글로버메뉴 바로가기 본문 바로가기 하단메뉴 바로가기

논문검색은 역시 페이퍼서치

불어불문학연구검색

Etudes de Langue et Litterature Francaises


  • - 주제 : 어문학분야 > 불어학
  • - 성격 : 학술지
  • - 간기: 계간
  • - 국내 등재 : KCI 등재
  • - 해외 등재 : -
  • - ISSN : 1226-4350
  • - 간행물명 변경 사항 :
논문제목
수록 범위 : 98권 0호 (2014)

쉬페르비엘의 "벽이 없는" 풍경 : 『중력들』에 나타나는 범우주적 상응

김시원 ( Si Won Kim )
6,100
초록보기
Le desir d``immensite est, chez Supervielle, indeniable, bien que son "gout profond d``intimite" paraisse s``opposer a son "desir d``abattre les murailles." Nous voulons constater dans Gravitations quelques paysages rattaches a cette imagination dynamique supervillienne de l``espace. Supervielle exprime souvent la nostalgie d``immensite, soit immensite marine, terrestre, soit interplanetaire. Il represente dans ses poemes quelques espaces infinis: pampa monotone, large, ciel immense, lointains interplanetaires, etc. Par ailleurs, l``espace supervillien, malgre son desir d``ouverture, n``est pas tout completement contraire a l``espace d``intimite. On trouve souvent dans sa poesie les paysages dans lesquels s``equilibrent l``immensite du monde et l``intimite du monde. Nous avons recours a la poetique de l``espace de Bachelard, qui met en relief "la dialectique de la maison et de l``univers", pour analyser notamment les poemes La Demeure entouree, Montevideo ainsi que La Table. L’itineraire poetique de Supervielle serait un nomadisme en vue de son ultime vision de l``Univers. Il s``agit de sa ferme croyance aux mysterieuses correspondances, aux grandes ressemblances dans l``Univers. Pour analyser les paysages dans Alarme, Age des Cavernes, Au Creux du Monde, notre etude a recours a la symbolique du mot ``gravitations`` et a la notion de la Pansympathie. Supervielle represente dans ces poemes les paysages qui expriment l``interaction de tous les elements, naturels, humains, interplanetaires composant l``Univers.

은유로서의 역사 : 프랑스 68의 문학적 형상화에 관한 연구

김한식 ( Kim Han Sik )
7,500
초록보기
Nombreux sont les romans qui introduisent comme cadre ou motif les evenements historiques, parfois comme theme majeur comme on le voit dans des romans, dits historiques. Mais il n``en est pas moins vrai que le roman, en tant que recit fictif, ne vise pas a reconstituer le passe historique tel qu``il a ete reellement. Nous nous demandons alors quelle est la difference entre l``ecriture de l``histoire et celle de la fiction, ou mieux, quelle est la fonction du recit fictif par rapport a la realite. Pour repondre a cette question, nous avons chosi pour objet d``analyse quelques romans du Mai 68, dont le narrateur raconte ou mentionne l``evenement historique dans une relation etroite avec les avatars des personnages principaux. Il s``agit donc d``une representation fictive, ou d``une metaphore de Mai 68. Nous avons commence par mettre en question le silence de la litterature de Mai 68 par rapport a la condition historique de l``epoque. C``est que l``evenement, selon Viart, etait tant vilolent et brusque qu``il ne permettait pas aux ecrivains la distance narrative pour en produire des oeuvres litteraires proprements dites : Mai 68, c``etait plutot irruption, bouillonnement et effervescence. Mais cette sterilite ne nous empecherait pas de parler de la configuration litteraire de Mai 68. C``est ainsi que nous avons analyse ensuite la configuration narrative des trois romans qui se referent a l``evenement. Demandons l``impossible raconte Mai 68 comme si c``etait une fete, une guerre ou un amour, tandis que, dans Les Annees blanches, il est configure comme echec de l``amour. Les particules elementaires met l``accent sur la liberation sexuelle du soixante-huitard dans un point de vue de sa posterite : il s``agit du delire collectif du au refoulement de la pulsion sexuelle qui a donne naissance au spleen et la debauche de l``Eros. Puis, nous avons mis en examen la fonction metaphorique du recit par rapport a la realite historique. La notion de "mimesis" joue ici un role essentiel ; la mimesis, au sens de la representation, est concue non seulement comme une coupure qui ouvre l``espace fictif, mais aussi comme une redescription du reel : la fiction se donne comme une transposition metaphorique de la realite pour lui donner une "augmentation iconographique," selon le terme de F. Dagognet. La fiction se revele en fin de compte comme une variation imaginative ou bien un laboratoire de l``imaginaire de l``histoire, pour faire decouvrir les possibilites fondamentales de l``existence. C``est dans cette perspective que nous avons essaye de relire les romans de Mai 68 autour des themes socio-politiques, tels que la revolution, l``ideologie et l``utopie. Ces notions s``associent dans une dimension plus profonde avec la temporalite qu``est la ``modernite``. La dialectique entre ``l``espace d``experience`` et ``l``horizon d``attente,`` suggeree par Koselleck, nous a guide pour mettre en valeur la validite et la limite des discours sur Mai 68.

사르트르 비실재미학과 참여미학의 교차

오은화 ( Eun Ha Oh )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 71-100 ( 총 30 pages)
6,500
초록보기
Chez Sartre l’œuvre d’art n’est pas consideree comme pleine et reelle positivite, ainsi que le demontre une remarque comme "l``oeuvre d``art est un irreel"; elle est traitee prealablement en tant qu``un ``analogon``, un representant analogique. Cette esthetique de l``irreel parait contredire l``esthetique de l``engagement qui contribue fortement a former l``image habituelle de Sartre. Notre etude a pour but de reveler, au lieu de confirmer la contradiction ou l``antagonisme entre ses deux attitudes sur l``art, une continuite et une osmose qui les englobent. Nous commencons par la theorie du monde imaginaire et la definition de la conscience imageante dans L``Imaginaire : pour qu``une conscience puisse imaginer, il faut qu``elle transcende le monde et le pose a distance. De la meme maniere, en regardant une oeuvre d``art, a partir de l``analogon, la conscience imageante l``irrealise en la transformant en imaginaire. Cette explication, qui rehabilite l``acte d``imaginer en insistant sur sa liberte et sa transcendance, manifeste un grand souci de l``experience esthetique tout en affaiblissant la place de l``oeuvre d``art. Si l``œuvre d``art vise a l``irreel, l``esthetique de l``engagement perdrait sa base, l``obligation fondamentale envers le reel. Afin de resoudre cette difficulte, Sartre appelle une ``mediation`` qui permet de lier deux dimensions. Au lieu de l``objet esthetique en tant que produit de l``irreel, il met en relief l``appel au public de la part du createur, par l``intermediaire de l``oeuvre. Ainsi l``oeuvre d``art devient un appel qui vise une recuperation du monde entier. Tout compte fait, dans l``esthetique sartrienne, l``irrealisation de la realite precede la realisation d``une oeuvre d``art, et ce passage dans l``irreel compose l``occasion primordiale pour la conjonction avec le reel, pour former un ``tout``.

환영의 글쓰기 혹은 타자의 자서전- 로맹 가리의 『새벽의 약속』 연구

유호식 ( Ho Shik Yu )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 101-128 ( 총 28 pages)
6,300
초록보기
C’est en rapport avec sa mere que Romain Gary pose la question d’identite dans son autobiographie, La Promesse de l’aube. Il y dresse, au nom de l’amour, un bouleversant portrait de sa mere dont l’enjeu est la creation de soi par soi. Gary pense avoir tout fait pour realiser le brillant avenir predit par sa mere. Il devait devenir ecrivain pour la legitimer et enfin pour la sauver. Mais il ne peut jamais s’assurer d’avoir tenu cette promesse a tel point qu’il ne peut se debarrasser d’elle malgre sa mort. Elle continue a dicter ce qu’il doit faire, par sa seule voix qu’il a interiorisee. Un episode frappant : sa mere lui a fait envoyer des lettres ecrites avant sa mort. En realite, c’etait lui qui les avaient ecrites. Pourquoi ce mensonge? C’est que pour lui, l’amour ne se dissocie pas de l’invention. Ces lettres fictives figurent la necessite urgente de renouer le cordon ombilical coupe par la mort : il avait besoin de l’amour maternel pour subsister ; il avait besoin de la faire revivre comme un etre qui a triomphe de la mort, qui devient la source scripturale pour son fils. Grace au cordon ombilical renoue avec sa mere, Gary peut faire revivre a la fois sa mere et lui-meme qui existait seulement par procuration de sa mere : en engendrant l’autre, il peut renaitre. En faisant un recit sublimant sa mere, il reussit a renouer un rapport avec un etre decede. Nous comprenons alors pourquoi Gary a choisi la biographie de sa mere pour ecrire son autobiographie : la biographie est un fantome de l’autobiographie.

『이인』의 이야기 정체성

이기언 ( Kie Un Lee )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 129-174 ( 총 46 pages)
8,600
초록보기
L’Etranger est une oeuvre qui pose, ou plutot ne peut ne pas poser le probleme d’identite, car Meursault se considere comme “un homme ordinaire”, tandis que Marie le trouve “bizarre”. D’ailleurs, Camus a eu l’idee d’intituler son premier roman “L’Etranger ou Un homme comme les autres”. Meursault est-il donc un etranger ou un homme comme les autres? Voila la question a laquelle nous allons repondre en s’appuyant sur la theorie ricoeurienne de l’identite narrative. Le probleme d’identite vient de la structure du roman qui se compose de deux parties. Camus a dit : “Le sens du livre tient exactement dans le parallelisme des deux parties.” Cela veut dire qu’il y a rupture et opposition entre les deux parties ; autrement dit, il y a dans ce livre deux Meursault qui ne se rencontrent guere et qui s’opposent l’un a l’autre. Bref, Meursault de la premiere partie, vu par lui-meme, est etranger a celui de la deuxieme, vu par les magistrats representant la societe. Ce fait etrange s’explique par l’absurde qui est “ce divorce entre l’esprit qui desire et le monde qui decoit” et par “son caractere essentiel qui est opposition, dechirement et divorce”. C’est ainsi que le heros de L’Etranger se definit comme un etranger absurde. D’autre part, on peut considerer L’Etranger comme un autoportrait ou une autobiographie, dans la mesure ou Meursault se parle de lui-meme. D’apres Paul Ricoeur, “un sujet se reconnait dans l’histoire qu’il se raconte a lui-meme sur lui-meme.” D’ou vient “la notion d’identite narrative, c’est-a-dire la sorte d’identite a laquelle un etre humain accede grace a la mediation de la fonction narrative.” Ecoutons encore le philosophe : “Selon ma these, le recit construit le caractere durable d’un personnage, qu’on peut appeler son identite narrative, en construisant la sorte d’identite dynamique propre a l’intrigue qui fait l’identite du personnage. C’est donc d’abord dans l’intrigue qu’il faut chercher la mediation entre permanence et changement, avant de pouvoir la reporter sur le personnage. L’avantage de ce detour par l’intrigue est que celle-ci fournit le modele de concordance discordante sur lequel il est possible de construire l’identite narrative du personnage. L’identite narrative du personnage ne saurait etre que correlative de la concordance discordante de l’histoire elle-meme.”La these du philosophe, et notamment sa notion de “concordance discordante”, nous aident bien a expliquer la presence des deux Meursault qui s’opposent l’un a l’autre. Car le recit de L’Etranger est construit par la dialectique de la concordance discordante, de telle sorte que le portrait de Meursault de la premiere partie soit etranger a celui de la seconde. Si donc, “le recit construit l’identite du personnage, qu’on peut appeler son identite narrative, en construisant celle de l’histoire racontee”, et si “c’est l’identite de l’histoire qui fait l’identite du personnage”, on peut dire que l’identite du personnage Meursault ne saurait etre que son identite narrative, construite par l’histoire racontee dans L’Etranger. Or, puisque cette identite narrative est correlative de la concordance discordante de l’histoire elle-meme, l’identite de Meursault ne peut etre construite que par la logique de cette concordance discordante, a savoir que Meursault de la premiere partie n’est pas identique a celui de la deuxieme. Il en conclut donc qu’il se definit ici encore comme un etranger absurde. Cette investigation menee par la theorie de l’identite narrative ne resout pourtant pas notre probleme, dans la mesure ou la question initiale reste intacte. On est oblige de se demander une fois de plus : Meursault est-il donc un homme ordinaire ou un homme comme les autres? Nous nous rappelons l’idee que Camus a eu de donner un sous-titre a son roman : L’Etranger ou Un homme comme les autres. Cette expression elle-meme donne une reponse a notre question, car tout comme l’indique bien le titre de Moliere Tartuffe ou l’imposteur, elle signifie que “L’Etranger” est “Un homme comme les autres”. Nous dirons donc que Meursault est un etranger ordinaire. Voila une expression aussi bien etrange qu’etrangere, qui definit pourtant l’identite de Meursault de maniere magistrale, tout en incarnant par excellence la notion d’absurde ainsi que la dialectique de la concordance discordante. Le heros de L’Etranger est bel et bien “un universel singulier”, pour emprunter l’expression de Sartre. Puisque l’auteur de L’Etranger n’a pas execute la peine capitale, Meursault attend aujourd’hui encore que l’on reconnaisse bien son identite veritable, c’est-a-dire un etranger ordinaire.

서구의 새로운 인식론의 유기적 사유와 공자의 정명(正名)사상

진형준 ( Chin Hyung Joon )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 175-203 ( 총 29 pages)
6,400
초록보기
Quant a notre livre sur Confucius, intitule l``imaginaire de Confucius, il s’agit de chercher une reponse aux questions : les idees du Confucius, vieilles de 2600 ans, restent-elles encore valables dans nos jours? Contiennent-elles des valeurs futuristes?J’avais tente de chercher cette possibilite dans ‘la Rectification des noms’ et la “Voie cousue d``un seul fil.(一以貫之)”, comparees a la pensee organique de l’epistemologie occidentale. La Rectification des noms de Confucius, peut bien se reduire a ≪ Le souverain doit etre souverain, le pere pere et le fils fils ≫, ou il s’agit bien de la subjectivite. Le vrai sens de ce propos n’est pas oriente vers le role assume par un individu dans un paradigme enferme. Il devrait s’agir d’un individu avec une autonomie ouverte. Il devrait etre ouvert vers la pratique, vers autrui, vers l’ensemble. La doctrine de Confucius, de la “Voie cousue d``un seul fil”, n’est pas celle qui reduit a une seule loi les phenomenes complexes. Il devrait s’agir de celle qui voit au-dela de ces differences, tout en les admettant. Dans cette doctrine, les complexes et les divers admis, les connexions qui les permettent se cherchent. Le fondement des Structures anthropologiques de l``imaginaire (1960) de Gilbert Durand est aussi de trouver les points de rencontre entre les disciplines qui se dechiraient. Pour lui, l’imagination est surtout le lieu de l’entre-savoirs, et le consensus minimal qui permettrait de se raccorder aux etres humains qui menent leur vie de toutes les couleurs. Le fondement de Gilbert Durand, qui a pour but de connecter les heterogenes, rejoint, sur ce point, la doctrine de Confucius de la “Voie cousue d``un seul fil”. Dans l’epistemologie de complexite d’Edgar Morin, par ailleurs, “le tout est plus que la somme des parties”. “La partie est dans le tout, mais le tout est dans la partie.” Dans cette relation, la partie et le tout sont de l’homomorphisme dans la grande unicite. “La partie et le tout” d’Edgar Morin fait le noyau de la doctrine de Confucius de la “Voie cousue d``un seul fil”. L’exergue de la Grande etude, ‘se perfectionner soi-meme, etablir le bon ordre dans la famille, bien gouverner un etat, faire regner la paix dans tout l’empire’ (修身齊家治國平天下), n’est pas pour distinguer et ordonner chaque etape. Il est plutot de mettre sur le meme pied le perfectionnement de soi-meme et le bon gouvernement de l’etat. Enfin “l’homme de bien”, qui rectifie son nom, et celui qui vise a se procurer du regard qui embrasse tout, tous les deux elucides par Confucius, reviennent a celui qui s’applique a acquerir l’autonomie ouverte vers le monde. Cet etre autonome se trouve lie d’une maniere organique a autrui, au monde, et a l’univers. L’epistemologie technologique la plus avancee du 21e siecle ne donne naissance a rien d’autre que celle organique, qui se manifeste dans la philosophie de Confucius: la Rectification des noms et la Voie cousue d``un seul fil. C’est ainsi que nous roulons de nouveau les idees de Confucius aujourd’hui afin de nous deliberer de la prison de notre epistemologie, occidentalisee en quelque mesure, et prendre une nouvelle vision sur le monde.

민족-종교적 신화에서 문학적 신화로현대 신화 형성을 위한 초현실주의적 시도이론적 접근

콩스탕탱마크리스 ( Constantin Makris )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 205-242 ( 총 38 pages)
7,300
초록보기
1. 내용 구상적어도 지난 3세기 동안 민족-종교적 신화와 문학적 신화를 구분하는 일은 분명 문학적 산물의 진화 차원에 해당되었다. 고대 신화를 현대화하거나 그것으로부터 또 다른 신화를 창조해내면서 신화에 새로운 의미를 부여하고자 한 작가들은 상당히 많다. 그러나 신화와 초현실주의의 관계는 매우 각별하고 복잡하다. 초현실주의자들은 과거를 신화화하거나 신격화하는 힘에 의해 개인적·집단적 무의식이 조작될 수 있는 어떠한 원리도 거부하지만, 몇몇 민족-종교적 신화에서 나타나는 초자연적 힘과 같은 특정 신화적 모티프에는 선별적으로 집착한다. 그것은 과거의 특정 신화적 체계에 속한(그러나 물론 그리스-로마 신화의 주요 신들로부터는 빗겨나 있는) 마술적이고 기이한 힘을 의미한다. 그들은 이러한 힘을 토대로 새로운 신화를 창조하기 위한 고유의 시도를 기획한다. 초현실주의자들은 언제나 기독교 이전 시대, 즉 일신교 이전 시대의 신화화된 권능에 바친 종교적 의식과 제례에 매혹되었다. 그들이 참고한 모든 자료는 다양한 이교 문명으로부터 나왔다. 신화적 사고에 대한 모든 초현실주의적 고찰은 기독교 이전의 성스러움이 갖는 의미에서 출발한다. 신화의 문제에 대한 초현실주의의 특수성은 세 가지 일신론, 특히 서구 문명을 지배하는 기독교의 종교적 권위에 대한 세속적 태도에 의해, 그리고 근본적인 쇄신을 요구하는 굳은 의지에 의해 좌우된다. 그 근본적 쇄신에 힘입어, 성스러움에 대한 숭배는 개인적 억압과 집단의 혁명적 기획 사이의 복합적 반영 속에서 욕망의 힘과 그 욕망이 자아내는 환상적 충동으로부터 잉태될 것이다. 이러한 초현실주의적 움직임이 탄생하는 데 역사적 맥락과 더불어 정신분석의 공헌이 결정적이었다. 한편, 20세기 문학에서 나타나듯 문학적 신화는 낭만주의의 유산으로 신화가 잉태되었다는 징표를 지니고 있다. 특히 초현실주의적 작품에서 이러한 사실은 매우 명백하다. 초현실주의의 본질, 합리주의와 사실주의의 대척점에 위치한 문화적 지표들과 초현실주의의 관계는 옛 신화들과의 관계를 우호적으로 만들고 새로운 신화 창조의 욕구를 촉진한다. 2. 방법론 구상이 연구를 진행하면서 양립할 수 없는 이론적 기원에도 불구하고 몇 가지 이론적 원리들을 결합하고자 했다. 매우 기술적인 차원에서의 구조적 적용을 피하려고 했지만, 『신화론』(1957)에 나온 롤랑 바르트의 ‘신화’에 대한 몇몇 고찰은 언급해야 했다. 그것은 초현실주의자들 사이의 신화 부활에 대한 연구에 특히 적용할 만한 것 같았다. 또한 프랑스 비교연구의 이론화 시도와 구조주의적 기원의 이론화 시도 사이에 공인된 양립불가능성을 강조하지 않으려 노력했다. 반면, 비교연구가들의 견해(특히 클로드 레비스트로스와 쥘베르 뒤랑의 연구)가 갖는 인류학적 기원을 참고하며 비교연구와 인류학, 초현실주의 사이의 연결 가능성을 열고자 했다. 왜냐하면 앙드레 브르통의 신화적 사고를 이해하는 데 인류학적이고 민족지적인 차원을 과소평가해서는 안 되기 때문이다. 실제로 인류학적 기반의 연구들이 보여준 접근법은 매우 먼 이교도적 과거의 신화적 형상들뿐 아니라 현대의 삶, 나아가 일상적 삶에서 신화와 성스러움이 갖는 의미를 재발견하려는 초현실주의자들의 시도와 대체로 맞닿아 있다. 다른 한편, 신화의 문제에 대해 프랑스 비교문학 이론가들(특히 피에르 브뤼넬과 그 조력자들)과 초현실주의의 몇몇 전문가들(특히 자클린 세니외-장드롱이 책임자로 있는 학술지 『플렌 마르쥬Pleine Marge』에 실린 연구자들)과의 동시적 대화가 중요하다고 보았다.

동사의 de/a 간접목적보어와 공백 채움

고길수 ( Kil Soo Ko )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 243-270 ( 총 28 pages)
6,300
초록보기
Cet etude propose, pour le remplissage par un mot interrogatif ou relatif de gaps, autrement dit des elements manquants, du complement d``objet indirect du verbe introduit par de/a(desormais COI), une analyse ou il est soumis au controle par les tetes lexicales telles que : 1) de/a exige que le constituant qui forme le COI avec eux ne manque pas. 2) le nom interdit le remplissage de tous les gaps du syntagme nominal dont il est tete et qui forme le COI avec de/a. 3) le verbe interdit le remplissage de certains ajouts du COI qu``il selectionne et qui contient un syntagme verbal a l``infinitif ou une phrase subordonnee introduite par ce que. 4) le verbe interdit le remplissage du sujet du COI qu``il selectionne et qui contient une phrase subordonnee introduite par ce que. 5) ce que interdit le remplissage du sujet et des ajouts de la phrase qu``il introduit et qui forme un COI phrastique avec de/a.

에밀 벵베니스트의 언어, 담화, 사회 관계 연구

김현권 ( Hyun Kwon Kim )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 271-305 ( 총 35 pages)
7,000
초록보기
La presente etude se fixe pour objectif de dessiner quelques elements theoriques essentiels des travaux d``E. Benveniste qui revele la relation subtile entre la langue, le discours et la societe en illustrant cette relation de quelques exemples indo-europeens. Benveniste presente un concept tres original de l``enonciation qui place le discours entre la notion saussurienne de langue et la societe. Son enonciation, qui differe quelque peu de l``acte de parole d``Austin, contient certaines references a la realite extralinguistique fondee sur un signe linguistique specifique. Le discours ainsi elabore revet deux caracteristiques differentes par nature, l’une est semiologique, l``autre sociologique. Ce cadre theorique mene a l``analyse semantique du lexique institutionnel de la societe indo-europeenne, dont la structure tripartite est debattue ici comme une etude de cas.

프루스트의 『잃어버린 시간을 찾아서』에서 샤르댕과 베로네세의 변용

유예진 ( Yae Jin Yoo )
한국불어불문학회|불어불문학연구  98권 0호, 2014 pp. 307-336 ( 총 30 pages)
6,500
초록보기
Marcel Proust avait un interet tout particulier sur la peinture. Ses divers textes sur les peintres, comme les poemes dedies a Van Dyck, Paulus Potter ou les essais sur Chardin, Rembrandt, Moreau, etc., ecrits avant la redaction de son roman monumental, a la recherche du temps perdu, le temoignent. La plupart de ces essais sur les peintres sont restes inacheves et ne sont pas publies du vivant de l``auteur. Pourtant beaucoup d``idees sur la peinture et sur l``art en general exprimees dans ces essais seront reprises dans le roman a travers non seulement par le narrateur, mais aussi par divers personnages fictifs. Dans cette etude, nous nous interessons tout particulierement a deux peintres. Le premier est Jean-Baptiste Simeon Chardin, peintre francais du XVIIIeme siecle de la nature morte par excellence. Proust avait consacre un essai sur Chardin vers 1895 ou le narrateur invite un jeune homme qui reve des palais a la Veronese voir les tableaux humbles de Chardin. Cet homme decouvre la beaute des choses quotidiennes, la ou avant de voir les Chardin n``avait pas imaginer qu``il puisse y avoir de la beaute. Cette lecon de Chardin se voit transposer sur celle d``Elstir, peintre fictif qui initie le heros a l``art veritable. Or la lecon d``Elstir-Chardin est completee par celle de Paul Veronese, peintre de la Renaissance italienne qui est comme le symbole du luxe et de la volupte. Veronese est evoquee par le heros lorsqu``il visite Venise, ville dont il avait reve depuis l``enfance et ou “des œuvres d``art, des choses magnifiques, [...] sont chargees de nous donner les impressions familieres de la vie.” Le heros apprend alors qu``“il peut y avoir de la beaute aussi bien que dans les choses les plus humbles, dans les plus precieuses.” S``ensuit alors une reflexion sur l``inutilie ou la secheresse de certains tableaux qui ne cherchent a exprimer que les cote miserables de Venise, parce que les autres peintres n``auraient mis l``accent que sur le faste et la magnificence de cette ville. Pour le heros, il s``agirait de faux realisme. Ainsi nous avons etudie la technique a travers laquelle le romancier transpose ses idees sur la peinture dans le roman. C``est avec un succes merveilleux que Proust arrive a melanger les aspects philosophiques, voire metaphysiques avec la fiction narrative. La grandeur de Proust en tant qu``ecrivain reside donc non pas sur ses essais sur la peinture qu``il n``avait d``ailleurs pas eu le courage d``achever, mais sur la Recherche dont la forme n``est ni roman, ni essai, mais “une tierce forme” qui est les deux a la fois.
1 2 >