글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 58권 0호 (2004)

특별기고 : 실존과 구조

손우성 ( Woo Sung Son )
5,900
키워드보기
초록보기

불문학 : 로제 카이와의 초현실주의 비판

김용민 ( Yong Min Kim )
6,200
초록보기
Par l´interme´diaire d`Andre´ Breton, Roger Caillois a pris part au mouvement surre´aliste en 1932 : dans les premiers temps, sa participation fut passionne´e et exclusive. Mais cela ne dura pas longtemps. Les de´ceptions et les dissentiments s´accumulaient, il a fini par se se´parer du groupe. Par la suite, il publiera certain nombre d´articles et de livres ou` le surre´alisme est l´objet de critique direct ou indirect. Son attitude est tre`s se´ve`re envers ce mouvement : "ce sont les herbes folles qui croissent a` l´envi dans les consciences abandonne´es". Il ne peut accepter ni sa conception du langage ni son utilisation de l´image. I1 s´oppose diame´tralement a` Breton qui pre´conise l´usage ‘surre´aliste’ du langage. Mais, moyen d´expression et de communication, le langage doit signifier. Ce que s´acharnent a´ obtenir les surre´alistes, c´est un langage qui cou^te que cou^te de´route l´esprit. Caillois s´interroge sur la le´gitimite´ d´une telle de´marche. En ce qui concerne l´image surre´aliste, il est encore plus acerbe : il la de´signe litte´ralement comme "in-imaginable". I1 conside`re que le surre´alisme, invoquant ce fameux principe d´arbitraire, a laisse´ se produire toutes sortes d´absurdite´s et de monstruosite´s. Pour qu´une image existe valablement, elle doit remplir ses conditions d´e^tre : elle doit e^tre fonde´e et justifiable. Nous pensons que Roger Caillois est juste dans l´essentiel de ses propos. I1 a su^rement contribue´ a` relativiser une doctrine qui re´gnait presque aveugle´ment sur la litte´rature dc l´e´poque. I1 faut pourtant signaler son parti pris et une certaine partialite´ de sa critique : il ne parle presque jamais des contributions du surre´alisme, alors me^me qu´il s´obstine a` en de´noncer les dangers et les extravagances.

불문학 : 앙드레 말로의 『왕도』에 나타난 손의 이미지와 마왕 -"상징시학"의 한 단면-

김웅권 ( Woong Kwon Kim )
5,600
초록보기
Dans "la poe´tique symboliste" de Malraux que nous avons de´ja´ de´gage´e a` travers plusieurs articles publie´s, l´analogie est diffe´rente de celle de Mallarme´, dans la mesure ou` la premie`re se trouve dans une dimension d´interrogation sur de grande visions pre´existantes ( par exemple la vision du bouddhisme dans La Voie royale), tandis que la deuxie`me est d´ordre cre´ateur d´un monde. Or c´est elle qui, en tant que force de raisonnement, nous a permis de lier "la main" de Perken agonisant au symbolique du bouddhisme, voire a` la bhu^mispars´a-mudra˘ du Bouddha. Car e´tant donne´ notre lecture bouddhique re´alise´e gra^ce a` ladite "poe´tique", un tel rapport e´tait ne´cessaire. Mais ce rappoort est a` re´interpre´ter puisque son e´tude a e´te´ mise en question. "La main" de Perken est un symbole qui est lie´ a` Mara, dieu de la Mort dans le bouddhisme. Ellle est une image menacante qui empe^che au he´ros de transcender le monde afin de atteindre au nirvana. Voulant le contraindre a` renai^tre par la transmigration de son a^me, cherchant a` le renfermer dans sa me´moire, c´est elle qui en tant qu´incarnation de Mara, fait surgir sur sa conscience des fragments de me´moire qui entravent ses efforts de se de´tacher de la pense´e. Car la pense´e du dernier moment du mourant de´termine son destin futur, soit son salut, soit sa rechute dans la Roue. Selon Le Livre tibe´tain du Mort(titre originel : Bardo Tho¨dol), pour que le mourant soit de´livre´ de la Ma~ya~ en vuc de se rejoindre avec la Conscience cosmique, il faut qu´en luttant pour le vide de sa conscience, il attrape absolument la lumie`re transparente qu´il rencontre pour la premie`re fois. Or Perken se trouve exactement dans une telle situation. I1 combat la main-Mara en me^me temps qu´il s´e´vertue a` s´unir avec cette 1umie`re symbolise´e par le ciel e´blouissant. Il parviendra a` retourner a` 1´Intemporel. Les derniers mots qu´il adresse a` Claude le prouvent. C´est ainisi qu´il est libe´re´ de la main en rejettant les tentations de Mara. C´est a` ce moment-la` que le geste de la main de Perken devrai t devenir la bhu^mispars´a-mudra˘, comme celui du Bouddha lorsqu´il arrive a` 1´Eveil apre`s son triomphe sur les troupes de Mara. Parce qu´il finit par triompher de la Mort. Bref. l´image et le sens symbolique de la main sont, parai^t-il, le produit de l´union de Mara et de la mudra~ en question. Ils passeraient finalement a` celle-ci, mais c´est au lecteur qui appartient de changer le geste de Perken en cette mudra~. I1 est temps de lire La Voie royale comme un roman symboliste et de re´examiner l´histoire de la litte´rature francaise du 20^e` sie`cle, notamment a` propos des rapports entre Malraux et Mallarme´.

불문학 : Nerval에게 있어서 착란과 문학적 창조의 상호관계에 관한 연구

김정아 ( Jung Ah Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  58권 0호, 2004 pp. 75-114 ( 총 40 pages)
7,500
초록보기
Chez Nerval, la cre´ation litte´raire a des rapports tre`s importants avec la folie. Pre´cise´ment, la folie c´est la source dynamique de ses oeuvres litte´raires. La folie venant de son subjectivisme lui permet de donner un sens a` sa vision imaginaire. Elle donne au sujet un re´alisme hors de la conscience distinctive du rationalisme. Ainsi, la folie lui permct de trouver la me^me valeur de la re´alite´ dans l´imaginaire et le re´el. Ceci conduit a` identifier l´auteur et le personnage dans l´entrai^nement du re´cit. La folie de Nerval vient de ce qu´il conside`re le re^ve comme une seconde vie, c´est-a`-dire de la re´alite´ du re^ve et de l´imaginaire. Grace a` la force du de´sir et par la cognition du sujet, le re´el est non seulement `ce qui est` mais aussi `ce que l´on re^ve` et `ce qui devrait e^tre`. Ce que l´on re^ve et ce qui devrait e^tre peuvent avoir la me^me re´alite´ que les objets re´els. Ce re´alisme subjectif se de´veloppe sur deux voies chez Nerval: la folie-de´mence et la folie-re´ve´lation. Quand le moi nervalien essaie de cre´er son univers avec des caracte`res de´miurgiques, la folie apparai^t avec ses sympto^mes dans l´univers du re^ve e´veille´. Mais la folie devient e´galement le motif de l´initiation mystique. Comme un de´fi ou peut-e^tre a` cause de la re´sistance du moi, la folie devient une volonte´ de salut et le point de de´part de l´initiation spirituelle. Le re^ve e´veille´ qui provoque le chaos et la confusion se transforme pour lui en re^verie supernaturaliste qui est la que^te du myste`re et du salut dans le symbolisme. En effet. le poe`te prend conscience du symbolisme de la ´descente aux enfers´ qui est cache´ sous la folie. Et en me^me temps, en se de´pouillant des caracte`res de la de´mence, la folie devient une initiation mystique. Autrement dit, par la descente inte´rieure, le poe`te arrive a` percevoir les `correspondances` qui sont la finalite´ de sa vie et de l´univers. I1 saisit la solidarite´ entre sa vie autobiographique et le drame me´taphysique, et il sort de son microcosme. Mais cette conscience me´taphysique ne peut e^tre obtenue ni par la volonte´ ni par les efforts artificiels mais seulement par la croyance en la re´alite´ du re^ve et de l´imagination. Cette vision subjective sur la re´alite´ est non seulement la cause de la folie de Nerval mais aussi un moyen de connaissance sur l´univers inconnu. Le subjectivisme provoque une confusion de la conscience sur la re´alite´ concre`te, mais il joue aussi un ro^1e de voyance, qui apporte la conviction de l´existence de l´univers invisible. La folie emme`nera Nerval vers un e´tat spirituel qui lui permet de percevoir la ve´rite´ de l´univers et devient le motif du salut.
5,600
초록보기
Depuis le XVIIIe sie`cle, on voit la gene`se et l´e´volution des robinsonnades ou du mythe de Robinson. Le personnage `Robinson` est actualise´ dans tous ies pays et leurs histoires pendant trois sie`cles derniers. Non seulement il est le he´ros de Robinson Crusoe´, mais aussi celui de toutes les oeuvres concernant le naufrage´ et l´i^le de´serte. C´est justement gra^ce a` l´universalite´ du mythe de Robinson que ce personnage a pu donner naissance aux robinsonnades. Donc, cette e´tude vise a` comprendre la valeur et le sens des robinsonnades ou du mythe de Robinson. Dans Robinson Crusoe´ de Daniel Defoe, Robinson du XVIIIe sie`cle a voulu changer son i^le a` la fois en jardin de Dieu et en colonie de son pays. Robinson de Jules Verne a cru qu´il pouvait faire de cette i^le `une petite Ame´rique` en profitant les connaissances scientifiques du XIXe sie`cle. En revanche, chez Tournier, on s´apercoit qu´il est impossible de mai^triser l´i^le ou la nature. La primitivite´ du mythe de Robinson rend possible la diverse lecture des robinsonnades : on peut les lire du point de vue mythique, philosophique, religieuse etc.. On de´couvrira aussi ses propres i^les et he´ros selon son de´sir en lisant l`histoire du naufrage´ et de 1`i^le, puisqu`ils sont un arche´type et l`e´le´ment indispensable dans les robinsonnades. Aujourd`hui, il n`existe plus l`i^le de´serte. Mais le the`me qui concerne l`homme isole´ et l`i^le est encore moderne et encore actuel. C`est parce que la solitude et l`isolement de l`homme sont le proble`me essentiel de tout temps. Donc, le myth de Robinson est encore actualise´ et reste tenace. Et on peut toujours espe´rer la naissance de nouveau Robinson et de `l`autre i^le.`

불문학 : 엘렌 씩수의 「출구」에 나타난 언어유희와 그 의미

박혜영 ( Hai Young Park )
한국불어불문학회|불어불문학연구  58권 0호, 2004 pp. 137-160 ( 총 24 pages)
5,900
초록보기
He´le`ne Cixous utilise la me´thode de deconstruction invente´e par Derrida pour de´passer la fe´minite´ de´finie comme inferieure par le phallogocentrisme et pour trouver une nouvelle feminite´. Pour inscrire cette "autre" fe´minite´ elle fait des bre`ches dans l`e´criture de la logique unilinkaire avec des jeux du lamgage. Ces jeux du langage, base´s sur la sonorite´ des mots, rendent poe´tiques les textes de Cixous. Notre e´tude analyse deux aspects des jeux du langage dans Les "Sorties" : nkologisme base´ sur l`homophonie et l`extension du sens des mots a` partir de l`homonymie. Avec ces aspects Cixous re^ve la re´volution du langage poe´tique, c`est-a`-dire elle veut changer la situation ou` se trouvent les femmes dans la socie´te´, dans la culture et dans l`histoire, en changeant d`abord les rapports entre les hommes et les femmes. Ces jeux du langage et la transgression syntaxique rendent les "Sorties"un texte diffcile a` lire. Mais en bloquant la progression logique des phrases et en donnant aux lecteurs le vertige des sens, ce texte pre´pare l`esprit des lecteurs, au bord de l`abi^me du sens, afin d`engager l`expe´rience d`un de´chiffrement des signes du monde.

불문학 : 롱사르에게서의 시와 회화

손주경 ( Joo Kyoung Sohn )
한국불어불문학회|불어불문학연구  58권 0호, 2004 pp. 161-192 ( 총 32 pages)
6,700
초록보기
A premiere vue. l`ode Des printures contenues dedans un Tableau(1550) de Ronsard semble e^tre un chant d`e´loge d`une peinture dans laquelle des sce`nes mythologiques repre´sentent la gloire du roi Henri Ⅱ. Mais l`ambigui¨te´ du de´but du poe`me trahit le de´sir du poe`te, de´sir de revendiquer la supe´riorite´ de la poksie parlante sur la peinture qu`ii veut juger comme `muettc`. Pour ce paragone. Ronsard n`hksite pas a` employer l`enargeia des expressions poe´tiques, destine´ a` rendre vivantc et cre´ative la description mythique et historique. Contre l`apologie de la peinture selon laquelle la poksie est incapable de de´crire le mouvement des choses, la description dynamique faisant appel aux effets occulaires et acoustiques de´montre la puissance e´vocatrice du style poe´tique. Aussi fait-elle allusion a` sa fonction capable d`explorer le sens cache dans les choses dkcrites. Surtout, la superposition des scenes de la guerre a` celles de la paix sert a saisir le respect du poe`te au mouvement, nature1 de l`Univers. Elle devient une des preuves efficaces a re´futer la the`se qui consiste a` mettre l`accent sur la limitc de la poe´sie descriptive de´pendant de la temporalite´. Avec le choix de l`exphrasis. imitation d`une oeuvre d`art. le poe`te explore la fonction propre de la poe´sie qui peut, selon lui, saisir et de´crire le mouvement circulaire, mais invisible de la Nature. En particulier le proce´de´ d`enargeia sert a` susciter l`attention du regard des lecteurs mieux que la couleur des peintres ne le fasse. Bien qu`on trouve l`absence du centre descriptif ainsi que le de´sordre apparente dans la disposition des sce`nes descriptives, l`emploi re´pe´titif des me^mes vocabulaires permet au poe`me de maintenir l`unite´ structurale en lui attribuant ue dimension moins temporelle que spatiale. Cette ode e´crite pour revendiquer la fonction supe´rieure de la poe´sie sur la peintrure peut done e^tre conside´re´e comme un manifeste du poe`te de 1550 qui va ouvrir le temps de la nouvelle poe´sie.

불문학 : 프랑스 계몽주의 시대의 사상과 문학: 사상 전달매체로서의 문학 텍스트

유석호 ( Seuk Ho Youh )
한국불어불문학회|불어불문학연구  58권 0호, 2004 pp. 193-219 ( 총 27 pages)
6,200
초록보기
La litte´rature du Sie`cle des Lumie`res en France se caracte´rise avant tout par son aspect philosophique. Les philosophes des Lumie`res tels que Montesquieu, Voltaire, Rousseau et Diderot ont trouve´ un support ade´quat a` la propagation de leurs ide´es philosophiques dans la litte´rature, notamment dans le genre romanesque. Lettres peisanes de Montcsquieu, les contes philosophiques de Voltaire, La Nouvelle He´loi¨se de Rousseau et les romans de forme dialogique comme Le Nevcu de Rameau et Jacques le Fataliste de Diderot sont les exemples repre´sentatifs de cette tendance philosophique de l`e´poque. Dans cet article, nous nous proposons d`abord de pre´ciser de diverses tentatives des e´crivains au XVIIIe sie`cle cherchant a` renouveler le genre romanesque, me´prise´ par les gens cu1tive´s, impre´gne´s dc doctrine classique. La fiction des formes documentaires telles que les me´moires, le roman par lettres ou un manuscrit traduit en francais ou retrouve´, dont l`authcnticite´ est garantie en quelque sorte par la pre´sence des personnes pre´tendues re´elles, e´tait une trouvaille strate´gique des e´crivains de l`e´poque afin d`esquiver le dilemme du genre romanesque, face a` ces doubles exigences contradictoires de la re´alite´ et la moralite´. Nous croyons que le roman philosophique aussi, dont la tonalite´ est souvent ironique, e´tait une des solutions pour le renouvellement du genre romanesque, mieux adapte´e a` ce sie`cle des Lumie`res. Pour cela, il faut envisager ensuite les traits caracte´ristiques des romans philosophiques de l`e´poque a` travers les oeuvres principales des quatre philosophes-e`crivains les plus importants cite`s ci-dessus. Nous essayons e`galement de mettre en lumie`re la strate´gie narrative de ces e´crivains en que^te de l`e´criture propre a` transmettre leurs ide´es philosophiques en analysant de diverses formes romanesques comme le roman par lettres, le conte philosophique et le roman de forme dialogique.
8,300
초록보기
Julie ou la Nouvelle He´loise de Jean-Jacques Rousseau fait une exception parmi les oeuvres domine´es par l`antife´minisme de l`auteur. Pourtant, l`examen attentif montre clairement le contraire de cette opinion ge´ne´ralement admise. L`Histoire de Madame de Montbrillant, un roman e´crit par Madame d`Epinay, qui d`ailleurs est inspire´ par l`oeuvre de Rousseau nous aide a` voir ce point contradictoire en nous proposant un destin diffe´rent, voir oppose´ de la femme. Ces deux textes se diffe´rencient sur 3 niveaux: celui de l`intrigue, celui des expe´riences fe´minines e t celui du moi de l`he´roi¨ne. La Nouvelle He´loi¨se se re´ve`le antife´ministe en ce sens que l`auteur fait du mariage force´ de Julie, son he´roi¨ne, une condition ne´cessaire au bonheur fe´minin: Julie ensuite accepte les obligations de femme marie´e et de plus, devient la partisane du manage de raison. Mettant ainsi en valeur une vision re´actionaire du mariage. Rousseau transforme l`oppression patriarcale des femmes en un moyen salutaire pour la socie´te´ et pour l`individu. Par contre. Emilie de Montbrillant se re´volte contre cette oppression et s`affirme comme la mai^tresse de son sort en revendiquant son droit au bonheur. Deuxie`mement, les expe´riences intimes de Juile sont fondamentalement abstraites et normatives. Son silence sur l`expe´rience physique des femmes est tre`s significatif: l`autenr ne sort jamais du point de vue masculin et de son ide´ologie sexuelle essentiellement phallocentrique. Ce qui contraste fortement avec la peinture re´aliste de Madame d`Epinay et indique l`indiffe´rence de Rousseau a` ce qui constitue la condition fondamentale de la femme de son e´poque. Troisie`mement, si l`Histoire de Madame de Montbrillant peut e^tre conside´re´e comme un Bildungs roman, le moi de Julie change non en fonction de ses expe´riences acquiscs mais en fonction de son e´tat civil: agissant et pensant selon le norme de son e´tat, ses expe´riences en tant qu`amante, femme et me`re n`apportent rien sur sa personnalite´. Son identite´reste statique. D`ou` on peut de´duire l`attitude ne´gative de Rousseau pour la capacite´ des femmes d`arriver a` un mu^rissement de personalite´. Ce qui fournit une autre raison pour classer la Nouvelle He´loi¨se comme une oeuvre antife´ministe.

불문학 : 클로델의 『화형대의 잔 다르크Jeanne d`Arc au bucher』 연구

이용복 ( Yong Bok Lee )
한국불어불문학회|불어불문학연구  58권 0호, 2004 pp. 265-292 ( 총 28 pages)
6,300
초록보기
Jeanne d`Arc au bu^cher de Paul Claudel est un oratorio dramatique dont la musique est compose´e par Arthur Honegger. Cette pie`ce peut donc e^tre donne´e a` la fois en concert et joue´e comme un spectacle dramatique. Le nombre de repre´sentations comme concert et spectacle montre clairement qu`elle est appre´cie´e a` la fois des musiciens et des acteurs dramatiques. Claudel e´crivit cette pie`ce sur la recommandation d`Ida Rubinstein qui lui conseilla d`e´crire une sorte de Myse`re dont le sujet fut Jeanne d`Arc. D`abord il refusa en disant, "On ne peut pas dorer l`or : on ne peut blanchir les lys". Mais apre`s avoir vu l`illusion des mains lie´es qui font le signe de la croix, il commenca a` re´diger et quinze jours apre`s il montra la pie`ce a` Honegger. La pie`ce raconte en re´trospective l`histoire de Jeanne d`Arc. Le point du de´part est Jeanne au bu^cher de Rouen. Du haut de son bu^cher elle regarde passer comme dans un re^ve sa vie ante´rieure : son proce`s de condamnation : les jeux de cartes symbolisant les conflits politiques entre la France, 1`Angleterre et les Bourguignons : le sacre de Charles VII de´crit par les chansons d`Heurtebise et de la Me`re aux tonneaux : l`e´pe´e de Jeanne et son enfance. Ce qui est particulier dans l`ordre de la repre´sentation, c`est qu`il remonte des e´ve´nements les plus re´cents aux plus lointains. La pie`ce est constitue´e d`une facon dichotomique : les Voix du ciel et les Voix de la terre s`opposent, alors que Jeanne est confronte´e aux juges-animaux, comme le bien face au mal. Dans cette pie`ce, Claudel met surtout en lumie`re la saintete´, c`esi-a`-dire l`amour et le pardon de Jeanne. C`est pourquoi la pie`ce se termine par ce message : "Personne n`a un plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu`il aime.", ce qui ne manque pas de rappeler la parole sainte qui dit : "I1 n`y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis". Mais l`insistance donne´e sur la saintete´ de Jeanne entrai^ne parfois la modification de la re´alite´ historique : dans cette oeuvre, Jeanne dit qu`on lui a donne´ l`e´pe´e a` Domre´my : le sacre de Charles VII a lieu la veille de Noe¨l : Jeanne ne signe pas l`acte d`abjuration : les juges sont tous de´crits comme les animaux de´favorables a` Jeanne, etc. C`est pourquoi l`on a l`impression que l`oeuvre est plus fide`le a` l`image subjective de l`auteur pour cette he´roi¨ne nationale de France qu`a` la ve´rite´ historique. Pour mettre en relief la saintete´ de Jeanne, Claudel emploie les symboles comme le bu^cher, les chai^nes et le feu. Le bu^cher est le symbole de la foi de l`heroi¨ne auquel elle est fermement attache´e : les chai^nes qui lient Jeanne sont les chai^nes de l`amour : Jeanne la Pucelle elle-me^me est la flarnme au milieu de la France. C`est pourquoi Claudel conside`re que Jeanne au bu^cher est a` l`apoge´e de sa vie.
1 2 >