글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 54권 2호 (2003)

불어학 : 어조청각법(Methode verbo-tonale)을 활용한 프랑스어 발음교정 연구

권용해 ( Kwon Yong Hae )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 2호, 2003 pp. 689-715 ( 총 27 pages)
6,200
초록보기
Une bonne prononciation est importante, pour les de´butants, dans l`apprentissge du FLE. Car en fait la communication verbale s`effectue sur la base d`audition et de phonation. Si les apprenants acquie`rent une mauvaise prononciation au de´but, ils auront apre`s plus de difficulte´s a` la corriger. Dans ce rapport, nous avons pre´sente´ la me´thode verbo-tonale de correction phone´tique et celle de phone´tique articulatoire. Les principes de base du syste`me verbo-tonal ont e´te´ de´ja` e´tudie´s par Guberina et de´velope´s par Renard pour la correction phone´tique du FLE. Mais les professeurs utilisent rarement cette me´thode dans leurs cours en comparaison avec celle articulatoire. Nous avons donc brie`vement montre´ les bases the´oriques et les proce´dures de la me´thode verbo-tonale. Cette me´thode recommande aux praticiens de fonder dans une grande mesure leur conditionnement du processus audio-phonatoire sur le facteur `tension` et de partir de la faute de l`e´tudiant. Elle utilise la prononciation nuance´e, la prosodie et la phone´tique combinatoire pour la correction phone´tique. Pour les recherches concre`tes de la pratique, nous avons d`abord utilise´ cette me´thode dans les classes re´elles pour voir comment elle fonctionnait, ensuite nous avons retire´ des proble´matiques me´thodologiques concernant les e´tudiants core´ens. Nous avons eu des re´sulats positifs au niveau de la correction des voyelles, mais pluto^t insuffisants par rapport a` la correction des consonnes : ceci proviendrait de ce que cette me´thode vise les Europe´ens. Pour les consonnes ce serait mieux d`expliquer la manie`re de prononcer : position de la langue, point d`articulation, degre´e d`aperture, vibration de la corde vocale etc. Selon les re´sultats obtenus nous avons propose´ d`autres moyens ade´quats pour la correction phone´tique.

불어학 : 불어 tough 형용사구문에 대한 통사,의미론적 분석

김종명 ( Kim Jong Myeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 2호, 2003 pp. 717-734 ( 총 18 pages)
5,300
초록보기
En francais, les adjectifs dits ceux de tough apparaissent dans les deux constructions en (1) qui sont en relation de paraphrase. (1) a. Il est facile de convaincre Jean b. Jean est facile a` convaincre Cette e´tude traite du deuxie`me type de construction des adjectifs toughs (de´sormais, la CAT) illustre´e en (1b) afin d`analyer ses proprie´te´s syntaxico-se´mantiques. Pour ce faire, ce travil est constitue´ de deux parties. Dans la premie`re partie (sections 2 et 3), nous avons fait une description des comportements syntaxico-se´mantiques de la CAT. Et dans la deuxie`me partie (section 4), nous avons essaye´ d`expliquer les proprie´te´s de la CAT de´crites dans la premie`re partie. Plus particulie`rement, en section 2, nous avons de´montre´ comment la CAT se distingue des constructions apparemment identiques en nous basant sur des crite`res formels. En section 3, nous avons montre´ que la CAT est sujette a` trois contraintes de nature syntaxico-se´mantique. Primo, son sujet matrice doit e^tre core´fe´rentiel avec le comple´ment d`object direct de sa phrase infinitivale, qui est toujours lexicalement irre´alise´. Secundo, son sujet matrice doit porter le ro^le the^ta du type `the`me`. Enfin, sa phrase infinitivale doit ne se´lectionner comme verbe encha^sse´ que celui qui est contro^lable. La section 4 consiste a` expliquer pourquoi la CAT obe´it aux trois contraintes e´nume´re´es en section 3. Selon nous, elles proviennent tanto^t de quelques aspects de la grammaire adjectivale francais, tanto^t d`un principe linguistique universel et acquis. C`est-a`-dire qu`elles sont dues aux trois points suivants. Premie`rement, les adjectifs toughs ne donnent pas le ro^le the^ta agentif a` son sujet, compte tenu du fait qu`ils ne sont pas des pre´dicats contro^lables. Deuxie`ment, la fonction se´mantique des adjectifs toughs consiste toujours a` appre´cier une action intentionnelle et contro^lable, et non pas un e´ve´nement ou une proposition. Enfin, la Condition de la Conservation de Structure propose´e par Stowell (1981) est valable pour expliquer la syntaxe de la CAT.

불어학 : 인식적 여격 구문에 대하여

노윤채 ( No Yun Chae )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 2호, 2003 pp. 735-764 ( 총 30 pages)
6,500
초록보기
L`objectif de cette e´tude est de de´crire les proprie´te´s formelles et se´mantiques de la contruction a` datif e´piste´mique(CDE) et de conside´rer les proble`mes pose´s lors de la de´limitation de son statut pour proposer finalement des solutions dans le cadre ge´ne´ral de la construction a` datif du francais. Par CDE, nous entendons les constructions suivante : (1) Je lui trouve beaucoup de charme et On ne lui connai^t pas d`amis. Dans une phrase a` datif ordinaire comme Je donne un livre a` Paul le pre´dicat demande trois arguments ne´cessaires. Quant aux verbes de (1), me^me si la construction est identique a` celle en donner du point de vue formel, on ne peut pas supposer facilement a` partir de leur sens qu`ils sont des verbe a` trois arguments parce qu`il n`y a ni l`ide´e de donation ni de transfert. Ils n`expriment pas une action concre`te mais mentale, c`est-a`-dire l`ide´e de croyance, de conjecture et de perception. La CDE a encore ceci de particulier qu`elle n`appartient ni au datif lexical ni au datif non-lexical. Elle ne se trouve qu`avec quelques verbes de´finis, ce qui fait qu`elle est proche du datif lexical, mais elle est fortement contrainte par les facteurs lexicaux, se´mantiques et pragmatiques. Il est aussi difficile de la conside´rer comme un datif non-lexical du type Je lui ai ba^ti une maison parce ce dernier exprime une action qui affecte directement la personne mais dans la CDE il n`y a pas d`influence directe envers la personne. Apre`s avoir passe´ en revue les faits varie´s concernant la CDE et les explications propose´es, nous concluons que la CDE ne peut pas e^tre explique´e par un ou deux facteurs mais qu`elle est de´finie comme un ensemble de proprie´te´s. Comme nous y observons des emplois prototypiques et marginaux en tant que CDE, nous pensons que non seulement pour de´limiter la CDE en tant que cate´gorie distincte, et re´aliser le sous-classement de ces verbes de facon efficace, nous devons recourir a` l`ide´e du prototype. Ainsi la CDE est de´finie comme une tournure particulie`re qui manifeste une ide´e de croyance ou de perception envers une personne en empruntant la forme dative. Cette action est prototypiquement mentale. Alors, plus l`activitk ou la performativite´ de l`action devient forte, plus la phrase s`eloigne du prototype de la CDE et plus elle devient faible, plus la phrase s`en approche.
6,200
초록보기
Ayant les caracte´ristiques comme non seulement des re`gles mais aussi des listes, l`inflexion du francais empe^che l`apprentissage du francais pour des e´tudiants core´ens et le de´veloppement rapide et efficace d`un syste`me pour le traitement automatique des formes flexionnelles. Dans cet article, nous avons (1) examine les caracte´ristiques du phe´nome`ne flexionnel du francais, (2) analyse´ les proble´matiques des dictionnaires classiques qui pre´sentent des formes flexionnelles et des formes de base, (3) de´veloppe´ une bibliothe`que de l`inflexion du francais, et (4) propose´ la construction d`un dictionnaire e´lectronique assiste´ par cette bibliothe`que, qui augmentera l`efficacite´ de la recherche et du traitement des formes flexionnelles. Se constituant des modules inde´pendants, la bibilothe`que que nous avons pre´sente´e dans cet article se caracte´rise facilement re´utilisable, portable et compatible avec d`autres applications. Parmi ame´liorations qui seront apporte´es dans le futur, citons les trois points suivants: (1) d`e´largir la bibliothe`quem, afin qu`elle couvre des ne´ologismes surtout des ne´ologismes compose´s, (2) de de´velopper des re`gles ou des heuristiques qui sont capables de traiter ces ne´ologismes, et (3) d`assister d`autres applications telles que la TAO (Traduction Assiste´e par Ordinateur), les didacticiels du francais, la correction orthographique, le traitement documentaire, etc.

불어학 : 언어학 담론의 수사학

전성기 ( Jeon Seong Gi )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 2호, 2003 pp. 793-811 ( 총 19 pages)
5,400
초록보기
Le 20e sie`cle se de´finit comme le `sie`cle rhe´torique`, et l`on parle du `tournant rhe´torique`, mais la rhe´torique n`est encore conside´re´e en Core´e que comme un `ornement`, comme une `manipulation`. Maintenant que l`on cherche une nouvelle identite´ des e´tudes linguistiques, il convient d`examiner les discours linguistiques sous le regard de la rhe´torique nouvellement ne´e, ce qui est aussi une conside´ration me´talinguistique. Comme il y a diverses approches rhe´toriques propose´es actuellement, il faut faire un choix tactique, et `Rhetoric of Inquiry` nous semble pouvoir se servir d`un point de de´part convenable, pour comprendre la diversite´ et la multiplicite´ des the´ories et des discours linguistiques, et les conflits entre eux.

불어학 : 이개어 사전에서의 유표어 기술에 관한 연구

하영동 ( Ha Yeong Dong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 2호, 2003 pp. 813-836 ( 총 24 pages)
5,900
초록보기
Cet article a pour but d`e´tudier les principes et les me´thodes dont le dictionnaire bilingue se sert pour pre´senter les e´quivalents des entre´es marque´es. La de´finition dans le dictionnaire monolingue et l`e´quivalent dans le dictionnaire bilingue ont pour ro^le de faire connai^tre aux utilisateurs du dictionnaire ce qui est `inconnu` au moyen de ce qui est `connu`. Cependant, malgre´ cette ressemblance, il y a une diffe´rence fondamentale entre l`e´quivalent du dictionnaire bilingue et la de´finition du dictionnaire monolingue. Dans le dictionnaire monolingue, il y a un contro^le du vocabulaire de´finitionnel qui limite le choix des mots utilisables dans les de´finitions. Ainsi, le dictionnaire monolingue doit avoir recours aux marques d`usage pour de´finir le lexique marque´. En revanche, dans le dictionnaire bilingue, il n`y a pas de contro^le concernant le choix des mots utilisables dans les e´quivalents, e´tant donne´ qu`il part de l`hypothe`se que dans la langue cible, il n`y a pas de mots inconnus. Pour cette raison, on peut donner des mots marque´s comme e´quivalents pour le lexique marque´ dans le dictionnaire bilingue. Cependant, dans la plupart des cas, le dictionnaire bilingue, quel que soit son type, donne des mots non marque´s pour les entre´es marque´es, bien qu`il y ait des e´quivalents correspondants aux me^mes niveaux de langue que ceux de la langue source, et pour cela, on a recours aux marques d`usage comme dans le dictionnaire monolingue. Dans ce cas, il y a une e´quivalence quant au sens, mais il n`y a pas d`e´quivalence en ce qui concerne les conditions d`emploi. En re´sume´, le dictionnaire bilingue devrait avant tout fournir, pour le lexique marque´ dans la langue source, des e´quivalents correspondants aux me^mes niveaux de langue, s`ils figurent dans le lexique de la langue cible.

불어학 : 논증과 토포이

홍종화 ( Hong Jong Hwa )
한국불어불문학회|불어불문학연구  54권 2호, 2003 pp. 837-859 ( 총 23 pages)
5,800
초록보기
L`argumentation, dans notre e´tude, peut e^tre de´finie de la facon suivante : de´marche par laquelle une personne entreprend d`amener un auditoire a` adopter une position par le recours a` des pre´sentations ou assertions qui visent a` en montrer la validite´. L`e´tude de l`argumentation peut donc e^tre attache´e tanto^t a` la rhe´torique et tanto^t a` la logique. Mais nous constations que dans les domaines ou` il s`agit d`etablir ce qui est pre´fe´rable, les raisonnements ne sont ni des de´ductions ni des inductions mais des argumentations visant a` gagner l`adhe´sion des esprits aux the`ses qu`on pre´sente a` leur assentiment. Il est donc normal, si l`on concoit la logique comme l`e´tude du raisonnement sous toutes ses formes, de comple´ter la the´orie de la de´monstration, de´veloppe´e par la logique formelle, par une the´orie de l`argumentation. Une argumentation n`est jamais donc capable de procurer l`evidence. L`argumentation ne peut intervenir que si l`evidence est conteste´e. L`argumentation n`a pas, par conse´quent, uniquement pour but l`adhe´sion intellectuelle des auditoires. Elle vise pluto^t a` inciter a` l`action.
1