글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 55권 2호 (2003)

불문학 : 코르네이유 초기 작품에 나타나는 정체성의 문제

심민화 ( Sim Min Hwa )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 423-445 ( 총 23 pages)
5,800
초록보기

불문학 : 18세기 리베르탱 문학의 한 양상: 이성과 비이성의 연합전선

오영주 ( O Yeong Ju )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 447-474 ( 총 28 pages)
6,300
초록보기
C`est une ide´e tre`s re´pandue que la raison, depuis Descartes, s`oppose a` la de´raison et l`opprime : la de´raison e´tant surtout les pulsions du corps et les passions. Mais l`antithe`se raison/de´raison est incompatible avec la raison concue comme nature, ide´e che`re aux philosophes des Lumie`res : la nature recouvre l`ordre (le co^te´ e´quilibre´ de la raison ge´ome´trique) et le de´sordre (le co^te´ de´se´quilibre´ de la folie). Le XVIIl^(e) sie`cle est une des ces rares e´poques ou` l`on peut voir s`accorder raison et pulsion. Notre travail vise a` mettre en e´vidence les objectifs et les itine´raires communs des philosophes et des libertins au XVIII^(e) sie`cle, qui tiennent a` l`e´mancipation des sens et a` la socialisation de l`image du plaisir : il s`agit aussi de montrer, a` travers la lecture de deux romans e´crits par des auteurs libertins, l`alliance de la raison et la de´raison, ou plus exactement la justification de celle-ci par celle-la`. Voulant se couper de la morale transcendantale, les philosophes soulignent la corpore´ite´ de l`homme et la ne´cessite´ de la satisfaction des besoins corporels pour son bonheur. Cette ide´e se retrouve dans les exigences des libertins qui veulent de´barrasser la vie sexuelle des humiliations et des terreurs dont l`accable lE´glise. Deux romans libertins e´crits au milieu du XVIII^(e) sie`cle, Le Sopha et The´re`se Philosophe, quoique de styles tre`s diffe´rents, te´moignent que la strate´gie des libertins est du me^me co^te´ que le rationalisme des Lumie`res, engage´e dans le me^me combat contre l`ide´ologie de l`E´glise pour libe´rer les hommes des pre´juge´s et des ≪ombres≫.

불문학 : 마르그리뜨 유르스나르와 여성의 정체성

오정숙 ( O Jeong Sug )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 475-494 ( 총 20 pages)
5,500
초록보기
L`entre´e de Marguerite Yourcenar a` l`Acade´mie francaise en 1980 a e´te´ un e´ve´nement dans l`histoire du fe´minisme. Pourtant Yourcenar est un e´crivain qui a manifeste´ de fortes objections au fe´minisme actuel en raison de son agressivite´ et son conformisme. En tant que femme-e´crivain, elle pre´sente une e´criture tre`s singulie`re sur le fe´minin dans toute son oeuvre romanesque. Notre e´tude a pour but de mettre en lumie`re la particularite´ de son e´criture sur les figures fe´minines au niveau de la narration et de la repre´sentation. Des sept romans, quatre sont e´crits sous forme de re´cit a` la premie`re personne. Etant donne´ qu`Alexis, Stanislas, Eric et Hadrien se racontent dans une perspective re´trospective, ces he´ros-narrateurs offrent au lecteur un point de vue unique sur les personnages fe´minins, Monique, The´re`se, Sophie et Plotine. Aucune narration n`est donc prise en charge par une voix fe´minine. Il est d`ailleurs rare que les personnages fe´minins occupent un ro^le de premier plan. Dans les romans a` la troisie`me personne, les narrateurs omniscients occupent en principe une place efficace pour montrer l`inte´rieur de chaque personnage. Pourtant les personnages fe´minins n`y sont pre´sents que dans la me´moire des he´ros, ce qui accentue l`effacement des voix fe´minines. Au niveau de la repre´sentation des personnages fe´minins, il existe deux types apparemment contraste´s : la misogynie et l`ide´alisation. D`une part les femmes ne sont qu`un objet de me´pris pour les he´ros-narrateurs, et d`autre part il existe une ligne´e de femmes fortement ide´alise´es qui se caracte´risent par leur qualite´ maternelle. Il est fort significatif de voir que les he´ros yourcenariens sont tous homosexuels qui manifestent un de´dain relatif des femmes et une re´pugnance face au corps fe´minin. De la` s`e´tablit un portrait fe´minin typiquement yourcenarien : femme-fanto^me, corps de´laisse´, femme-mort. Les femmes yourcenariens souffrent de la crise d`identite´, parce que leurs corps `fe´minins` en tant que porteurs d`existence sont constamment refuse´s par les he´ros homosexuels. Jeanne, la dernie`re figure fe´minine, que Yourcenar ait cre´e dans sa trilogie autobiographique, est un personnage significatif dans la que^te d`identite´ fe´minine. A travers Jeanne, l`auteur se raconte pour la premie`re fois, sans avoir transpose´ son sexe en masculin, exprimant ainsi son re^ve de l`androgyne. Marguerite Yourcenar, premie`re femme a` l`Acade´mie francaise, est un e´crivain qui a tant souffert et tant e´crit a` la recherche de son identite´ fe´minine, de´sespe´re´ment refoule´e.
초록보기
C. Mauriac a publie´ Le Temps immobile, dix volumes de gros ouvrages compose´s de journaux, aux e´ditions Grasset, de l`an 1974 a` l`an 1988. Dans cette the`se, notre the`me d`e´tude consiste a` trouver comment C. Mauriac immobilise le temps et pourquoi, dans Le Temps immobile 4(La Terrasse de Malagar). D`abord, C. Mauriac re´unit les anne´es e´parses dans un ordre qui n`a plus aucun rapport avec celui de la chronologie. En brisant l`ordre chronologique, il entreprend de mettre a` mort le temps. Mettre a` mort le temps, c`est d`aboutir au temps immobile. Ensuite, C. Mauriac retrouve les visages passe´s, encore entend leurs verbes et voix, par la me´moire. Ils e´chappent au temps, ont l`air d`une e´ternite´. Enfin, le temps n`influe rien sur les e´le´ments permanents (les gestes instinctifs, le visage immuable, l`odeur. I` me constante, le caracte`re he´re´ditaire). Les e´le´ments permanents nient la longueur du temps, ont l`air d`une e´ternite´. Immobiliser le temps, c`est d`arriver au temps immobile. Dans Le Temps jmmobile 4, le temps peut tre seulement compris dans ses rapports avec la mort. En effet, la peur et l`obsession du vieillissement et de la mort sont partout trouve´s dans cet ouvrage. C. Mauriac cherche a` immobiliser le temps pour se libe´rer d` tre de´truit par le temps et la mort, pour s`assurer un avantage sur la mort. Parce que la fuite du temps nous entra ne peu a` peu vers la mort.

불문학 : 카뮈의 『알제리 연대기』와 과거 청산

유호식 ( Yu Ho Sig )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 511-536 ( 총 26 pages)
6,100
초록보기
Albert Camus a-t-il montre´ une attitude cohe´rente a` propos de l`e´puratin du passe´? Cette question nous ame`ne a` re´fle´chir, a` travers ses e´crits litte´raires et journalistiques, sur sa prise de position sur les e´ve´nements historiques qu`il a traverse´s, tels que le "proble`me alge´rien" et la collaboration. Son inte´re^t pour l`Alge´rie date de l`anne´e 1939, anne´e ou` il a mene´ une enque^te sur la mise`re en Kabylie, en tant que journaliste de l`Alger re´publicain. Il y a pre´sente´, d`un ton objectif, la crise e´conomique, culturelle, de´mographique de l`Alge´rie et a propose´ des mesures urgentes pour re´soudre les crises issues du re´gime colonial. Mais ses points forts se trouvent moins dans son analyse et dans ses propositions que dans ses exigences e´thiques : tous ses e´crits sur l`Alge´rie demandent la `compre´hension` de deux peuples gra^ce a` laquelle il a espe´re´ assurer l``avenir` de la France et la `justice` humaine. Ses Discours de Sue`de (1958) ont e´galement affirme´ son refus de l`e´puration du passe´. Mais curieursement ses articles parus dans Combats (1944-1947), surtout dans ceux e´crits durant les de´bats avec Francois Mauriac, semblent pre´coniser le jugement au lieu de la simple compre´hension. Nous nous demandons si cela signifie un changement de position a` propos de l`e´puration du passe´ ou si l`apparence contradictoire rece`le une harmonie profonde qui existe entre le jugement et la compre´hension. Nous donnons une re´ponse affirmative a` la deuxie`me suggestion. Camus n`a jamais renonce´ a` "la confiance en l`Homme" qui e´tait la base de sa vision du monde. Le jugement et la compre´hension ne sont pas pour lui deux notions contradictoires. Ils sont deux aspects de la valeur `humaine` qui peut garantir la "vision progrsessiste de l`avenir", ce que Camus n`a jamais pu refuser.

불문학 : 자음의 표현력과 시적 해석

윤세홍 ( Yun Se Hong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 537-564 ( 총 28 pages)
6,300
초록보기
Nous avons remarque´, dans notre e´tude pre´ce´dente sur la valeur expressive des voyelles, que celles-ci sont des notes varie´es dont le timbre et la qualite´ impressionnent diversement notre oreille : des notes aigue¨s, graves, claires, sombres, etc. Cela nous ame`ne a` constater que la poe´sie francaise connai^t comme ses moyens d`expression non seulement l`assonance, c`est-a`-dire re´pe´tition d`une me^me voyelle, mais encore la re´pe´tition de voyelles d`une me^me note. Aussi peut-on arriver a` une pareille conclusion sur les consonnes? L`allite´ration, qui consiste en re´union de deux ou plusieurs mots commencant par la me^me consonne, e´tait une figure rhe´torique largement utilise´e en France par les troubadours et les trouve`res ; depuis, un e´le´ment additionnel dans le vers, sans aucune relation avec la structure du vers en tant que telle. Certes, certains phone`mes combine´s au gre´ de poe`tes provoquent des associations, auditives ou visuelles, suffisamment stables pour en de´gager certains effets artistiques. Or s`il y a un autre phe´nome`ne acoustique qui n`attire pas moins notre attention si l`on tient compte de la signification d`un certain nombre de textes, c`est la re´pe´tition de consonnes d`une me^me impression. Alors d`ou` viennent ces impressions auditives diffe´rentes? Ce sont en fait le re´sultat des points d`articulation et des modes d`articulation varie´s selon les consonnes. Celles-ci peuvent e^tre, cependant, classe´es en plusieurs cate´gories, de´termine´es par des traits phone´tiques : des douces, des sifflantes, des chuintantes, etc. Il nous reste a` savoir si les consonnes, re´pe´te´es a` plusieurs reprises dans des textes poe´tiques, soulignent une ide´e ou un sentiment par leurs proprie´te´s sonores. Nous avons trouve´ que les re´currences de consonnes peuvent aboutir, comme c`est le cas dans les voyelles, a` un moyen d`expression plus raffine´ et plus de´licat qu`une simple allite´ration, module´s tanto^t discre`tement, tanto^t distinctement. Ce sont deux proce´de´s qui contribuent a` de´corer quelques ide´es ou sentiments enveloppant les textes. La recherche de re´pe´titions phoniques est ainsi une me´thode applicable de manie`re su^re a` l`appre´ciation esthe´tique des oeuvres, alors que l`on ne peut attribuer d`un coup a` un son telle ou telle expressivite´ si l`on de´ce`le des re´pe´titions quelconques. La re´pe´tition de consonnes d`une me^me nuance n`a sa valeur propre dans un poe`me que si elle est re´active´e par la signification d`un texte.

불문학 : 기억으로서의 문학 -모하메드 딥의 『누가 바다를 기억하랴』

이영목 ( Lee Yeong Mog )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 565-582 ( 총 18 pages)
5,300
초록보기
Comment exprimer l`indicible horreur de la guerre ? Et cela sans tomber dans le pie`ge que l`e´criture romanesque traditionnelle n`a pas pu e´viter, c`est-a`-dire ≪l`enfer de la banalite´ dont l`horreur a su s`entourer et nous entourer≫? Voila` la question majeure que s`est pose´e Mohammed Dib en e´crivant Qui se souvient de la mer. Ce roman marque un tournant de´cisif dans l`oeuvre romanesque de l`auteur qui s`est auparavant illustre´ par son e´criture ≪re´aliste≫ dans sa ≪trilogie alge´rienne≫. En effet, il ne s`agit plus ici de repre´sentation fide`le et minutieuse de la re´alite´ coloniale de la paysannerie alge´rienne. Mais il invente une nouvelle forme d`e´criture pour pre´senter des ≪visions oniriques et apocalyptiques≫ de la guerre, lesquelles e´tant ≪les seuls projecteurs capables de jeter quelque lumie`re sur de tels abi^mes≫. Cette nouvelle e´criture - e´criture ≪a` la Guernica≫ - ne re´pond pas seulement au souci que nous avons e´voquer plus haut. Elle s`articule avec deux autres questions capitales que sont celle de la ≪communication≫ et celle de la ≪me´moire≫. Pour Dib, la situation critique du peuple alge´rien a pour cause principale l`incapacite de la communication - communication entre le passe´ et le pre´sent, entre ≪eux≫ et ≪nous≫ et enfin entre nous-me^mes. Cette situation ne peut e^tre surmonte´e que par un effort courageux pour se communiquer. Or, la communication n`est possible qu`a l`aide de la me´moire. La me´moire est la condition ne´cessaire de la communication et elle est a` son tour la communication entre le passe´ et le pre´sent. Seule l`e´criture nouvelle et originale qui sache, comme celle de Qui se souvient de la mer, rompre le cercle de banalite´ et de ruse dans lequel les choses tentent de nous enfermer, permettra a` la litte´rature de remplir pleinement son ro^le en tant que forme spe´ciale et spe´cifique de la communication et de la me´moire
5,700
초록보기
L`Alouette de Jean Anouilh est une pie`ce de the´a^tre sur Jeanne d`Arc. Ce qui la caracte´rise sur le plan de la structure, c`est sa forme de the´a^tre dans le the´a^tre : les acteurs jouent l`histoire de cette jeune fille historique et mythique dans un double processus : dans la pie`ce-cadre qui repre´sente le proce`s de Jeanne, les personnages de la pie`ce inte´rieure jouent son passe´ avant sa capture par les Bourguignons, soit son enfance a` Domre´my, les Voix, Vaucouleurs, Chinon, le Sacre, etc. Ce travail vise donc a` analyser la structure double de cette pie`ce sur le plan des personnages, du temps et de l`espace ainsi que la the´a^tralite´ a` laquelle aboutit finalement le the´a^tre dans le the´a^tre. La particularite´ de ce the´a^tre dans le the´a^tre, c`est que tous les personnages sont sur la sce`ne et que ceux qui sont lie´s a` chaque e´pisode de la vie de Jeanne s`avancent au milieu de la sce`ne, tandis que le reste des acteurs se trouvent au bord de la sce`ne dans l`ombre : ceux-ci jouent le ro^le de spectateurs de la pie`ce inte´rieure. La structure du the´a^tre dans le the´a^tre s`accompagne de la dualite´ de l`action, du personnage, de l`acteur, du spectateur, du temps et de l`espace. Car dans la pie`ce-cadre est encha^sse´e la pie`ce inte´rieure ; le personnage joue un double ro^le et devient tanto^t le spectateur, tanto^t l`acteur ; le spectateur dans la salle fait face avec le spectateur sur la sce`ne ; le temps et l`espace se de´doublent e´galement dans la pie`ce inte´rieure. Le the´a^tre dans le the´a^tre est en fin de compte une illustration de la the´a^tralite´ en tant qu`artifice extre^me au point que le spectateur sent qu`il est au the´a^tre, a` l`encontre du the´a^tre re´aliste qui vise a` faire naitre l`illusion the´a^trale : il s`agit d`un the´a^tre irre´aliste, d`un the´a^tre extre^mement the´a^tral. Les acteurs font allusion a` ce qu`ils sont en train de `jouer` et disent ouvertement qu`il s`agit d`une mascarade. Le de´cor vide et neutre favorise cette the´a^tralite´, parce que les personnages doivent recourir aux dialogues, aux gestes, a` quelques objets et a` la lumie`re pour faire comprendre leur situation, le temps et l`espace. La lumie`re joue surtout un ro^le important pour faire allusion au changement de situation. A travers cette structure double qui met en lumie`re le me´canisme du the´a^tre. Anouilh semble nous dire que le monde n`est qu`un the´a^tre, que les hommes et les femmes ne sont que des acteurs et que la vie n`est qu`un songe. De plus, par le dualisme qui re´sulte de cette structure. Anouilh semble-t-il nous parler de la dualite´ de l`homme qui a le bien et le mal et qui est a` la fois tragique et comique. Cette structure du the´a^tre dans le the´a^tre correspond donc finalement a` la dualite´ de l`homme.

불문학 : 몸의 이미지와 일탈의 글쓰기

조윤경 ( Jo Yun Gyeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 605-633 ( 총 29 pages)
6,400
초록보기
Notre e´tude suit la que^te de trois poe`tes surre´alistes, Eluard, Desnos et Pe´ret, en relation avec celle de leurs amis peintres. Dans ce parcours, la question du corps est fondamentale, car celui-ci est d`une part un excellent support d`expression de leur imagination, de leurs fantasmes personnels et de leurs visions nouvelles, et d`autre part, un lieu important de fusion du verbal et du visuel. Les peintres soulignent d`une part l`aspect me´tamorphique du corps et d`autre part son lien avec la vision surre´aliste. Selon le de´sir de chacun, le corps est prive´ d`une partie, de´mesure´ment hypertrophie´ ou hybride´ avec divers e´le´ments, ce qui brise le concept acade´mique de l`harmonie du corps pour le remplacer par celui d`une euphonie disparate. Isole´ du corps inte´gral, flottant dans un espace inde´fini, le fragment d`anatomie jouit d`une totale inde´pendance. En re´ve´lant les aspects ne´glige´s du corps, a` savoir le corps comme partie, alte´rite´, inte´riorite´ et pulsion, les peintres les relient sans contradiction au corps comme inte´grite´, identite´, exte´riorite´ et raison. Ce polymorphisme du corps plastique s`intensifie dans les images des poe`tes, qui a` la fois recoupent celles des peintres et s`en e´loignent. Le corps tel qu`il est figure´ par chacun de nos trois poe`tes re´sume leur propre poe´tique. L`e´criture e´luardienne, qui ve´hicule une image me´diatrice du corps, abolit la distance entre les choses, les e^tres et les arts. Chez lui, le corps joue le ro^le du me´diateur qui ane´antit toutes les antinomies en reliant la partie au tout, le concret a` l`abstrait, le sensuel au spirituel. Le corps e´luardien est au centre d`une relation entre la poe´sie et l`art plastique : dans les recueils illsutre´s, les artistes et le poe`te mettent en sce`ne, chacun a` sa manie`re, les multiples me´tamorphoses du corps humain et l`union libre entre ce dernier et la nature. Par des images de morcellement et de blessure du corps, Desnos manifeste le de´sir, d`une part, de pe´ne´trer jusqu`au fond de l`e^tre, et, d`autre part, de re´ve´ler le myste`re du paysage inte´rieur du corps - myste`re enfoui qui appelle l`effraction. L`image morcele´le, morte et hybride du corps desnosien habite une e´criture qui ne cesse de de´truire et de recomposer les mots. La force de la poe´tique desnosienne est celle de la transformation incessante qui va du refus du corps a` son acceptation, de la mort a` la vie, de la de´composition de l`e´criture a` sa reconstruction. Pe´ret introduit une ambiance fe´erique dans ses poe`mes en personnifiant les parties du corps, les objets et les aliments. Le corps pe´re´tien est aussi fortement marque´ par le grotesque. Il subit diverses permutations insolites qui de´voilent un esprit de re´volte contre tous les ordres e´tablis. La me´tamorphose incessante du corps pe´re´tien est illustre´e par les mots et les images qui se de´placent rapidement et qui s`enchai^nent d`une manie`re inattendue. L`e´criture ale´atoire, ludique et dynamique de Pe´ret est toute parcourue par l`esprit de liberte´ des jeux surre´alistes. Les corps surre´alistes, moyens de communiquer l`incommunicable, de re´aliser l`impossible et d`explorer l`interdit, correspondent au "point supre^me" qui n`est pas immuablement prescrit mais ou` les contradictions trouvent leur solution. A partir de cette incomple´tude du corps qui pre´pare sans cesse son renouvellement, les surre´alistes en montrent la pluralite´, et de´gagent a` travers celle-ci un degre´ supe´rieur de corpore´ite´, que nous appelons "le surcorporel".

불문학 : 인지적 환기시학과 아폴리네르의 『동물시집 Le bestiaire』

최인령 ( Choe In Lyeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  55권 2호, 2003 pp. 635-665 ( 총 31 pages)
6,600
초록보기
Afin de de´velopper la poe´tique de l`e´vocation, cette e´tude prend comme point de de´part la poe´tique d`Aristote selon laquelle "la poe´sie traite pluto^t du ge´ne´ral, la chronique du particulier". J`essaie, a` la suite de Marc Dominicy, de re´activer cette optique sur le plan pragmatico-cognitif actuel, en m`appuyant sur les nouveaux concepts cle´s. Et le de´veloppement de la the´orie se de´roule en trois e´tapes comme suit : 1. Hypostase poe´tique et principe d`e´quivalence, 2. Repre´sentation du monde et principe de prototype/ste´re´otype, 3. Effet de polyphonie des e´nonce´s poe´tiques. En effet, pour entrai^ner l`hypostase poe´tique tant sur le plan formel que sur le plan du contenu, la poe´sie se base d`une part sur les rapports d`e´quivalence, et d`autre part sur la repre´senation prototypique ou ste´re´otypique du monde conserve´e a` la memoire a` long terme. Cette repre´senation constitue le noyau de l`e´vocation. De cette manie`re, l`e´vocation poe´tique assure la repre´senation ge´ne´rale cense´e prise en charge par l`e´nonciateur ge´ne´ral ou la voix collective (`sagesse des nations`, ou un `on`). Ainsi on obtient la polyphonie issue de la superposition de la voix du locuteur-poe`te singulier et de la voix collective. En ce qui concerne la repre´sentation du monde poe´tique, elle peut, d`apre`s moi, se distinguer en trois types selon le crite`re de la ste´re´otypie ou prototypie comme suit : ㆍ Le premier type de poe´sies rele`ve d`un type constitue´ par une ope´ration e´le´mentaire de l`e´vocation poe´tique, assurant l`hypostase ou la transformation d`un fait singulier en fait ge´ne´ral sans recours a` d`autres proce´de´s particuliers. Le poe`me e´lastique de Blaise Cendrars intitule´ "Dernie`re heure" constitue un bon exemple de ce type. ㆍLe second type rele`ve des poe`mes constitue´s par la mise en rapport entre des phe´nome`nes abscrets (sentiment, amour, heure, etc.) et des entite´s du monde. Ce type est dominant dans des poe´sies lyriques, tout comme les poe`mes de Guillaume Apollinaire analyse´s ici - "Le dauphin". "Le hibou", "La chenille". ㆍLe troisie`me type de poe´sies concerne la cre´ation du prototype ou prototype fictif, construit a` partir des e´le´ments re´els du monde. Autrement dit, il s`agit de la repre´senation prototypique ou ste´re´otypique du monde fictif. Ce prototype fictif est assimilable aux entite´s fictives, telles que nymphe, licorne, Dieux, et Pe`re Noe¨l. "L`apre`s-midi d`un faune" de Mallarme´ fait partie de ce type de poe´sies. "Le serpent" d`Apollinaire est, quant a` lui, conside´re´ comme un poe`me qui combine le second type avec le troisie`me type. L`analyse du recueil intutile´ Le bestiaire d`Apollinaire se fonde sur les principes the´oriques propose´es ci-dessus. Tout particulie`rement, a` travers de l`analyse des poe`mes mentionne´s ici, je montre comment les poe`mes e´voquent chacun a` sa manie`re l`image prototypique ou ste´re´otypique du monde, et comment ils produisent l`effet de polyphonie
1 2 >