, me´fiants, la^ches et surtout renferme´s sur eux-me^mes. Mais, me^me ces caracte´ristiques ne sont la` que pour habiller le the`me traditionnel comme mariage empe^che´ qui finira par se re´aliser. Or, ce que vit cet anti-he´ros resemble a` un cauchemar. Alors que tout ce qui pourrait faire obstacle a` son mariage apparai^t sans cesse, aucun e´chappatoire ne s`offre a` lui. De plus, chaque fois qu`il croit toucher le chapeau, il s`e´vanouit. Cette atmosphe`re surre´aliste rejoint l`absurdite´ quand on apprend que l`objet en question e´tait depuis le de´but a` sa porte´e. En fait, l`un des invite´s, l`oncle Ve´zinet, pourrait, d`un seul mot, arre^ter la poursuite qui commence : il a apporte´ en cadeau de noces un objet dont a` chaque instant il peut donner la description : mais personne n`e´coute Ve´zinet, sous pre´texte qu`il est ≪sourd comme un pot≫. Malgre´ une explication logique comme celle de la surdite´, on peut dire que le langage a cesse´ d`e^tre le moyen de communication privile´gie´. Ne´anmoins il est trop to^t pour conside´rer Un chapeau de paille d`Italie comme appartenant au the´a^tre de l`absurde. Car la pie`ce reste marque´e dans son ensemble par la tradition. Seulement, s`il bouscule la logique, il le fait sans doute pour des effets comiques. C`est peut-e^tre pour cette raison que ce chef-d`oeuvre du vaudeville reste toujours vivant plus d`un sie`cle et demi apre`s sa cre´ation.

불문학 : 〈꽁브레〉의 꽃의 상징 -리쾨르의 텍스트 이론에 근거하여-

민혜숙 ( Min Hye Sug )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 1호, 2003 pp. 223-252 ( 총 30 pages)
6,500
초록보기
D`apre`s la the´orie du texte de P. Ricoeur, le roman de Marcel Proust. A la recherche du temps perdu, peut e^tre condide´re´ comme une recherche du ge´nie de Marcel pour la litte´rature par l`interpre´tation des me´moires involontaires. Selon Gilles Deleuze, dans Proust et les signes, le principal enjeu de la Recherche n`est pas le temps, mais la ve´rite´, c`est-a`-dire la Recherche est fonde´e non sur l`expression de la me´moire mais sur l`apprentissage des signes. Donc, Ricoeur pense que le cycle de la Recherche a` la manie`he d`une ellipse dont un des foyers est la recherche et le second la visitation, identite´. Par le concept fameux du cycle herme´neutique, Ricoeur explique les relations dialectiques entre la pre´supposition et la validation, le compre´hension et l`explication. L`interpre´tation comme la dialectique du compre´hension et de l`explication peut aller en arrie`re les stades initiales de l`action interpre´tative de´ja` en action. D`abord, la dialectique est comme un mouvement du compre´hension a` l`explication et comme un mouvement de l`explicationdu au compre´hension. Il y a aussi un mouvement allant du mot a` la phrase, et de la phrase a` l`enchai^nement d`un texte. A ce niveau, Ricoeur fera appel a` l`exe´ge`se et a` l`herme´neutique, c`est-a`-dire l`arc herme´neutique. Il y a au sein de l`herme´neutique une pre´supposition. L`explication de cette pre´supposition se de´ploie progressivement comme l`interpre´tation du texte, a` la fin, au concept de l`appropriation. Dans cette e´tude, je essaie de chercher le sens des signes de fleur autour de Combray dans la Recherche. Pour cela, j`ai une pre´supposition que les fleurs ont les autres sens que les sens superficiels. Si on conside´re l`analyse structurale comme un stade entre l`interpre´tation nai¨ve et critique, entre interpre´tation superficielle et profonde, il serait possible de placer l`explication et le compre´hension comme les stades diffe´rents d`un arc herme´neutique. Les signes de fleur peuvent "faire partie" de la Recherche sans intervenir directement dans son intrigue, avec le pouvoir de l`infle´chir dans un sens ou dans un autre. Je pre´suppose que ies fleurs autour de Combray sont correspondantes aux deux co^te´s de Combray. Il y a deux co^te´s a` Combray, un co^te´ de Me´se´glise(Swan) et un co^te´ de Guermantes si oppose´s qu`on ne sortait pas en effet de chez nous par la me^me porte, quand on voulait aller d`un co^te´ ou de l`autre. Les deux co^te´s s`opposent presque terme a` terme : proximite´ et distance, plaine et rivie`re, temps incertain et beau temps. Si Me´se´glise est le co^te´ du corps et du de´sir. Guermantes est celui de l`imagination. Mais dans Le temps retrouve´, on apere´coit que les deux co^te´s ne sont plus se´pare´s. Les couleurs des fleurs autour de deux co^te´s sont principlement le blanc et le rouge sans jaune(co^te´ de Swann) et le jaune(co^te´ de Guermantes), mais on peut voir chez la tante Le´onie le blanc et le rouge et le jaune. On peut deviner l`union des deux co^te´s par les couleur des fleurs. Si bien que l`union des deux co^te´s n`est pas seulement ge´ographique ou sociologique, elle est aussi l`union du corps et de l`esprit, de l`impression et du langage, de l`instinct et de l`intelligence. La suppression de la division entre l`esprit et le monde mate´riel, leur reconciliation dans l`art et la ne´cessite´ de fixer l`e´vidence me´taphisique sont resortis a` l`union des deux co^te´s de Combray. Ici, on peut savoir que les couleurs, les noms et les sens des fleurs sont en rapport tre`s e´troite avec la structure de la Recherche. Selon Ricoeur, on peut faire l`apprentissage des signes de flew par l`explication et devenir a` comprendre que le texte propose, enfin on interpre`te tous les chai^nes des sens partiels en l`action de synthe`se.

불문학 : 베를렌느 시에 나타난 달의 이미지

박혜정 ( Park Hye Jeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 1호, 2003 pp. 253-285 ( 총 33 pages)
6,800
초록보기
Cette e´tude a pour objet de mettre en evidence la place accorde´e a` l`image de la lune dans l`univers poe´tique de Verlaine. Dans ses poe´sies Verlaine ne semble pas se poser des questions me´taphysiques. Il ne semble faire que `chanter` des sentiments d`ou` son surnom de poe´te de la musique. Aussi mainte e´tudes verlainniennes se sont oriente´es vers un examen approfondi de la musicalite´, cependant les e´tudes de l`image dans les poe`mes de Verlaine ont jusqu`ici repre´sente´ un bien moindre nombre. Toutefois, les diverses images po´etiques cre´ees par le poe`te renvoient a` un monde imaginaire qui lui est propre. Quant a` l`image visible, elle porte la fonction symbolique de repre´senter l`invisible que sont les re^ves, les e´tats d`a^me et l`inconscient. L`analyse de l`image nous permet d`aborder le monde inte´rieur d`un poe`te. Dans le cas de Verlaine, l`image de la lune peuvent trahir sa personnalite´, sa pense´e ainsi que son imaginaire profond. En premier lieu, l`image symbolique de la lune repre´sente l`imagination nocturne. Les astres portent une signification symbolique dans la mesure ou` l`inconscient humain se les approfondie quand il se projette vers eux. Le soleil couchant et la lune, chez Verlaine, justifient cette liaison symbolique qu`on retrouve dans les astres. La lune a e´galement un rapport avec le fune`bre chez le poe`te qui de´crit naturellement des animaux symbolisant la mort, a` savoir des chevaux ou des loups, et aussi des poe`tes assassine´s par ces animaux. Pour Verlaine, le poe`te se croit ne´glige´ par la socie´te´ bourgeoise et condamne´ a` vivre malheureux. Il apercoit son destin maudit dans le personnage de Pierrot qui apparai^t en une image spectrale. Verlaine ne choisit pas la line´arite´ temporelle que symbolise le soleil. Pour lui, le temps s`e´coule en sens inverse. Dans certains de ses poe`mes l`image lunaire signifie la circularite´ du temps. Si Verlaine repre´sente le temps en lui attribuant la forme d`un cercle, c`est pour ne plus en sortir. Par conse´quent et pour certains de ses poe`mes, la structure circulaire est ferme´e, associe´e a` l`e´cho des sonorite´s re´pe´titives, sugge`re un destin sans issue. Apre`s tout, par le truchement du symbolisme de la lune, Verlaine aurait trouve une voie de la sublimation des proble`mes ontologiques et esthe´tiques qui le pre´occupaient.

불문학 : 미셸 푸꼬의 광기와 프랑스 17세기의 감금제도

신경자 ( Sin Gyeong Ja )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 1호, 2003 pp. 287-317 ( 총 31 pages)
6,600
초록보기
Au 17^(e) sie`cle, on voit se de´pouiller la mise`re de sa positivite´ mystique. On commence a` penser que Dieu n`exalte plus le pauvre dans une sorte de glorification inverse, qu`il l`humilie volontairement dans sa cole`re, dans sa haine. La pauvrete´ devient l`objet de cha^timent. La classe bourgeoise conside`rant la mendicite´ et l`oisivete´ comme les sources de tous les de´sordres construit L`Ho^pital ge´ne´ral comme une instance de l`ordre sans aucune ide´e me´dicale. L`institution se donnait pour ta^che d`empe^cher les sans-travail errer dans les villes. Tous les pauvres qui sont capables de travailler devaient faire pendant les jours ouvriers, tant pour e´viter l`oisivete´ qui est la me`re de tous les maux. Les foux eux-aussi avaient leur place a` co^te´ des oisifs, ils e´taient soumis aux re`gles du travail obligatoire. Dans les ateliers ou` ils e´taient confondus, ils se sont distingue´s d`eux-me^mes par leur incapacite´ au travail et a` suivre les rythmes. L`a^ge classique percoit la folie a` travers une condamnation e´thique de l`oisivete´ et dans une immanence sociale garantie par la communaute´ de travail. La folie e´tait entre´e dans une cate´gorie des formes de l`inutilite´ sociale. Malge´ tout cela, la folie cesse d`e^tre la grande hantise du monde, elle commence a` prendre l`allure d`un fait humain, d`une figure du personnage, d`une varie´te´ spontane´e dans le champ des espe`ces sociales. La de´raison commence a` se mesurer selon un certain e´cart par rapport a` la norme sociale. La folie e´tait brusquement investie dans un monde social. L`internement lui-aussi a joue´ un ro^le exclusif dans le de´velopement de l`histoire de folie. Avec tous les ve´ne´riens, de´bauche´s, dissipateurs, homosexuels, blasphe´mateurs, archimistes, libertins, toute une population bariole´e d`un coup, rejete´e au dela` d`une ligne de partage, et recluse dans des asiles, l`internement avait une figure d`un espace social ouvert et de´limite´ : ce n`est ni tout a` fait celui de la mise`re, ni celui de la maladie, il renvoie plutot a` une singulie`re sensibilite´. Il s`agit de tout un ensemble d`ope´rations qui e´laborent en sourdine pendant un sie`cle le domaine d`expe´rience ou` la folie va se reconnai^tre. Entre les murs de l`internement, on trouve me^le´s ve´ne´riens, de´bauche´s, pre´tendus sorcie`res, alchimistes, libertins. Des parente´s se nouent : des communications s`e´tablissent. De la culpabilite´, et du pathe´tique sexuel, aux vieux rituels obse´dants de l`invocation et de la magie, aux prestiges et aux de´lires de la loi du coeur, un re´seau souterrain s`e´tablit qui dessigne comme les fondations secre`tes de notre expe´rience moderne de la folie. Foucault conside`re la fondation de l`Hopital ge´ne´ral comme un e´ve´nement majeur dans l`histoire de la folie. Nous en sommes d`accord plus ou moins. Mais tout en e´tudiant ce proble`me il emprunte la plupart de ses mate´riaux au de´velopement historique, non pas aux exemples concrets et positifs de la folie elle-me^me. Tout au plus la folie est conside´re´e comme une phe´nome`ne secondaire dans ce livre. Il ne pre´tend pas e´tudier l`ide´ologie de la folie, pluto^t de faire l`histoire du partage entre raison et de´raison. Aussi n`est-ce pas la folie elle-me^me qui retient son attention, mais les conditions d`apparition de ce fait. D`apre`s lui la folie n`est pas une entite´ concre`te, mais une relation inscrite dans la re´alite´ de l`existence collective. La raison et la de´raison ne sont pas donne´es au commencement du monde, elles sont trace´es par une socie´te´ faite par des hommes. On voit Foucault historien, mais pas Foucault qui est vraiment attentif sur le domaine de la folie. Malgre´ tout nous devons faire hommage a` une oeuvre aussi grande et riche et a` un auteur aussi se´rieux.
1 2 3 >