글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 56권 1호 (2003)

불문학 : 연극 텍스트 분석: 수사학의 "착상"과 라신의 『브리타니쿠스』를 통한 적용

강희석 ( Kang Hui Seog )
7,200
초록보기
La trage´die francaise du XVII^(e) sie`cle a e´te´ marque´e par la rhe´torique dont les the´oriciens recommandaient la connaissance a` tout dramaturge de´butant. Au moment ou` les principes classiques ont commence´ a` se fixer, les discours lyriques ou narratifs de la trage´die ont ce´de´ petit a` petit aux discours ou` l`art de la persuasion a pre´valu. La rhe´torique traditionnelle dont Racine et ses contemporains faisaient l`apprentissage a` l`e´cole comportait non seulement l`e´locution mais aussi l`invention et la disposition. Bien que, re´cemment, un critique ait e´tudie´ le the´a^tre de Racine par le biais de l`invention et de la disposition, son analyse montre une lacune: il ne rend pas compte de l`e´tat de cause qui est un e´le´ment essentiel de l`invention. A Port-Royal, Racine lisait les traite´s de rhe´torique ancien, notamment ceux de Cice´ron et de Quintilien. Les notes que le jeune Racine a laisse´es en marge de De Inventione de Cice´ron re´ve´lent qu`il portait un inte´re^t particulier aux lieux et aux lieux communs qui conviennent a` l`e´tat de conjecture. Racine saisissait le co^te´ politique et pratique de ce premier traite´ de Cice´ron qui a su admirablement plaider le pour et le contre. Dans Britannicus, les personnages se querellent souvent sur l`e´tat de conjecture et emploient le lieu du motif(la pre´me´ditation) et le lieu de la personne(surtout la nature) en y combinant la vie passe´ de l`accuse´. L`ingratitude de Ne´ron envers sa me`re constitue la question cle´ de l`affrontement des personnages sur lequel repose l`intrigue. Si Racine situe l`exposition, entretien entre Agrippine et sa confidente, dans un contexte conflictuel, c`est pour la rendre plus dynamique et pour dessiner deux portraits contradictoires de l`empereur tout en fournissant des informations. Face a` sa confidente qui plaide la cause de Ne´ron, Agrippine parai^t plus convaincante en usant des lieux correspondant a` l`accusation. Lors de deux disputes entre Agrippine et Burrhus, elle tire des soupcons du motif et des actes re´cents de son fils pour l`accuser d`ingratitude, tandis que le gouverneur de l`empereur plaide en faveur de son mai^tre en recourant a` ses actes passe´s. Agrippine e´choue a` convaincre son fils puisqu`elle s`e´rige en juge au lieu de se de´fendre. Devant la ve´he´mence oratoire de sa me`re, Neron feint d`accepter ses demandes en dissimulant son dessein fratricide. La sce`ne ou` Britannicus riposte au discours d`autorite´ de Ne´ron rele`ve du judiciaire: le premier accuse le second d`avoir accapare´ le pouvoir, de re´gner en tyran et d`avoir trompe´ Rome. La forme d`une bre`ve stichomythie montre la violence de l`entretien qui finit par l`arrestation du he´ros e´ponyme. Accuse´ d`avoir empoisonne´ Britannicus, Ne´ron re´fute l`e´tat de cofiecture et c`est Narcisse qui s`attarde sur l`e´tat de qualite´ en justifiant sa mort. Par la male´diction d`Agrippine, le public sait que le ve´ritable juge condamnera tous les forfaits de Ne´ron. Une perspective extrasce´nique fait voir la structure globale de Britannicus en termes judiciaires, alors que dans une perspective intrasce´nique, le judiciaire est souvent subverti par le de´libe´ratif, ou me^me il est parfois de´roule´ dans un cadre de´libe´ratif. La progression dramatique est due en partie aux effets des strate´gies de´libe´ratives des personnages. Racine met les strate´gies rhe´toriques aux services des effets calcule´s de la dramaturgie et par-la` il persuade et e´meut le public. Pour convaincre le public, le dramaturge doit recourir aux lieux qui correspondent a` la mentalite´ et a` la culture de son temps: la topique efficace re´sulte de son expe´rience culturelle et de son adaptation au public. Dans sa pie`ce la rhe´torique ne transparai^t pas de manie`re artificielle et me´canique mais se fond naturellement dans les sentiments des personnages et les
9,100
초록보기
"L`homme est mort, apre`s Dieu"(p. 106), de´clare Malraux dans La Tentation de l`Occident. Cette proposition voyante connotant la mort nietzsche´enne de Dieu sugge`re la mort de l`histoire comme episte´me` foucauldien et de "l`homme-sujet" moderne. Une telle affirmation, plus tard reprise dans Les Noyers de l`Altenburg(p. 737), est suivie d`un pe`lerinage spirituel dans les grandes pe´nse´es orientales "excentrant" l`homme, repre´sene´es par le bouddhisme et par la philosophie tao??ste. Le re´sultat en est le triptyque asiatique. Apre`s cettte aventure intellectuelle dans l`Orient, Malraux retourne aux origines gre´co-chre´tiennes de la culture occidentale, qui placent l`homme au centre du monde. Ce retour donnera lieu au triptyque europe´en. Par conse´quent, le romancier rompt avec "l`humanisme" un quart de sie`cle plus avant que des structuralistes comme Foucauld ou Le´vi-Strauss. Et come pre´curseur il parcourt prophe´tiquement l`itine´raire du rejet de l`homme-sujet et de son retour, chemin poursuivi par les 50 ans d`histoire du structuralisme de France. Dans cette perspective se titue cette e´tude qui choisit me´thodiquement une poe´tique symboliste du roman, originale et bien herme´tiquement elabore´e dans l`univers romanesque de Malraux. Nous avons de´terre´ cette poe´tique permettant d`ouvrir un nouvel horizon d`interpre´tation a` travers deux e´tudes sur La Voie royale et sur La Condition humaine. En fait, elle n`a jamais e´te´ mise en question par la critique qui, aveugle au jeu subtil de l`auteur, l`avait laisse´e dans l`ombre. C`est ainsi que me^me un recueil re´cent de textes entie`rement consacre´s aux Noyers de l`Altenburg s`e´carte de cette esthe´tique, pourtant herme´neutiquement indispensable dans la mise en lumie`re du sens encode´ de ce roman. Ce n`est que lorsqu`elle aura e´te´ soigneusement de´cortique´e que s`e´clairera la voie de la que^te de l`absolu dans l`oeuvre. Sur le plan de la poe´tique, l`analogie se re´ve`le renforce´e dans le roman d`autant plus que les autres techniques y sont exploite´es tre`s librement. La lecture du texte est contrainte de bien exercer sa force comme instrument de raisonnement. En tant que signe de la modernite´ de l`oeuvre, la discontinuite´ examine´e par la critique sous plusieurs e´clairages, mais jamais aborde´e du point de vue de la poe´tique en question, est constitue´e en pluridimension, en donnant a` l`oeuvre un rythme e´nigmatique. Notamment au niveau du discours des personnages, se recouvrant avec d`autres arts, elle soule`ve bien de difficute´s interpre´tatives. En re´alite´, elle ne peut e^tre de´code´e qu`a` l`aide de la force de l`analogie, et d`une recherche sur l`e´vocation, le symbole, la suggestion. En effet, le grand re´seau de significations que construisent ces trois dernie`rs proce´de´s de´voile et chante "l`homme gothique" qui, en tant qu`"homme fondamental", fonctionne comme point de retour mythique de la fin et du commencement culturels. Dans le texte, le terme de "gothique" joue le ro^le du point d`origine qui de´clenche un long enchai^nement de "disse´mination" e´vocatrice. Dans un tel enchai^nement, on voit se re´aliser cycliquement la destruction apocalyptique du monde e´tabli et la cre´ation d`un nouveau monde, qui se superposent dans un moment historique, a` savoir la premie`re guerre mondiale. Mais ce mythe de renouvellement est e´troitement lie´ au portrait de l`intelligentsia aveugle qui, repre´sente´ par Walter et Mo¨lberg parmi d`autres, projette l`ombre d`une grande catastrophe imminente. En fait, ces deux personnages, descendants de la famille des Verger - il faudrait se rappeler ce que signifie le mot de "verger" - sont des individus tragiques qui ont comple`tement oublie´ leur racine : bu^cheron-paysan que de´voile notre e´tude sur la poe´tique symboliste. L`histoire de cette famille dont l`origine temporelle remonte au temps gothique,

불문학 : "척도 없는 리듬 Rythme sans mesure" "율격의 시"에서 "시의 율격으로"

김유정 ( Kim Yu Jeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 91-119 ( 총 29 pages)
6,400
초록보기
Dans l`e´tude du discours, la notion traditionnelle du rythme, qui identifie le rythme a` la me´trique, engendre plusieurs proble`mes : celui de "l`universalisation" qui efface la spe´cificite´ de la litte´rature et des diffe´rences entre les discours ; celui de "l`essentialisation" de certaines formes culturelles, comme nous avons fait pour l`alexandrin dans la poe´sie francaise ou le pentame`tre dans la poe´sie anglaise : celui de "la de´se´mantisation" du discours, car la me´trique travaille avec des unite´s de mesure non signifiantes. La poe´tique d`Henri Meschonnic repose sur une nouvelle notion du rythme, passant par une critique de la compre´hension me´trique du rythme. Un "rythme sans mesure" est une configuration du discours, identifie´e a` une vaste dynamique de la signification. Meschonnic fait intervenir le me`tre a` l`arrive´e pluto^t qu`au de´part : il ne pose pas la me´trique comme condition absolue du rythme, mais comme une de ses formes possibles. Il s`agit de la transformation de "la poe´sie de la me´trique" a` "la me´trique de la poe´sie". Sur ce point, une interpre´tation du vers he´te´rome´trique d`Yves Bonnefoy est sujette a` une discussion sur le rapport entre le vers et la poe´sie, le rapport entre le me`tre et le rythme. Le vers he´te´rome´trique est conside´re´ comme un des instruments les plus e´vidents de l`art poe´tique de Bonnefoy. nomme´ "la poe´sie de la mort". A cet regard, la particularite´ du vers du poe`te est souvent recherche´e dans la ne´gation des formes fixes, dans la violation sans cesse de la norme de la versification. Cependant, cette perspective se fonde sur la the´orie traditionnelle du rythme, qui recherche l`unite´ de mesure selon le mode`le nume´rique avec une confusion entre le rythme et le me`tre. La vraie particularite´ de l`e´criture de Bonnefoy n`est pas tenu par le conflit entre la forme classique et la forme de´chue, mais par le conflit entre des syste`mes organisateurs du discours, tels que me´trique, syntaxe et rythme. Dans 「Une autre voix」de Bonnefoy, la ce´sure alexandrinne n`est pas une forme pure, mais la "me´trique du discours". Elle est "une autre voix" qui oriente le vers vers le discours par l`enchai^nement prosodique et rythmique.

불문학 : 빅토르 위고의 『사탄의 종말』의 의미와 구조

김희경 ( Kim Hui Gyeong )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 121-157 ( 총 37 pages)
7,200
초록보기
La fin de Satan est un sujet important qui a inte´resse´ le romantisme humanitaire au XIXe sie`cle. La Fin de Satan, fu^t-ce inacheve´, peut e^tre conside´re´ comme le chef-d`oeuvre e´pique de Victor Hugo par la nouveaute´ de la conception et par la structure solide. Il serait inte´ressant de voir comment dans ce poe`me e´qique, s`est cristallise´e la nouvelle notion du Mal. Pour Hugo, le Mal apparai^t avant tout dans le processus de la cre´ation selon "ce que dit la Bouche d`Ombre". Aussi la matie`re se repre´sente-elle comme le Mal. C`est pourquoi le Cre´ateur ne serait pas sans rapport avec la notion du Mal. Chez Hugo, Dieu se montre comme l`image du centre de la lumie`re, qui comporte l`infini. C`est cette notion de Dieu sur laquelle est fonde´e la plainte de Satan dans `Satan dans la nuit`, c`est-a`-dire, l`argument que Satan lui-me^me ne pourrait e^tre exclu de cet infini. Le Ma1 est cre´e´ en sortant du centre et en s`e´loignant de la lumie`re. C`est l`e´loignement de la lumie`re que montrent la chute de Satan dans `Et nox facta est` et le processus de la cre´ation dans le poe`me "Ce que dit la Bouche d`Ombre". L`e´loignement du centre correspond a` la perte de l`a^me. Si la cre´ation sortait de Dieu, elle pourrait poursuivre l`itine´raire inverse par lequel la cre´ature est re´inte´gre´e dans Dieu. Le re´cit du "rachat" de Satan repre´sente ce processus. Dans la chute de Satan, une plume a e´chappe´ a` l`aile de l`archange. Cette plume qui appartenait a` Satan se transforme en Ange par le regard de Dieu. C`est ainsi que nai^t Ange-Liberte´ en forme de femme. Il semble que 1`Ange-Liberte´ repre´sente l`a^me humaine. L`Ange se pre´sente comme l`intercesseur pour la Re´demption de Satan. L`Ange-Liberte´ qui est conside´re´ comme la lumie`re de l`a^me, descend dans l`enfer ou` son pe`re est enfoui dans la nuit. L`Ange, fille de Satan, a d`abord battu Isis-Lilith, une autre fille de Satan, qui pre´tendait e^tre la Fatalite´. Elle prie son pe`re de lui permettre de de´librer la cre´ature. En entendant cette prie`re de la vierge qui parai^t verser du lait goutte a` goutte dans la bouche de Satan, la clarte´ sort du front de Satan. La`, on a l`impression de voir Satan renai^tre en re´cupe´rant son a^me. Pour Hugo, dit Pierre Albouy, "la the´orie du Mal est tout entie`re domine´e par la notion de la ple´nitude divine". Cette ide´e hugolienne semble nous parler du refus du duel absolu entre le bien et le mal, entre Dieu et Satan, que le dogme chre´tien postule. Dans le centre divine qui comporte l`infini, il n`y aurait aucune exception, pas me^me Satan. C`est parce que Satan peut avoir son ange immortel qui descend le chercher en enfer. L`Ange est la fille de Satan. C`est la` que l`on pourrait reconnai^tre la possibilite´ immanente de la Re´demption malgre´ la chute. Satan ne serait pas seulement le personnage surnaturel qui apparai^t dans la Gene`se. Si la chute e´tait entrai^ne´e par l`assombrissement de l`a^me, nous pourrions devenir Satan. C`est ainsi que nous influence la structure de la Chute et de la Re´demption, que montre La Fin de Satan de Victor Hugo.

불문학 : 낭만주의 상상력 연구 -코울리지와 보들레르-

박기현 ( Park Gi Hyeon )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 159-197 ( 총 39 pages)
7,400
초록보기
La the´orie romantique de l`imagination se de´veloppe sous l`aspect du refus a` la science commeun de´menti passionne´ oppose´ a` la raison me´canicienne. Les poe`tes romatiques essayent de revendiquer pour la conscience individuelle le droit de s`isoler, de re´gner sur un horizon imaginaire ou` rien ne s`opposera a` l`originalite´ de l`experience personnelle. Dans cette perspective, notre e´tude consiste a` suivre les e´tapes de la conception de l`imagination chez Coleridge et Baudelaire. Dans la Biogrphia Literaria, Coleridge distingue a` co^te´ de "fancy" une "primary" et une "secondary imagination". Par cette imagination primaire l`homme est mis en e´tat de re´pe´ter, dans les limites de son individualite´, e´ternel acte cre´ateur de Dieu. Cela veut dire que gra^ce au "rapport e´loigne´" entre l`homme et Dieu, la ressemblance existe, mais l`homme est pourtant bien infe´rieur a` Dieu. La plus grande originalite´ de l`homme consiste a` imiter Dieu; il ne peut pas cre´er independamment. C`est pourquoi Coleridge insiste pluto^t sur l`imagination secondaire : c`est elle qui met l`artiste en e´tat de cre´er vraiment, car "elle dissout, diffuse, dissipe afin de recre´er" selon l`expression de Coleridge. La valolisation romantique du symbole par l`opposition a` l`alle´gorie est le plus nettement pre´sente´e par Coleridge. Selon lui, la distinction du symbole est de l`alle´gorie est paralle`le a` celle de la forme organique et de la forme me´canique, ou de l`imagination et de la raison. Dans l`alle´gorie, le signe est transif, il doit e^tre traverse´ par l`intellect, tandis que dans le symbole, le signe est intransif et garde sa valeur apre`s avoir e´te´ percu. Dans le cas de Baudelaire, la the´orie de l`imaginition est plus complexe. Analysant la me´thode de Delacroix, Baudelaire explique que la peinture manifeste le regard magique que l`artiste porte sur la nature. "L`univers visible" n`est plus qu`un "dictionnaire" ou` le peintre cherche ses images comme le poe`te cherche ses rimes. La mise en couleur des images, comme la mise en rythme des rimes, est ope´re´e par l`imagination cre´atrice. La force de l`imagination s`exprime en effet dans le travail d`assemblage des formes dans l`espace pictural, comme dans l`effort d`agencement des phrases dans l`espace litte´raire. L`imagintion n`imite pas la nture, mais l`agitation des forces naturelles, l`e´lan vital de l`univers, 1`e´nergie du vivant. Dans le Salon de 1859, Baudelaire motre enfin comment l`imagintion, "cette reine des faculte´s", est l`e´nergie me^me de l`expression cre´atrice. Loin d`e^tre une incitation a` quelque de´lire personnel, l`imagination fonctionne pour Baudelaire comme une construction me´thdique. C`est pourquoi Baudelaire distingue l`imagination et la fantaisie. L`expression poe´tique obe´it a` une intention rationnelle. La rhe´torique elle-me^me est une expression des re`gles qui re´gissent nos rythmes inte´rieurs. L`imagination donne une me´thode de connaissance pour vivre en correspondance avec la profondeur symbolique de l`univers. La conception baudelairienne de l`imagintion est donc gage´e sur le syste`me des correspondances, c`est-a`-dire sur l`univers analogique. Par le sonnet Correspondances et par une se´rie de textes ce´le`bres, Baudelaire se pre´sente comme la voix la plus autorise´e en matie`re d`analogies. Analogies ou corresondances : les deux termes sont partiellement superposables, le premier restant plus ge´ne´ral, le second pouvant de´signer plus particulie`rement les moyens d`expression dont dispose l`artiste por exprimer l`analogie. Mais il s`agit bien d`une seule et me^me doctrine, domine´e par l`affirmation de l`unite´ du monde et de son harmonie. Cette question du fondement de l`analogie est en profondeur lie´e a` celle du symbole et de l`alle´gorie chez Baudelaire. L`alle´gorie baudelairienne assume le po^le ironique, toujours secondaire, d`un m

불문학 : 스탕달 소설 『파르마의 수도원』에서 주인공들의 관계 연구

박세곤 ( Park Se Gon )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 199-216 ( 총 18 pages)
5,300
초록보기
Il y a des personnages fe´minins dans les romans de Stendhal. Le the´me principal de ses romans est ce qui se passe entre les personnages fe´minins et le he´ros stendhalien. Dans son roman, 『La chartreuse de Parme』, Cle´lia Conti et Gina del Dongo jouent le ro^le de personnage fe´minins. Nous essayons de faire des recherches des relations entre Fabrice del Dongo, le he´ros stendhalien et Cle´lia Conti. Les deux personnages se rencontrent dans ses jeunes temps et se souviennent jusqu`a` leurs revoir. Le revoir se passe dans la prison de Fabrice, ou` ils s`eloignent l`un de l`autre et s`aiment par `les vues`. Leur amour de´passe leur raison par les attributs d`amour et finit par l`echec du monde re´el. En somme, nous voyons que L`amour stendhalien finit par la rupture de ce monde, et par la mort et par l`amour nouveau du meilleur monde.

불문학 : 장 주네의 『하녀들』에 나타난 소수문학적 특징

변광배 ( Byeon Gwang Bae )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 217-249 ( 총 33 pages)
6,800
초록보기
Le but de cette e´tude est de de´gager quelques caracte`res de la litte´rature mineure des Bonnes de J. Genet. C`est a` G. Deleuze et a` F. Guattari, auteurs de Kafka : Pour une litte´rature mineure que l`on doit la notion de litte´rature mineure. D`apre`s eux, elle est de´finie non pas comme celle d`une langue mineure, mais pluto^t comme celle qu`une minorite´ fait dans une langue majeure. Et ils en donnent trois caracte`res : ce sont la de´territorialisation de la langue, le branchement de l`individuel sur l`imme´diat-politique et l`agencement collectif de l`e´nonciation. Il est tout de me^me rare que les oeuvres litte´raires de J. Genet soient e´tudie´es du point de vue de la litte´rature mineure. C`est re´cemment que ce genre d`e´tude a e´te´ fait me^me en France. Il nous semble pourtant que la litte´rature mineure peut se servir d`un bon moyen d`entrer dam un monde litte´raire de J. Genet, notamment celui d`une de ses pie`ces the´a^trales, Les Bonnes. Au cours de notre e´tude, nous sommes arrive´s tout d`abord a` nous rendre compte qu`en jouant le jeu du devenir-Madame et du devenir-Bonnes, Claire et Solange tentent de de´territorialiser la langue qu`elles volent a` Madame. Nous avons pu e´galement repe´rer les deuxie`me et troisie`me caracte`res de la litte´rature mineure dans cette oeuvre. L`objectif que Claire et Solange se fixent dans leur jeu est de faire face a` l`oppression re´elle de Madame. Ce but peut se traduire par le tracement des lignes de fuite. Certes, J. Genet nie le carcate`re social des Bonnes en expliquant comment jouer cette oeuvre. Mais la tentative de Claire et de Solange de tracer les lignes de fuite en voulant de´coder l`appartement de Madame n`est pas indiffe´rente a` leur rebelle contre cette dernie`re. Cette tentative est effectivement politique, ou bien micro-politique et mole´culaire dans la mesure ou` elle vise non pas a` une lutte globale des domine´s, mais simplement a` fuir de la domination de Madame. Etant donne´ que J. Genet est un des repre´sentants des hommes infa^mes, on peut dire que son individuel se branche sur l`imme´diat-politique de la tentative de Claire et de Solange de se libe´rer du joug de Madame. C`est en ce sens-la` qu`on peut dire que tout est collectif dans Les Bonnes. Car leur tentative de s`en libe´rer est la me^me que celle de l`auteur de re´habiliter les droits des hommes abjects et de leur rendre hommage. De plus, son e´nonciation n`est pas celle d`un sujet transcendant et solitaire, mais celle d`un sujet collectif. Et, compte tenu du fait que Les Bonnes est une pie`ce qui se situe au centre du monde litte´raire de J. Genet, on espe`re que cette e´tude se servirait de base d`un travail plus vaste et plus profond ou` l`on me`ne l`enque^te sur la caracte´ristique de la litte´rature mineure de ses autres oeuvres.

불문학 : 연극의 메타언어로서의 시학과 수사학 -라신의 『브리타니쿠스』에서의 예시

송민숙 ( Song Min Sug )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 251-274 ( 총 24 pages)
5,900
초록보기
Nous voudrions e´tudier la trage´die classique et son contexte culturel dans le cadre de la poe´tique et de la rhe´torique aristote´liciennes, que nous conside´rons comme me´talangages du the´a^tre. La Poe´tique d`Aristote traite l`intrigue, le caracte´re des personnages, c`estd-a`-dire la construction de la trage´die. La Rhe´torique, par contre, conside`re le langage, la pense´e, et la persuasion. Ces deux points de vue concernant la trage´die sont comple´mentaires, a` notre avis, et nous permettent de mieux re´ve´ler le caracte`re de´clamatoire de la trage´die classique. Nous avons choisi Britannicus qui est une des trage´dies les plus oratoires des pie`ces de the´a^tre de Racine selon R. Picard. Lire la trage´die du point de vue de la rhe´torique est une facon efficace de remarquer la relation intime entre l`esthe´tique classique et la socie´te´ du XVIIe`me sie`cle. Par ailleurs, nous constatons que le langage est un me´dia important du tragique: le succe`s et l`e´chec de l`e´loquence ont pour effet de faire sentir la psychologie des personnages et le mouvement de l`intrigue aupre`s du public. Nous avons ve´rifie´ la relation entre la Poe´tique d`Aristote et la poe´tique classique. La Poe´tique et la Rhe´torique d`Aristote sont base´es sur l`ide´e de vraisemblance, celle-ci e´tant la base me^me de l`esthe´tique du the´a^tre classique. L`ide´e de vraisemblance est fonde´e sur l`opinion publique qui change elle-me^me selon le temps. Le concept de vraisemblance, une interpre´tation `classique` de mimesis, a pour but de faciliter l`acceptation des donne´es dramatiques par le public. Mais il y a une diffe´rence entre ces deux poe´tiques; la poe´tique francaise a subi l`influence d`Horace, lecteur moraliste de la Poe´tique d`une part, et celle de la the´orie italienne et de la socie´te´ religieuse et moraliste du XVIIe`me sie`cie d`autre part. Sous cette influence, la trage´die classique vise donc une fin plus moraliste que ludique dans la composition dramatique. La construction dramatique de Britannicus est une pratique de cette esthe´tique classique. L`intrigue et le caracte`re des personnages sont compose´s de facon a` mieux montrer le processus de l`e´chec de l`ambition d`Agrippine et du de´sir de Ne´ron a` travers l`e´loquence qui produit un effet pluto^t tragique et paradoxal. Le mouvement de l`intrigue connai^t quelques revirements du^s a` l`inde´cision de Ne´ron; il est surtout verbal et rhe´torique d`autant plus que cette inde´cision est l`effet de la persuasion et de la dissuasion des confidents. Aussi les de´cisions re´voque´es composent-elles le caracte`re inde´cis de Ne´ron. La composition du caracte`re s`ave`re ainsi intimement lie´e au de´roulement de l`intrigue. La fin de la trage´die, la folie de Ne´ron, montre bien la finalite´ moraliste du the´a^tre classique. Nous avons essaye´ d`analyser le Britannicus de Jean Racine du point de vue de la poe´tique et de la rhe´torique aristote´liciennes afin de comprendre le contexte culturel et esthe´tique de la trage´die classique en insistant sur l`analyse du langage tragique. Nous avons constate´ qu`il est indispensable de conside´rer ces deux points de vue comple´mentaires pour bien lire les caracte´ristiques de la trage´die classique et son contexte culturel.

불문학 : 소유와 언어

송태효 ( Song Tae Hyo )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 275-294 ( 총 20 pages)
5,500
초록보기
La proprie´te´ en tant que ce qui est impossible. C`est dans ces termes proble´matiques, non seulement en raison de notre syste`me de pense´e lie´ a` l`inaptitude de mettre en corre´lation la question de la proprie´te´ et celle de la logique, mais encore en vertu du champ d`investigation e´piste´mologique sous-jacent, que Proudhon a` la fois aborde et conclut ces re´flexions sur le proble`me de la proprie´te´. De ce fait ce proble`me majeur dans la pense´e de Proudhon ne nous autorise pas a` l`aborder par le biais pre´tendu socio-politique, et ceci a` l`encontre de l`approche de la dialectique mate´rialiste qui nous est en effet coutumie`re. Car il rele`ve de la me´taphysique elle-me^me que Proudhon tentait de populariser. Si d`un co^te´ l`approche me´taphysique de la question de la proprie´te´ constitue la rigueur implaccable et la force irre´sitible de la pense´e de Proudhon, de l`autre elle soule`ve pour nous la difficulte´ de la lecture de Proudhon du fait qu`elle est lie´e a` la the´ologie aussi bien qu`a` la logique. C`est pourquoi Proudhon a tout naturellement mis en rapport la proprie´te´ et le langage qui est le proble`me par excellence a` la fois de la the´ologe et de la logique. Ainsi Proudhon se conduit a` penser ces deux proble`mes a` partir de leur point commun qui est la conscience de la nuit, conscince qui s`ouvre comme malgre´ soi par le mot me^me d`impossible`.

불문학 : 『나나』와 바타이유

유기환 ( Yu Gi Hwan )
한국불어불문학회|불어불문학연구  56권 1호, 2003 pp. 295-328 ( 총 34 pages)
6,900
초록보기
Emile Zola(1840-1902) et Georges Bataille(1897-1962) ont tous les deux e´te´ accuse´s par leurs contemporains d`avoir e´crit des romans obsce`nes. Mais, a` leurs yeux, l`obsce´nite´ n`est pas seulement le propre de leurs personnages mais aussi celui de tous les hommes, si l`on ose dire, celui de tous les animaux. Le but de cet article est d`e´clairer les aspects et la re`gle du de´sir en lisant Nana de Zola a` la lumie`re des ide´es essentielles de Bataille : ≪l`interdit et la transgression≫ et ≪l`e´conomie de la de´pense≫. Les jeunes chercheurs de la ge´ne´ration ≪1968≫ se sont inte´resse´s au romancier Zola et ont donne´ une signification nouvelle a` ses romans. Parmi eux, on peut citer Jean Borie(l`e´tude freudienne), Michel Serres(l`e´tude philosophique), Philippe Hamon(l`e´tude narratologique), Auguste Dezalay (l`e´tude mythologique), etc.. Les romans de Zola e´taient assez modernes pour attirer l`attention des jeunes chercheurs qui ont essaye´ de re´habiliter la folie et l`anomalie. Bataille a consacre´ toute sa vie a` e´tudier la question du de´sir. L`Erotisme, Les Larmes d`Eros et La Part maudite re´sument ses ide´es essentielles. La the´orie de ≪l`e´rotisme≫ nous permettra de voir un autre visage de l`homme nomme´ ≪sauvage≫ et celle de ≪Potlatch≫ nous ame`nera a` comprendre la relation e´troite de la de´pense et du pouvoir. En somme, il faut lire Bataille pour saisir la ve´rite´ noire de l`e^tre humain. On dit que Nana, neuvie`me roman des Rougon-Macquart, est un rapport physiologique sur le de´sir humain. Nana et Bataille... Cet article est compose´ de trois chapitres. Dans le premier, nous avons essaye´ de savoir quel lien associe l`interdit, la transgression et la volupte´. Le deuxie`me traite principalement des perversite´s sexuelles que Nana nous fait voir : le sadisme, le masochisme, le narcissisme, l`homosexualite´, la zoophilie, la pe´dophilie, etc.. Le troisie`me est consacre´ a` e´tudier pourquoi le monde a besoin de ≪la de´pense improductive≫ ainsi que du luxe, des jeux, des spectacles, des cultes, de l`e´rotisme, des arts et comment elle se de´veloppe dans le roman. Au terme de l`e´tude, nous parviendrons a` la conclusion que les ide´es de Bataille ont une valeur universelle et que Nana est une oeuvre tre`s importante qui comble un vide romanesque entre Sade et Bataille. Une dernie`re formule pour re´sumer : ≪la raison du jour≫ et ≪la folie de la nuit≫ sont les deux faces d`un me^me homme.
1 2 3 >